La responsabilité républicaine, oui. La privation de démocratie, non.

Au lendemain du premier tour des élections cantonales, François de Rugy donne son point de vue sur le maintien des écologistes au second tour, et sur la question du désistement prétendument républicain.

Lire la suite

Dans 37 cantons en France, 7 dans notre département de Loire-Atlantique, le deuxième tour des élections cantonales opposera dimanche un représentant de la gauche classique à un candidat écologiste ou soutenu par les écologistes.

Dans aucun de ces cantons, ce choix n'aura pour conséquence l'élection d'un représentant de la droite ou de l'extrême-droite, puisque ni les candidat-e-s UMP ni ceux du Front National ne sont qualifiés pour le deuxième tour.

Mais dans chacun de ces cantons, les électeurs auront, dimanche, le choix de leur représentant.

Le désistement républicain est fait pour éviter les triangulaires avec la droite et l'extrême-droite pas pour éliminer une sensibilité de gauche ou écologiste au détriment d'une autre.

C'est pour les écologistes une question de responsabilité autant qu'une exigence démocratique.

Dès le soir du premier tour des élections cantonales, nous nous sommes prononcés dans la clarté : nous ne souhaitons favoriser l'élection d'aucun conseiller général sarkozyste, et notamment  dans notre département. Depuis 2007, à l'Assemblée Nationale, je mesure la régression sociale, l'inefficacité économique, la trahison environnementale que portent les choix de pouvoir en place. Aucun de nous, et moi le premier, ne souhaite une seule victoire pour les représentants locaux de la majorité UMP dimanche prochain.  

C'est pourquoi les écologistes ont appelé sans ambiguïté, dans tous les cantons où le verdict des urnes ne permet pas au candidat écologiste d'être présent au second tour, à battre la droite en votant à gauche : pas une voix aux candidats de l'UMP ou à leurs alliés !

Mais dans les autres cantons nos candidats se maintiendront.

Cela ne devrait constituer une surprise pour personne :  nous nous y étions engagés devant nos électeurs avant le premier tour. Nous l'avions annoncé dès lors que nos partenaires des majorités municipales, communautaires et régionales avaient refusé de conclure une large alliance, plus de six mois avant le premier tour. Une alliance que nous souhaitions pourtant : elle aurait pu permettre d'assurer une plus juste représentation des opinions au sein de l'Assemblée départementale et d'approfondir un travail, qui, même s'il n'est pas toujours facile, est utile à nos territoires et nécessaire pour préparer l'alternance nationale à Nicolas Sarkozy en 2012.

Nous avons le sentiment que c'est précisément ce que nous demandent les électeurs, qui sont eux-mêmes traversés de sensibilités différentes.

Il aurait fallu pour cela définir des candidatures communes et pluralistes. Ce choix, qui permettait de corriger l'injustice du mode de scrutin, nos partenaires l'ont refusé.

Aujourd'hui, c'est donc le choix des électeurs, et lui seul, qui définit l'offre politique du second tour.

Les porte-parole des partis de gauche qui en appellent à un "désistement républicain" dévoyé oublient de dire que, si les écologistes avaient obtempéré à leur mise en demeure de retirer leurs candidats, dans ces 37 cantons de France et dans les 7 cantons de Loire-Atlantique, les électeurs n'auraient  trouvé dimanche, dans leur bureau de vote ...qu'un seul bulletin, pour un seul candidat, d'un seul et même parti, qui aurait été élu avec ...100% des suffrages !

Alors que l'abstention atteint des niveaux inégalés et que le Front National prospère sur l'accusation de complicité des partis politiques, une telle mascarade démocratique aurait été mortelle pour l'esprit républicain.

 

Au final, la position des écologistes est claire et sans concession : la responsabilité républicaine par le rassemblement de la gauche et des écologistes face à la droite qui se complait dans les ambiguïtés vis-à-vis de l'extrême droite ; le refus d'un simulacre démocratique qui verrait les citoyens être privés de leur liberté de choix au deuxième tour.

CONFORMEMENT A LA LOI, CET ARTICLE TRAITANT DES ELECTIONS CANTONALES, LES COMMENTAIRES EN SONT FERMES JUSQU'A DIMANCHE SOIR. MERCI DE VOTRE COMPREHENSION