Un remaniement entre convenances personnelles, calculs préélectoraux et reniements des engagements pris devant les Français.

Au lendemain de la nomination de Madame Lagarde au FMI, qui traduit le sentiment d'impunité qui règne au sommet de l'Etat, le Président et son premier ministre viennent de procéder à un énième remaniement gouvernemental.
C'est l'occasion de juger, sur pièces, des engagements pris en 2007 par le président Sarkozy.

>> lire la suite

"Si je suis élu, mon gouvernement sera limité à 15 ministres" écrivait le candidat Sarkozy dans son projet de 2007 : avec 5 entrées pour 1 départ, le gouvernement compte désormais 33 membres...
" Je ferai de la France une démocratie irréprochable" : en inventant de toute pièce le secrétariat d'Etat aux Français de l'étranger, accordé à David Douillet, le président tente de soigner un électorat qui disposera, du fait de sa réforme constitutionnelle, de 7 députés en 2012. Cette nomination de circonstance ne trompe personne, pas plus que la promotion de "centristes" qui se voient récompensés de leur refus de rallier Borloo... L'état irréprochable c'est pour plus tard !
"La parité doit être promue à tous les échelons de responsabilités" : avec 4 hommes pour 1 femme parmi les entrants, ce gouvernement est le moins paritaire depuis dix ans !
Au final, on note une nouvelle fois le peu de cas que fait le président des affaires européennes, dont le ministère change encore une fois de titulaire. Et je ne peux que m'étonner de voir le titulaire du portefeuille des Transports hériter d'un ministère de plein exercice : une telle promotion tient sans doute plus à l'appartenance de Monsieur Mariani à la très droitière "Droite Populaire" qu'au bilan de son action gouvernementale !
Décidément, il est temps que tout cela finisse...

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Olivier (jeudi, 30 juin 2011 23:38)

    Constat partagé, 5 secrétaires d'Etat ou ministres aux affaires européennes depuis 2007...et celui qui quitte après une prometteuse entrée en matière n'a été au final qu'interrese moins par les défis européens que de sa promotion...ça au moins c'est réussi, pour le reste sur ce sujet comme sur autres, une seule ligne conduite : une inconstance coupable !