mar.

24

mai

2011

Les cabinets infirmiers victimes de la "réforme" de la biologie?

M. François de Rugy attire l'attention de Mme la secrétaire d'État auprès du ministre du travail, de l'emploi et de la santé, chargée de la santé, sur l'ordonnance portant réforme de la biologie, et plus précisément sur l'interdiction des prélèvements dans les cabinets infirmiers. Les présidents des syndicats départementaux de la Fédération nationale des infirmiers, rassemblés en congrès extraordinaire le 24 mars à Paris, ont adopté à l'unanimité un mot d'ordre national de grève de tous les prélèvements biologiques à compter du lundi 11 avril. Cette décision fait suite à la menace d'application en l'état de l'ordonnance portant réforme de la biologie qui exclut les cabinets d'infirmiers libéraux des lieux de prélèvements et qui, de façon générale, remet en cause le libre choix des patients et l'indépendance professionnelle des infirmières libérales. Les cabinets d'infirmiers jouent en effet un rôle essentiel dans les prélèvements sanguins lorsque ces derniers ne peuvent être effectués au sein des laboratoires d'analyses médicales, et ce particulièrement en milieu rural ou semi rural où les laboratoires d'analyses sont très souvent distants de plusieurs kilomètres. Les infirmiers libéraux sont des maillons indispensables de la chaîne de soin, leur démarche est d'ailleurs aujourd'hui soutenue par l'immense majorité des biologistes ruraux. La Fédération nationale des infirmiers dénonce une ordonnance allant à l'encontre des grands principes de la loi Hôpital, patients, santé et territoires, et notamment celui de l'égal accès à des soins de qualité de tous les citoyens. Ce projet de loi va complexifier encore un peu plus le parcours du patient et entrave directement sa liberté de choisir son infirmière de proximité. C'est pourquoi il lui demande que les cabinets infirmiers soient reconnus par la loi comme des lieux de prélèvements au même titre que les cabinets médicaux, dentaires, et ceux de sages-femmes. Il lui demande également que les guides de bonnes pratiques garantissant la qualité et la sécurité de la phase pré-analytique des prélèvements soient édités par la Haute autorité de santé.

Télécharger la question écrite
Rubrique > santé
109475.pdf
Document Adobe Acrobat 41.3 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 0