Budget 2011 : les pistes de l'écologie

Bercy racle les fonds de tiroir

Au cours de la discussion budgétaire qui se déroule cette semaine à l'Assemblée Nationale, François de Rugy, membre de la commission des Finances défendra quarante-cinq amendements ciblés, au nom des député-e-s écologistes. Ces propositions dessinent les contours d'une approche écologiste spécifique en matière de finances publiques.

 

>>lire la suite

Le pouvoir, acculé par une situation financière catastrophique qu'il a lui-même contribué à créer par la politique menée depuis 2007, a décidé de s'en remettre à une navigation à vue, usant d'expédients pour boucher les trous béants de nos finances publiques.

 

Un budget injuste, inefficace, qui loupe encore le coche de la transformation écologique

 

La justice et l'efficacité sont remises à plus tard. Le bouclier fiscal n'est pas remis en cause. La taxation des hauts revenus demeure toujours aussi faible, et l'impôt aussi peu progressif. Avec des taxes nouvelles sur les organismes HLM, la modification des règles d'imposition des mariés ou pacsés de l'année, ou encore la TVA sur les utilisateurs d'internet ce sont, encore une fois, les moins aisés ou les moins protégés par l'action de puissants lobbies qui vont faire les frais de la politique gouvernementale.

 

Le ministre en charge de l'écologie semble tout entier occupé à peaufiner sa stature médiatique d'homme providentiel dans la perspective de sa course à Matignon.

 

L'écologie est la première victime des arbitrages budgétaires : les faibles avancées du Grenelle fondent comme neige au soleil, en témoignent les coups portés au développement du photovoltaïque.


Des propositions écologistes concrètes et pragmatiques

 

Rétablir la justice fiscale, refuser les facilités de coupes sombres dans les budgets les plus utiles à la solidarité, et mettre à profit la mise à plat des niches fiscales pour accompagner la transformation écologique de l'économie : tels seront les axes de l'intervention des députés écologistes dans le débat budgétaire, qui se traduiront notamment par le dépôt de quarante-cinq amendements ciblés.

 

Ceux-ci s'inspirent notamment des propositions contenues dans le "contre-projet" de budget présenté par les écologistes Eva Joly, Yannick Jadot, Eva Sas et François de Rugy lors d'une conférence de presse à l'Assemblée Nationale au début du mois d'octobre.

 

" Ce budget proposé par le gouvernement ne lutte qu'à la marge sur les déficits financiers. Il continue à creuser le déficit de justice, et le déficit d'écologie qui caractérisent la politique de Nicolas Sarkozy. Par nos propositions, nous entendons dessiner les contours d'une autre politique, plus juste socialement, plus sobre et donc plus efficace du point de vue du retour à l'équilibre des finances publiques mais également enfin plus cohérente du point de vue des enjeux environnementaux, précise François de Rugy. Nous démontrons ainsi qu'il existe, sur les questions budgétaires, un point de vue écologiste constructif, pragmatique et porteur de perspectives nouvelles".

Écrire commentaire

Commentaires : 0