Accueil des enfants handicapés à l'école : une situation inacceptable en Loire-Atlantique

Reconnaissant qu'il lui manque des personnels pour faire face à la demande croissante d'accompagnement des élèves handicapés, et afin d'éviter que 250 enfants se trouvent sans aucun accompagnement dans notre département, l'éducation nationale vient de prendre la décision insupportable de réduire les heures d'accompagnement accordées aux élèves handicapés, pour les réaffecter aux enfants en attente du soutien que la loi est censée leur garantir.

La solution retenue dans l'urgence par les services de l'inspection académique n'est que l'illustration dramatique de choix budgétaires purement comptables, dont, faute de postes d'Auxiliaires de Vie Scolaire en nombre suffisant, les victimes sont les plus fragiles : les enfants en situation de handicap.
Retirer 3 heures d'accompagnement aux enfants ayant fait l'objet d'une récente notification apparaît sans doute comme la seule solution aux yeux d'un service de l'Etat en manque de moyens :cela permet de satisfaire à l'obligation scolaire, puisque l'Education Nationale considère qu'un enfant est scolarisé lorsqu'il a au moins une heure de classe hebdomadaire.
Mais cette solution demeure inacceptable : comment ne pas comprendre qu'un horaire qui serait insuffisant pour un élève qui ne rencontre pas de difficultés personnelles est totalement inadapté pour un enfant souffrant de handicap ?
Dans son courrier aux directeurs d'écoles concernés, l'inspecteur d'académie de Loire-Atlantique justifie  sa décision en invoquant "la solidarité et l'équité". Comment accepter que ces principes soient demandés aux plus fragiles ? Le principe du "partage" de moyens insuffisants entre enfants handicapés est une insulte à la solidarité effective - qui doit lier le corps social dans son ensemble aux plus fragiles, et non contraindre ces derniers à se porter collectivement le poids de nos insuffisances.
C'est la raison pour laquelle François de Rugy a adressé ce jour une question écrite au ministre de l'éducation, afin de lui demander de prendre toutes les mesures nécessaires à un accueil effectif et digne des élèves handicapés dans notre département.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Oriflamme (vendredi, 24 septembre 2010 17:07)

    C'est une honte en effet de s'en prendre aux plus faibles, alors qu'une société est d'autant plus évoluée qu'elle est capable d'intégrer les faibles en son sein.
    Ça montre le niveau !

  • #2

    stéphanie (dimanche, 22 avril 2012 22:36)

    bonjour, juste une question a ce sujet, serait-il possible de postuler dans une ecole privée afin de faire un contrat d'avs avec le directeur d'etablissement ou les parents eux meme afin d'accompagner un enfant en situation de handicap, en effet je cherche un poste d'avs mais je ne suis pas eligible a ces fament contrat d'insertion evs car je suis actuellement salarié en cdi dans une entreprise.
    ma question est-ce que des parent peuvent embaucher eux-meme une avs pour leur enfant, et etre remunerer en CESU ou statut auto-entrepreneur?
    c'est un metier qui m'interesse mais malheureusement aujourd'hui ce n'est qu'une fonction et non un metier!
    mon objectif: en faire mon metier afin de soulager certains parents pour qu'enfin ils puissent avoir une avs a plein temps! merci pour reponse!!