NDDL : les déclarations de Ségolène Royal démontrent que le débat est plus que jamais ouvert

Ce matin, à Nantes, Ségolène Royal a appelé à une "remise à plat" de l’ensemble du projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à l’organisation d’une "nouvelle enquête publique" et à un "moratoire" sur la concession accordée au groupe VINCI pour la construction et l’exploitation de l’équipement. Cette déclaration démontre clairement que le doute sur la pertinence du projet progresse dans la société française. Les responsables régionaux d’Europe Ecologie-Les Verts ont réagi à cette déclaration importante.

Pour lire le communiqué, cliquez ici

« Nous avons pris connaissance avec un vif intérêt de la position exprimée ce matin à Nantes par Ségolène Royal, qui appelle à une « remise à plat » de l’ensemble du projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à l’organisation d’une « nouvelle enquête publique » et à un « moratoire » sur la concession accordée au groupe VINCI pour la construction et l’exploitation de l’équipement.


Tout autant que cette prise de position, ce sont les arguments développés par Ségolène Royal qu’il nous semble important de saluer : en insistant sur le « coût financier » du projet, sur son « impact écologique », et sur la nécessité de « repenser un projet conçu il y a plus de 15 ans », alors que le monde a changé, et avec lui la réalité des « dessertes aéronautiques », Ségolène Royal exprime des doutes qui transcendent les frontières politiques, et traversent toute la société.

 

En indiquant qu’à ses yeux  « la responsabilité politique d’un candidat à la présidence de la république est de prendre en compte les oppositions », et de « faire émerger des projets qui rassemblent, et non imposés », Ségolène Royal démontre que la question de NDDL n’est pas une affaire locale, mais bien une problématique à portée nationale.

 

Cette position  constitue une évolution notable par rapport à celle qu’avait défendue la candidate socialiste lors de l’élection présidentielle de 2007. Elle illustre le doute de plus en plus fort, que nous constatons parmi nos concitoyens, quant à l’opportunité de cet équipement. Elle prouve que le débat sur NDDL demeure plus que jamais ouvert. »
 
Signataires :
Jean-Michel BRAUD – Secrétaire régional EELV Pays de la Loire
François DE RUGY – Député écologiste de Loire-Atlantique
Corinne BOUCHOUX – Sénatrice écologiste du Maine-et-Loire
Ronan DANTEC – Sénateur écologiste de Loire-Atlantique
Jean-Philippe MAGNEN – Président du groupe EELV au conseil régional
Pascale CHIRON – Co-président du groupe des élu-e-s écologistes au conseil communautaire de Nantes Métropole
François BILLET – Président du groupe des élu-e-s écologistes à la CARENE

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Brunaud (samedi, 01 octobre 2011 19:43)

    Bien d'accord avec vous ! Il faut avoir l'audace de réétudier des investissements fort lourds et peut-être mal dimensionnés. Le député et élu que vous êtes pourrait aussi reconnaître l'audace intellectuelle et le courage politique de S Royal, à un moment où il serait si facile d'aller dans le sens du vent médiatique.

  • #2

    Kremer deau (dimanche, 02 octobre 2011 10:45)

    Partage le commentaire de Brunaud , Ségolène Royal a un vrai courage politique et une réelle volonté écologique qui ne date pas d'hier ....c'est elle qui a sauvé le marais Poitevin en 2004 et qui entraine la Région Poitou Charente dans une mutation sociale ,écologique et solidaire ...

  • #3

    Foucher (lundi, 03 octobre 2011 10:36)

    Lula a dit une chose interessant lors de son passage à Paris:La réponse à la crise mondial n'est pas économique mais POLITIQUE! Aujourd'hui on sacrifie le bien-être, on maltraite l'environnement au non de l'ajustement structurels d'une idéologie neo-libéral. Rare sont les politique à avoir une volonté politique pour changer cette situation. Il semble que Ségolène Royale a la volonté politique et une conviction écologique pour agir dans le bon sens.