Réforme territoriale : pour l’avenir de notre territoire, prenez la parole !

Dans le débat sur la réforme territoriale et le redécoupage des régions, François de Rugy prend l'initiative.

Il explique son point de vue et propose que chacun-e puisse s'exprimer sur sa préférence entre les différentes options envisageables pour notre territoire : réunification de la Bretagne, fusion Bretagne/Pays-de-la-Loire, statut quo... À vous de vous exprimer !

 

>> participez au sondage en ligne

Dans sa déclaration de politique générale, le nouveau Premier ministre Manuel Valls a annoncé qu'il enclenchait - enfin ! - la réforme de l'organisation territoriale de notre pays. Cette réforme est essentielle pour l’avenir de notre pays, et pour l’avenir de chacun d’entre-nous. Cette réforme, on en parlait depuis des années. Aucune majorité n’avait eu jusqu’ici le courage de la mettre en œuvre.

 

Et pourtant, cette réforme est indispensable : parce que notre organisation politico-administrative est devenue tellement complexe que plus grand monde ne comprend qui fait quoi, des communes, des agglomérations ou des métropoles, des départements, des régions. Parce que la décentralisation - qui est une bonne chose - est affaiblie par la dispersion des responsabilités. Il faut sortir du vieux principe d'Ancien Régime, selon lequel l'Etat divise pour mieux régner.

 

Depuis 2007, je me suis beaucoup intéressé à la question : j’avais « planché » devant le comité Balladur, mis en place par Nicolas Sarkozy, et qui n’avait débouché, faute de volonté politique de la majorité d’alors, sur rien ou presque. J’avais pris part aux débats l’an dernier lors de la création des métropoles de Paris, Lyon et Marseille. Et aujourd’hui, au nom de mon groupe politique, je travaille sur la réforme annoncée.


Cette réforme va dans le bon sens.

La réforme annonce une nouvelle répartition des compétences entre les collectivités. C’est plus de clarté. C’est une action au plus proche des citoyens par le renforcement de l'échelon intercommunal, ce qui permettra de réduire l'émiettement des 36 600 communes de France. Ce sera aussi moins de doublons. Et moins de doublons, c'est moins de dépenses et plus d'efficacité pour l'action publique.

La réforme prévoit à l’horizon 2020 la suppression des conseils départementaux. Ce sera une tranche de moins dans le millefeuille administratif français. Ce sera une réduction du nombre d’élus. Ce sera le renforcement des deux échelons les plus pertinents pour rendre l’action publique locale plus efficace : les intercommunalités et les régions.

La réforme territoriale passe par un redécoupage des régions. Il y a en effet en France des régions trop petites pour mener de vrais projets de développement et pour assurer une solidarité territoriale. Il y a des revendications anciennes de redecoupage comme la réunification de la Bretagne ou de la Normandie. Le Président de la République et le Premier ministre ont placé la barre haut, en se fixant l'objectif de diviser par deux le nombre de régions (22 actuellement).

Et c’est sur cette question du redécoupage régional que le bât blesse. D’une part parce que la carte territoriale dessinée à l’Elysée est le fruit de compromis illisibles et  incompréhensibles. D'autre part, parce que cette carte fait parfois fi des volontés exprimées par les populations (comme en Bretagne) et parce qu'elle ne répond pas aux objectifs de cohérence que le gouvernement s'était fixé.

C’est sans doute pour notre territoire que le décalage entre les intentions et les propositions présidentielles est le plus fort. La question des limites régionales est posée pour nous depuis la création artificielle des Pays de la Loire : drôle de nom pour une région où la Loire ne coule que dans deux départements sur cinq ! Dans le même temps, et depuis plus de 50 ans, la revendication de la réunification de la Bretagne est portée par des milliers de citoyen-ne-s. Malgré cela, au terme d’une négociation à laquelle personne ne comprend rien, la proposition présidentielle est de conserver les deux régions actuelles à l’identique. Contre l’avis des maires de Nantes et Rennes. Contre l’avis du président du département de Loire-Atlantique. Contre l’avis de nombreux parlementaires, de droite comme de gauche.

Cette absurdité, je ne parviens pas à m’y résoudre – et je sais que je ne suis pas le seul, c’est un sentiment qui transcende les frontières des partis politiques.

La réforme territoriale doit être la réforme des territoires, dans laquelle les territoires et les citoyens se reconnaîtront. Le Premier ministre a indiqué que la carte présentée pouvait évoluer : j’ai la conviction que pour ce qui concerne notre territoire, elle doit évoluer.

À mon sens, le statu quo n’est pas acceptable. Il nous empêcherait de relever les défis d'aujourd'hui en termes d'économie, d'emplois, d'écologie ou d'enseignement supérieur par exemple. Deux options d’évolution sont possibles : 

-          La réunification de la Bretagne à cinq départements, renouant ainsi avec une cohérence et une histoire niées depuis plus de 50 ans, tandis que les autres départements de la région choisiraient chacun la région dans laquelle ils envisagent le mieux leur avenir (c’est la solution qui a - depuis toujours - ma préférence),

-          La fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire en une seule région qui deviendrait une des plus peuplées de France après l'Ile de France et Rhône-Alpes : outre que l'identité bretonne s'en trouverait diluée, la cohésion sera-t-elle suffisamment forte de Brest au Mans, de Saint-Brieuc à Angers ou de Quimper à la Roche sur Yon ? A chacun d'en décider.

C’est entre ces deux options que devrait à mon sens se dessiner l’avenir de nos territoires.

Aujourd’hui, les régions Bretagne et Pays de Loire dépensent beaucoup en communication : n'auraient-elles pas pu, dès l'annonce du Premier ministre le 8 avril dernier, organiser une vaste consultation des citoyen-ne-s sur les choix préférentiels de redecoupage régional ?

Ce débat vous concerne : saisissez-vous en ! Je vous propose de répondre ici à une question simple, qui est essentielle pour notre avenir commun. Le résultat sera d'autant plus significatif que vous serez nombreux à participer.

Quoi que vous choisissiez, en répondant, vous adresserez un message au gouvernement et au Parlement qui examinera la réforme territoriale dès cet été. Ce message, c’est celui de citoyens qui veulent que leur voix soit entendue. Le message de citoyens qui veulent que l’avenir de leur territoire ne soit pas déterminé par des arbitrages opaques, dans lesquels le poids des notables, des intérêts de parti ou des équilibres électoraux primeraient.

Vous avez la parole : prenez-la ! 

 

 

Pour aller plus loin : contribution des écolodéputé-e-s

Écrire commentaire

Commentaires : 182
  • #1

    Thomas de Borgoña (vendredi, 13 juin 2014 15:16)

    Je ne suis pas un breton, mais étant très "régional", je me permets de m'exprimer quand même sur le sujet... Je pense que les parlementaires doivent absolument amender et modifier cette réforme, et en premier lieu cette carte technocratique, jacobine et décidée unilatéralement sans aucune consultation réelle. Donc déjà, la première chose à faire est de supprimer cette règle de "fusions par blocs" : la dislocation de régions ne doit pas être un tabou, en particulier pour les Pays de la Loire. D'autre part, il faut imposer le référendum sur les départements qu'on pourrait qualifier de susceptibles de vouloir changer de région, la Loire-Atlantique bien sûr, mais aussi les deux Charentes, peut-être la Vienne et la Mayenne aussi, voire même l'Oise et le Territoire de Belfort.

    En ce qui concerne la carte dite de base, la priorité est évidemment de tuer dans l'œuf ce monstre difforme "Poitou-Charentes-Limousin-Centre", ou "PoLiCe" comme certains disent non sans un air ironique. Il faut que la carte de base associe le Centre aux Pays-de-la-Loire, et non au Limousin et au Poitou-Charentes.

    Bref, beaucoup à refaire partout, les parlementaires de tous bords vont devoir assurer pour rectifier le tir. Bon courage, on compte sur vous !

  • #2

    Cap2006 (vendredi, 13 juin 2014 18:58)

    La réunification renforce un sentiment identitaire au détriment de la réalité de la culture nantaise un peu bretonne certes mais autant ligérienne que vendeene...
    La réunification ferait de moi un étranger dans ma propre ville.
    Je ne peux l'accepter que par un référendum local, qu'il est du devoir des personnels politiques d'organiser. Ils organisent bien des primaires!
    PS : parler de risque de dilution dans une fusion tout en foulant au pied l'amputation identitaire pour une grande partie des 44... J'aime pas trop le discours.

  • #3

    monsieurgege (vendredi, 13 juin 2014 20:56)

    Il faut revenir aux fondamentaux : quelles compétences pour quels territoires ? Le gouvernement fait de la tactique et pas de la stratégie. La règle de fusion par bloc prive une réforme de qualité. Qu'on ne me fasse pas croire que les centaines de technocrates, surdiplomés, qui doivent bosser 80 heures par semaines dans nos différents ministères sont incapables de penser cette réforme. C'est un véritable problème de courage politique.

  • #4

    Nantais44 (vendredi, 13 juin 2014 21:39)

    @Cap2006

    En quoi Nantes est-elle vendéenne ?
    Uniquement parce qu'il y a un certain nombre de ses habitants qui viennent de Vendée ?

  • #5

    Cap2006 (vendredi, 13 juin 2014 21:59)

    @nantais44
    Un territoire, ce sont les habitants qui le font...
    l'immigration bretonne à partir de la 2° moitié du XIX° siecle vaut bien celle de la Vendée une réalité démographique des dernières décennies

    Mais vous avez raison sur un point, historiquement les échanges de Nantes avec le sud comme avec la Bretagne étaient extrêmement limités...
    Nantes s'est développée vers la mer et vers la Loire...

  • #6

    Sud-loire (vendredi, 13 juin 2014 23:35)

    à Cap 2006, alors parce que il y a des nantais qui viennent d'autres départements que la Loire-atlantique et des 4 autres départements bretons, Nantes ne serait plus en Bretagne. Sur ce genre d'argument, il ne doit plus y avoir beaucoup de villes appartenant à leurs propres région, et en ce qui concerne Nantes, il faut avoir des oeillères pour ne pas en voir l'appartenance, mais je ne suis plus étonné de la mauvaise foi des pro-Auxiette.

  • #7

    Nord-Loire (samedi, 14 juin 2014 00:15)

    Pour ma part, je pense que l'avenir de Nantes est en Bretagne. Mes principaux arguments sont les suivants :

    - Une vraie politique maritime (Saint Nazaire- lorient - Brest)
    - Une mutualisation des moyens (Axe Nantes - Rennes)
    - Une identité commune et reconnue source de cohésion sociale.
    - Les deux autres métropoles de l'ouest sont dans la région Bretagne.
    - La région Bretagne est magnifique (avis personnel). Un vrai atout en terme de tourisme.
    - Une culture et une langue au service des entreprises (Marketing territoriale).
    - Marre de ce débat sans fin qui nous divise profondément au lieu de nous réunir pour enfin construire un projet commun.

  • #8

    Rita la rousse (samedi, 14 juin 2014 01:41)

    Ce sont ces pays dits de la Loire qui ont mis la pagaille dans toute la moitié ouest de la France : qu'ils disparaissent définitivement et tout le monde sera content, le Centre, le Poitou, la Bretagne et le Limousin; on réglera enfin une bonne partie du problème sur une moitié du pays. Il est inadmissible que cette pseudo région qui a tant dépensé l'argent des contribuables en de vaines campagnes "promotionnelles" (euphémisme) soit encore debout; elle n'existe que par la volonté de quelques hommes politiques et de journalistes passeurs de plats, les habitants s'en moquent. Un peu de courage politique et de bon sens que diable ! Pour le bien de tous, cette scandaleuse imposture technocratique doit s'effacer.

  • #9

    yesroll (samedi, 14 juin 2014 07:53)

    Les deux solutions proposées ont du sens, en général, et pour moi en particulier en tant que Breton voyageur qui a passé 20 ans de sa vie sur Nantes et Saint-Nazaire.
    J'ai une nette préférence pour la fusion des deux régions. Et pour les principaux traits dessinés par l'équipe Hollande. Comme par exemple la grande région d'Occitanie.
    Question de faire poids contre l'abusive centralisation à partir de Paris. Et de peser économiquement en Europe.
    Mais avant tout parce que la "grosse Bretagne" avec Nantes et Rennes, ça ne marchera pas, regardez l'affaire de Notre Dame des Landes, un exemple symbolique d'une belle idée politico-économico-administrative qui tourne au pataquès sur le terrain.
    A première vue un référendum est séduisant, mais seulement si chaque département .fr peut choisir sa région d'appartenance. Et il y a risque de confusions.
    Il manque un volet important dans votre analyse, celui de l'angle écologique. Au boulot !

  • #10

    fourcate (samedi, 14 juin 2014 08:26)

    etant habitant du sud loire je ne me sent absolument pas breton
    pour moi la "frontiere" naturelle c'est la loire
    je propose que la moitié nord de la loire atlantique se rattache a la bretagne
    et que le sud loire s'associe a la vendée
    je pense que j'ai fait avancer le débat !!!

  • #11

    Perrel (samedi, 14 juin 2014 09:09)

    Plus proche des citoyens dans un monde où la politique méprise le peuple, j'adore ces dénis de démocratie dont vous faites aussi partie.
    Maastricht, contre, mais passé en force au parlement, manifestation anti gouvernementale : réprimée dans la violence.
    France démocratie : classement dans les 70 pays les moins démocratiques.

  • #12

    boudiccea (samedi, 14 juin 2014 09:22)

    Ne pas oublier que nantes n est pas la loire atlantique seulement sa prefecture certe nantes a perdu son identité au fil des decennie de propagande
    Un référendum en loire atlantique est ce qui est la mieux car nous ne sommes pas un bout de viande a donner au premier venu pour ma part la seule vrai solution et le RETOUR de la loire atlantique vers sa vrai region la bretagne

  • #13

    Lemoine Gérard (samedi, 14 juin 2014 10:13)

    Sur le plan économique , il est indispensable d'avoir des entités territoriales ayant une taille critique suffisantes capable d'exister au niveau européen. Ces entités peuvent rassembler plusieurs régions au sens cultuel du terme.
    Il me semble donc souhaitable que l'on crée en France huit grands ensembles territoriaux. En évitant de les appeler régions pour ne pas froisser les nostalgiques de la France des provinces.
    Un citoyen du Monde
    PS : ce type de sondage n'a aucune valeur scientifique ( absence d'échantillon représentatif). Je m'étonne que M de Rugy se prête à ce genre de procédé digne des émissions de téléréalité. Ce n'est pas l"honneur de la Politique

  • #14

    François R. (samedi, 14 juin 2014 10:20)

    Clairement, pour moi, Nantes est en Bretagne.

    J'entends les critiques qui prônent que Nantes n'est plus bretonne... Vraiment ? La communication de la TAN avec un bonnet rouge ? Le château des Ducs de Bretagne ? 50 ans de revendications, une revendication simple, pas toujours pacifique, mais qui s'est

  • #15

    Fanch (samedi, 14 juin 2014 10:22)

    La Loire-Atlantique est bretonne.
    La Vendée peut être rattachée aux Charentes-Poitou-Limousin.
    La Mayenne dans une grande région normande.
    Le Maine et Loire et la Sarthe dans une grande région Centre ou Val de Loire.

  • #16

    François R. (samedi, 14 juin 2014 10:28)

    (excusez-moi, fausse manipulation)

    ... assagie, fort heureusement ? Sans compter la volonté des principaux décideurs bretons, et de ceux de Nantes et de la Loire-Atlantique. Et de nombreux jeunes Nantais, même dans le sud-Loire (j'habite à Vertou), se sentent breton, pensent appartenir à la Bretagne.
    Honnêtement, une union Bretagne-Pays de la Loire ne diluera pas la culture bretonne... Elle créera une région à deux vitesses : les bretons qui se renfermeront sur eux pour se protéger, et les autres, qui ne seront jamais sur un pied d'égalité aux yeux de leurs voisins occidentaux. Je le sais, c'est comme ca que je réagirais, mes parents (bretons) aussi.

    Autre détail : la Bretagne réunifiée serait le 17è PIB régional européen sur 217. Quand on voit l'état au centre ou au nord de la Bretagne, qui ne vit que du tourisme ou des festivals, ce serait réellement du pain béni pour aider à leur développement, et à leur attractivité. Plus qu'une région gloubi-boulga, un fourre-tout qui sera bourré de tensions internes et qui donnera, je pense, l'impression de pouvoir exploser à tout moment.

    D'ailleurs, juste une question : comment s’appellent les habitants des Pays de la Loire ? Si en 50 ans on n'a pas trouvé un nom, c'est que la légitimité d'une région est discutable.

    En tout cas, j'apprécie les arguments de ceux qui sont contre la réunification. Ils sont souvent construit et très logique et, à défaut d'avoir droit, enfin, à ce que la France désire pour d'autres pays (l'expression des minorités culturelles... comme en Ukraine ?), c'aura été un débat passionnant.

  • #17

    Yannick.L (samedi, 14 juin 2014 10:50)

    Je suis nantais de naissance, ma famille est venue de Bretagne, j'ai un nom et un prénom tout ce qu'il y a de plus breton mais je suis "exilé" en Maine et Loire... Du plus loin que je me souvienne et notamment de la fin de mon adolescence où je me réclamais haut et fort breton c'est derniers me riaient au nez prétextant je ne sais quelles vérités historiques ou géographiques pour argumenter leurs railleries. Les temps changent et Nantes est "à nouveau" bretonne!
    Si Nantes est bretonne , et ce fait est indiscutable, Nantes est aussi ligérienne et l'influence du fleuve à Nantes est très importante. Si effectivement la région Pays de la Loire est sur le plan de l'identité assez disparate j'en conviens, des intérêts économique sont apparus depuis. Je suis assez surpris de la manière dont les partisans de la
    réunification parlent des PDDL, parlerait-on ainsi d'un pays? Alors messieurs et mesdames qui criez ainsi très fort votre amour de la Bretagne, ayez le minimum de respect pour les habitants qui peuplent les Pays de la Loire alors que vous n'affichez dans vos propos que du mépris! Une grande région Bretagne Pays de la Loire est la solution la plus rationnelle, elle doit être soumise au vote de l'ensemble des habitants des 9 départements à mois que nos militants coiffés d'un bonnet rouge ne préfèrent le replis identitaire et restez ainsi entre-eux!

  • #18

    PaysdeRetz (samedi, 14 juin 2014 10:58)

    @fourcate

    Vous habitez le Sud-Loire, et vous ne vous sentez pas Breton, pas de problème.

    Mais est-ce que, parce que vous ne vous sentez pas Breton, il faut conclure que le Sud-Loire n'est pas en Bretagne ?

    Petit rappel historique : les territoires correspondant à l'actuel département de Loire-Atlantique (Comté de Nantes et Pays de Retz), tout comme le Comté de Rennes sont devenus bretons la même année, par le même traité, signé à Angers en 851.
    Donc le Pays de Retz est aussi breton que Nantes, aussi breton que Rennes.

    Alors oui, bien évidemment, étant une zone de frontière, il est - tout comme le Vignoble nantais - influencé par les cultures des régions voisines. Le Gallo qu'on y parlait jadis était mêlé de Poitevin. Mais l'inverse est vrai aussi, et la culture bretonne a dépassé les limites administratives de la Loire-Atlantique, notamment en ce qui concerne la musique (la veuze, cornemuse du 44 et du Nord de la Vendée), la danse (avant-deux de Vritz-Candé, entre Bretagne et Anjou), la nourriture (on fait des galettes de blé noir jusqu'à Montaigu ;) ).

    Donc oui, le Pays de Retz est une très belle région, où se mêlent cultures bretonne et poitevine, mais il n'en demeure pas moins breton.

    Si découpage d'un département il devait y avoir, ce serait plutôt celui de la Vendée !
    Le Nord, associé à la Loire-Atlantique, tandis que le Sud - regardant non pas vers Nantes mais vers la Rochelle et Niort/Poitiers - irait avec Poitou-Charentes !

  • #19

    PaysdeRetz (samedi, 14 juin 2014 11:05)

    @Yannick.L

    Nantes est bretonne, oui.
    Nantes est ligérienne, bien évidement !
    Mais pas ligérienne au sens où vous l'entendez, c'est à dire "des Pays de la Loire". Nantes est ligérienne car la Loire a eu importance pour elle.

    Effectivement, l'économie est la principale motivation du redécoupage territorial.
    Ecoutez les acteurs locaux de la région Centre voisine (M. Maurice Leroy, du Loir-et-Cher, MM. François Bonneau et Jean-Pierre Sueur, du Loiret), qui plaident - plus ou moins directement - pour une grande région Val-de-Loire, associant leur région à la Sarthe (dont les élus réclament depuis 1972 le rattachement de leur département à cette même région Centre, qu'ils soient PS comme M. Boulard ou UMP comme M. du Luart), la Maine-et-Loire et la Mayenne.

    Ecoutez Me Raoul Mestre, qui est bien seul, mais qui a des arguments très intéressants en faveur d'un rapprochement de la Vendée avec la région Poitou-Charentes.

    Et vous verrez qu'on a tous à y gagner, de faire non pas un Grand-Ouest sans cohésion aucune, mais de belles régions cohérentes économiquement, fortes, et respectueuses de l'Histoire.

  • #20

    Poirier (samedi, 14 juin 2014 11:33)

    Le développement de Nantes dans les siècles passés s'est beaucoup plus fait avec la Loire qu'avec la Bretagne.
    Il faut savoir que les habitants de la Loire-Atlantique et les Nantais dans leur grande majorité ne ressentent pas du tout cette identité bretonne. Nantes est une ville qui a connu une forte croissance démographique, et ses habitants originaires du Poitou, d'Anjou, de Bretagne, de Vendée, de la région parisienne apprécie très bien les Pays de la Loire, région très dynamique, et dans leur grande majorité (majorité silencieuse) ils ne veulent en aucun cas le rattachement de la seule Loire-Atlantique à la Bretagne.
    En revanche la fusion Pays de Loire Bretagne est une excellente idée.
    Il faut réaliser qu'on est au 21ème siècle et se soucier des enjeux économiques dans l'Europe

  • #21

    Juluan (samedi, 14 juin 2014 11:38)

    Habitant la Loire Atlantique depuis ma naissance, je me sent bien évidemment breton.

    La seule cohérence dans cette réforme serait le RETOUR de la Loire Atlantique en Bretagne et l'éclatement des Pays de Loire !
    C'est même dingue qu'on en soit à demander un référundum puisque ce ne serait qu'une réparation de l'histoire. A l'heure où on fête les 70 ans du D-Day que reste il de l'occupation nazi ici ? Les Pays de Loire et leurs barons qui n'en font qu'à leurs têtes !

  • #22

    PaysdeRetz (samedi, 14 juin 2014 11:39)

    Comment le savez-vous, vous avez sondé chacun des habitants de Loire-Atlantique ?

    Là encore, la réunification bretonne, ce n'est pas une question d'identité, c'est un enjeu économique !

    La Bretagne et son label sont vendeurs, à tel point qu'un chocolatier mayennais a décidé de déménager en Ille-et-Vilaine voisine une de ses usines...

  • #23

    le moine (samedi, 14 juin 2014 11:46)

    Il n'y a qu'une solution : la Bretagne à 5 départements et cela correspond parfaitement à la dimension moyenne d'une région allemande , tout en conservant une forte identité , facteur d'un développement idéal . Et ne pas oublier que la coupure est oeuvre nazie plus encore qu'oeuvre de Pétain : elle a été l'engagement de Hitler pour remercier Pétain de sa collaboration lors de leur poignée de main historique , dont j'ai la photo . Conserver la partition est faire l'apologie d'une oeuvre nazi , condamnable et non prescriptible .

  • #24

    Jocelyne (samedi, 14 juin 2014 11:55)

    Pornic, Clisson, Chateaubriant sont trois villes de Loire Atlantique dont les châteaux ont défendu l'entrée de la Bretagne. Incroyable qu'elles ne soient plus Bretonne.
    Redonnons vie à la Bretagne à 5 départements comme elle aurait toujours due être. Réparons les erreurs de Vichy.

  • #25

    Gégé (samedi, 14 juin 2014 12:17)

    Parler de culture vendéenne et ligérienne à Nantes m'interpelle.
    Langue:
    Le substrat nantais est bien gallo, comme en 22-est, 56-est, 35, voire Maine et Anjou, ces derniers plus influencés déjà par l'influence de la capitale. Donc bel et bien haut breton.

    Culture ligérienne ne veut absolument rien dire. La Loire est le plus long fleuve de France.

    Culture vendéenne: substrat poitevin. Le département de la Vendée, c'est le bas Poitou (id est: Poitou occidental).

    Comportement politique:
    Le vote des habitants du 44 est breton, se dissociant nettement des 4 autres départements de la région Pays de la Loire.

    Histoire économique:
    c'est Nantes qui a industrialisé toute la côte sud de la Bretagne au 19e s. (conserveries) à commencer par la Turballe, et aussi celle de la Vendée.

    Nantais intra-muros:
    affirmer qu'il y a une composante vendéenne dans ma ville me fait sourire (en dehors du fait qu'il y habite des gens natifs du département de la Vendée).
    Qui a repoussé l'assaut des insurgés de la Vendée militaire (territoire qui couvre une partie de l'Anjou, du Poitou - pas le sud du dpt de la Vendée- et de la Bretagne) en 1793?

    Nantes fut républicaine et radicale.

    Son avenir est tourné vers la mer, en collaboration avec St-Nazaire, Brest et Lorient.



  • #26

    giletburt (samedi, 14 juin 2014 12:30)

    Je suis né en 1951 à Nantes, en Loire-Inférieure, Bretagne, comme mes parents, et je souhaite la réunification bretonne en premier choix. Après la deuxième guerre mondiale, l'inique décision de Vichy (Pétain, décret, 1941) n'était peut-être pas une priorité pour les habitants du 44 de réagir, après toutes ces années d'occupation, de bombardements, de désastres humains et économiques. Et les barons gaullistes ou affidés ont profité de cette apathie compréhensible en laissant la Bretagne en l'état, désunie. Pire ils ont participé à son découpage arbitraire en entérinant cette nouvelle région. Bel exemple de démocratie!
    L'occasion était donc belle, en cette année 2014, sur proposition gouvernementale, de réparer cette erreur et de faire la réunification de la Bretagne souhaitée par une majorité des habitants de Loire-Atlantique et par les quatre autres départements.
    Las, force est de constater que la carte à 14 régions de Hollande est une imbécillité sans nom. En ce qui nous concerne, le statu quo des Pays de Loire n'a pas de sens. Une fusion avec la Bretagne, au moins, aurait été une avancée, même si je préfère une Bretagne à cinq départements. Et que dire de cette toute autre artificielle région Centre-Poitou-Charente-Limousin: du grand n'importe quoi, de la réunion administrative à la petite cuiller, tout cela pour satisfaire les barons socialistes proches du président: Royal, Sapin. Quand à "notre" Auxiette, il joue trouble depuis le début: d'abord partisan de la fusion avec le Poitou-Charente, puis de la Bretagne, il se projette touojurs sur une improbable région Bretagne-Pays de Loire-Poitou-Charente.
    Certes, cette "décision" gouvernementale doit être discutée cet été au Parlement et, espérons-le, sera rejetée. Gauche comme droite, écologistes ne semblent pas follichons de cette nouvelle carte, dessinée en haut, sans concertation aucune avec les habitants des départements et régions concernées. Il faut aussi sur ce sujet un référendum: la France jacobine n'est guère friande de ces référendums, de quoi a -t-elle peur? Du retour des idendités régionales fortes? Au contraire, elle devrait s'en féliciter! Une chose est sûre: la nouvelle carte des régions est impopulaire, notamment dans l'Ouest, en Picardie, en Auvergne.
    Restons optimistes, mais....

  • #27

    yannick b. (samedi, 14 juin 2014 12:42)

    Je suis né à NANTES et je me considère totalement bretons. Pour moi les Pays de la loire non pas lieux d'être. D'abord pourquoi Pays de la loire tandis que seul 2 départements de cette région sont traversée par la loire ? De quoi les technocrates parisiens ont ils peur en refusant le rattachement de la loire-atlantique à la bretagne? Ah oui de se retrouver avec une région qui serait économiquement plus forte que d'autres région. Bien sur ce n'est pas un atout vu les temps actuels. C'est l'un des seuls départements à avoir de grandes attentes par rapport à cette réforme et c'est bien sur le seul à ne pas en bénéficier. Maintenant je ne me suis jamais trouver de façon identitaire attaché à cette région pays de la loire. Peut être que certains oui et tant mieux pour eux. Ce débat fera encore couler énormément d'encre et enflammera beaucoup de passion. Maintenant ceux qui liront ces lignes devinerons d'eux même mon opinion. Vive la france, vive la bretagne unis et bien le bonjour a tout les citoyens du monde.

  • #28

    por2che (samedi, 14 juin 2014 12:47)

    Quand je lis les commentaires de ceux qui sont partisans de la "réunification" de la bretagne (petit b exprès) avec la LA, j'ai peur, très peur, on se croirait revenu dans les années 30 avec les nazis (d'ailleurs pour le justifier, ils parlent de l'occupation et de pétain) ou encore maintenant avec poutine et la crimée. Ces gens (eelv) parlent d''identité 'bretonne' alors que ce sont les mêmes qui combattaient l'identité nationale de sarko. Messieurs, vous me dégoûtez vite la fusion de la bretagne avec les Pays de Loire !!!!!!

  • #29

    Daniel L (samedi, 14 juin 2014 13:03)

    C'est évident qu'il faut réunifier la Bretagne. Pour effacer une décision (peut-être la seule qui reste effective) imposée par le régime de Vichy (c'est quand même incroyable que ce pays maintienne en activité une décision de la sorte). Oui! Mais pas seulement... Il suffit d'envisager les 3 possibilités: Premièrement; on ne touche rien et La Bretagne et cette pseudo-région qu'est celle des pays de Loire ont alors des tailles trop petites (mais ça fait plaisir aux copains... Mais les socialistes le paieront alors dans les urnes). Deuxièmement; la fusion de ces 2 régions administratives et alors la partie Ouest de cette entité sera encore plus marginalisée qu'elle ne l'est actuellement (Le nom de Bretagne sera peut-être même éliminé du paysage). La seule solution est La Bretagne à 5; avec son nom; son histoire; son image forte et une complémentarité des 3 villes de plus de 100000 habitants qui s'y trouvent.

  • #30

    Daniel L (samedi, 14 juin 2014)

    @por2che: L'intolérance ; je la vois dans vos propos méprisants.

  • #31

    Lilian L (samedi, 14 juin 2014 13:30)

    Je pense que Nantes fait partie de la Bretagne. J'étais même présent à la manifestation du mois d'avril à Nantes. Mais dans une réforme de ce type, il faut faire preuve de pragmatisme.
    Dans une Bretagne réunifiée à 5, le Rectorat de Nantes, l'Insee et bien d'autres administrations quitteraient-elles la cité des Ducs avec leurs nombreux emplois ? Il faudrait alors revoir l'ensemble de l'équilibre ! Très compliqué à mon avis...
    Pour éviter le statu quo, il faut donc accepter l'idée d'un regroupement Bretagne – Pays de la Loire ! De toute façon, les Bretons y mèneront la danse ! Ensuite, peut-être, certains départements de cette future grande région - où le débat est moins passionné que dans le 44 - choisiront de la quitter. Je pense à la Sarthe ou au Maine-et-Loire qui seront peut-être tentés par le Val de Loire...

  • #32

    Piotr (samedi, 14 juin 2014 13:36)

    La fusion Bretagne-Pays de la Loire, c'est la négation même de la Bretagne. Elle cesserait d'exister en tant qu'espace administratif, ce qui est pourtant essentiel à son avenir. Tout ce qui fait son particularisme culturel, identitaire, politique (la Bretagne reste à la pointe de la décentralisation et de la régionalisation), économique (les réseaux, Produits en Bretagne), serait mis sous l'éteignoir, serait nié, dans un espace plus grand où Vendéens, Angevins et Manceaux, aussi ouverts soient-ils, mais tellement en décalage avec la dynamique bretonne, ne comprendront pas nos aspirations.

  • #33

    BINET-JOSSIC Maryvonne (samedi, 14 juin 2014 13:46)

    Nantes est bretonne ... C'est une évidence à tous points de vue. Anne de Bretagne était nantaise, le château des Ducs de Bretagne est bien à Nantes ...
    Depuis combien de dizaines d'années la majeure partie des nantais demande-t-elle le rattachement de notre département à la Bretagne historique ?
    J'ai 76 ans, et ne compte plus le nombre de manifestations demandant cette réunification auxquelles j'ai participé ! Cette fois, je commençais à vraiment espérer !
    comme je l'ai vu cité plus haut : réparons les erreurs de Vichy, celles qui sont encore possibles !

  • #34

    Ollivaud Madeleine (samedi, 14 juin 2014 14:11)

    Bretonne puisque née le 6 février 1941 donc avant le décret de Monsieur Pétain amputant la Bretagne de la Loire Atlantique, je n'ai toujours pas compris pourquoi celui-la seulement n' a pas été abrogé. J'attends avec impatience que la Loire Atlantique retrouve enfin la Bretagne.Merci à tous ceux qui oeuvrent pour cette grande cause.

  • #35

    por2che (samedi, 14 juin 2014 14:33)

    Daniel L (samedi, 14 juin 2014) m'a répondu :"@por2che: L'intolérance ; je la vois dans vos propos méprisants." Effectivement quand on n'est pas d'accord avec les extrémistes on est intolérant et, je dis et je répète, que ceux qui veulent le rattachement de la LA à la bretagne sont aussi extrémistes et intolérants que ceux qui voulaient le rattachement des sudètes à l'allemagne ou la crimée à la russie.
    Nota : Anne de Bretagne n'a jamais vécu à Nantes !

  • #36

    Luc Guihard (samedi, 14 juin 2014 14:33)

    Faire tout petit, pour apprendre à grandir, à faire plus grand, plus ample ... Ce principe, que Moshe Feldenkrais appliquait aux mouvements, ne peut-on l'imaginer dans d'autres domaines ? La multitude de pays en Bretagne, ces petites entités, pays bigouden, pays du Léon, pays de la Mée, d'Ancenis, de Fougères, de Vitrié ... ne donne-elle pas du sens à la région Bretonne ? Ne permet-elle pas un véritable partage avec les régions voisines ? En parcourant l'est Breton, il est clair qu'à ses confins, on ne peut faire l'impasse des populations voisines si proches. Le tourisme ne s'y est pas trompé, qui calque sa communication sur les réalités humaines, tant à l'intérieur de la Bretagne historique, faisant fi des divisions départementales, administratives, comme, par exemple en pays de Redon, de la Mée, qu'à l'extérieur, avec un pays du vignoble qui déborde sur le Maine, la Vendée, l'Anjou, un marais Breton partagé entre Bretagne et Poitou. La prise en compte de ces réalité rend inutile la référence à l'espace plus grand des départements. La Bretagne a longtemps vécu sans département, jamais sans ses "Pays". Les luttes entre seigneurs féodaux, dont on se réfère souvent pour expliquer l'histoire des peuples, leur identité, n'ont elles-mêmes sans doute rien à voir avec l'existence de ces petits territoires, forgés par les difficultés, les joies de leurs habitants. Il y a une Bretagne éternelle, qui existe indépendamment des Ducs, d'Anne de Bretagne, indépendamment du nom des anciennes paroisses, des comtés, ou des départements actuels. Ne faudrait-il pas la réveiller, cette Bretagne de toujours ? Cette Bretagne qui passe de la culture brittophone à la culture romane en douceur, aux multiples visages, non plus réduit à des traits et des chiffres sur la carte, aux "frontières" artificielles dictées "d'en haut", une Bretagne qui s'efface doucement au profit des terroirs voisins, et vice-versa. Mais alors, si les gens vivent à travers leur petit pays, qu'en est-il de l'idée de communauté Bretonne, d'unité ? Bien mystérieux sentiment, dont parlait si bien Morvan Lebesque, peut-être lié à l'histoire, aux malheurs, au lourd tribut par les peuples des marches comme par ceux de l'intérieur, à la manière de se nourrir, de faire la fête ... mais aussi au regard de "l'autre". Les différences n'existent que pour celui qui les distinguent, quand sur place, cette conscience n'existe pas forcément ... Il faut réveiller cette Bretagne qui dort, endormie de force par un pouvoir qui préfère l'enfermer dans des critères purement économiques et administratifs, pour le confort de quelques-uns et dans lesquels certains Bretons eux-mêmes continuent à la concevoir. Il n'y aurait pour eux de Bretagne que dans le cadre de 4 départements, oubliant que le 5ème est pourtant naturellement lié aux autres, et cela même indépendamment de l'histoire, par simplement les us et coutumes. Faire petit pour apprendre à agir efficacement dans un espace plus grand. Les petits pays font la Bretagne, sans querelle de clocher, sauf à croire que l'humour empêcherait l'amour et l'unité, Penser qu'un espace toujours plus grand, en "mariant" de force les régions changerait le destin européen de la France est illusoire. Croire même que l'Europe puisse se faire uniquement par des Etats sans âme n'est pas sérieux. L'Europe ne peut être grande et puissante que si elle laisse vivre et s'épanouir ses plus petits espaces humains, ses petits pays qui se foutent pas mal des frontières administratives. La plupart des problèmes que connait le monde vient de cette négation des réalités, aux mariages forcés, au Tibet, en Palestine, en Ukraine, en Ulster ... Comparer le malaise de la Loire-Atlantique malade de la région "Pays de la Loire" à ces drames du Monde est-il si exagéré ? Doit-on considérer un problème comme important en fonction du nombre de morts ? Oui à la Bretagne éternelle, oui à la consultation de ses habitants par un référendum, on verra bien si le mot Bretagne a encore un sens pour les Bretons, loin de toute considération historique, identitaire ... mais simplement en considérant le monde comme un puzzle où chaque pièce à son importance.

  • #37

    por2che (samedi, 14 juin 2014 14:37)

    Madame Madeleine Ollivaud : les biérons n'ont jamais parlé breton que je sache alors dire que vous êtes 'bretonne' me fait bien rigoler !!!

  • #38

    Jonathan G. (samedi, 14 juin 2014 14:54)

    Pour reprendre les inquiétudes de cap 26, je ne vois pas en quoi la réunification empêcherait la multiculturalité des territoires et des individus. La dynamique régionale des PdL à nier l'identité bretonne du 44 jusqu'à récemment afin de ne pas nuire à sa politique de création identitaire (c'est pas moi qui le dit, ce sont le prefet Camous, le premier président de la région, Guichard, mais aussi ce que laisse entendre plusieurs propos de J. Auxiette). Du coup, moi en tant nantais "d'origine 'immigrée" (je n'ai pas d'origine particulièrement bretonne comme bcp de nantais), mais ayant été imprégné naturellement par la culture bretonne du pays nantais (j'ai appris le breton et le gallo), je me sens souvent comme un étranger chez moi lorsqu'on me dit que je ne suis pas breton, que je ne vis pas en Bretagne. Si au moins la construction régionale avait reconnu le 44 comme un département breton faisant partie d'une autre région administrative, peut être n'aurais-je pas ce sentiment. Etre Rennais ou Brestois n'empêche pas de vivre plusieurs cultures, et le projet que je porte en tant que militant de la Réunification, n'est pas un projet de "re-bretonnisation" du pays nantais, mais réellement un projet politique démocratique, celui de vivre dans un territoire cohérent, basé sur une dynamique commune et populaire, évitant la distanciation entre citoyens et institutions. Beaucoup jouent sur la peur d'une Bretagne identitaire, niant les autres, alors que les mots d'ordre des manifestations pour l'unité bretonne sont "une Bretagne ouverte sur le monde", la "démocratie", etc ... "l'identité" est justement une identité de "voyages", de rencontres, de mixité tout en étant "ancrée", c'est là tout l'intérêt, plutôt que de créer des structures sans âmes, déséquilibrée, et non reconnue par la population.

  • #39

    Mikael Bodlore-Penlaez (samedi, 14 juin 2014 14:54)

    Nantes est une ville bretonne. La réunification de la Bretagne est une condition pour recréer des solidarités nouvelles et pour permettre la réussite d'une vraie décentralisation, où chaque région pourrait expérimenter. Notamment en Bretagne à 5 départements où l'on pourrait enfin créer une Assemblée comme le propose le député socialiste Jean-Jacques Urvoas.

  • #40

    Luc Guihard (samedi, 14 juin 2014 14:56)

    @por2che
    Vous limitez donc la Bretagne à sa partie Brittophone ? Soit, mais pourquoi ne rejetez-vous pas tout le pays Gallo dans ce cas, Rennes en tête ? Cette vision de la Bretagne me semble inexacte, et prouve une méconnaissance de la réalité bretonne, où parlers romans et bretons ont cohabité dès le début de l'existence de la Bretagne. Votre recours à l'insulte, à destination des défenseurs d'une Bretagne réunifiée, parce que la situation actuelle les fait souffrir, tout "simplement", sans considération politique, autonomiste ou régionaliste, ne prouve que besoin de nuire, et au fond votre désintérêt pour la revendication en question.

  • #41

    Gégé (samedi, 14 juin 2014 15:19)


    A por2che
    Depuis quand faut-il être bretonnant - "brittophone" - (qui ont toujours été minoritaires en Bretagne) pour être breton ?
    Moi je suis nantais, francophone et je me suis toujours senti breton.

  • #42

    Thomas de Borgoña (samedi, 14 juin 2014 16:47)

    Au départ, je ne comptais pas poster de nouveau un commentaire, mais là, avec les messages de por2che, je me dois de réagir à mon tour. Comparer la réunification de la Bretagne à l'annexion des Sudètes, c'est du grand n'importe quoi. Et ponctuer cela d'accusations d'intolérance et d'extrémisme, ça n'est pas sans rappeler un certain GDR, que je soupçonne de s'être présenté justement sous le pseudo por2che ici.

    Vous voulez une différence entre la Loire-Atlantique et les Sudètes ? Pas de problème ! L'Allemagne nazie, qui a voulu piquer les Sudètes à la Tchécoslovaquie (alors que cette région n'avait jamais appartenu à l'Allemagne), a utilisé la force pour arriver à ses fins. Aux dernières nouvelles, la Bretagne n'a pas envoyé de soldats pour annexer la Loire-Atlantique : les pro-réunification veulent au contraire son opposé le plus démocratique : un référendum ! Donc cette comparaison est non-avenue.

  • #43

    HERVOUËT THOMAS (samedi, 14 juin 2014 18:10)

    Nantais, mais ayant habité aussi à Lyon, à Rennes, à St Malo, à Vannes, en Vendée dans mon enfance et y vivant de nouveau actuellement, en l'occurrence à La Roche-sur-Yon depuis plus de 5 ans, ayant par ailleurs vécu un peu au Canada, ayant voyagé dans plus de 50 pays sur tous les continents, parlant l'anglais, un peu l'allemand et ayant commencé à apprendre l'arabe, ayant de la famille et des amis partout en France, en Europe et dans le monde, je reste et resterai toujours Nantais et donc Breton, mais avec un esprit grand ouvert pour parodier le slogan de la région fauteuse de troubles dénommée Pays de la Loire. Je suis étonné que cette région ait pu être créée et qu'elle existe encore, qu'elle se soit dotée à coups de millions de francs puis d'euros d'une pseudo-identité ligérienne, qui est d'une ineptie hallucinante. Un habitant vendéen du marais Poitevin serait un Ligérien, tout comme un habitant du Croisic, du Mans ou de Laval...Je rappelle que seuls deux départements des PdL sur 5 sont traversés par la Loire, qu'une partie non négligeable de la Loire Atlantique n'appartient pas au bassin versant de la Loire, qu'il existe un département de la région Rhône Alpes qui s'appelle la Loire (42) dont les habitants ont complètement le droit de s'appeler Ligériens , que des départements comme l'Indre et Loire, le Loir et Cher, le Loiret...sont bien plus ligériens que les départements des PdL. Je trouve scandaleux que les PdL se soient appropriés une identité, qu'ils aient entrepris une vaste démarche de révision historique et géographique, enfumant et endormant les esprits. Je sors volontairement du cas de la Loire Atlantique, mais cela revient au même : suppression des PdL actuels, réunification de la Bretagne, retour à des régions historiques et géographiques avec un substrat logique et bien identifiées. Dire par exemple de la Vendée qu'elle est Ligérienne est absolument hallucinant : on lui donne une nouvelle identité et on la coupe de son tropisme au moins en partie orienté vers le Sud (s'il est vrai qu'à Nantes on est "informé" par les médias de ce qui se passe dans les PdL mais presque pas des 4 autres départements bretons, c'est la même chose à La Roche sur Yon, on nous parle de Laval et du Mans, mais jamais de La Rochelle ou de Niort). Je ne comprends pas que les habitants du vrai Val de Loire acceptent de se faire voler leur histoire, leur patrimoine et leur identité. Auxiette et consorts ne sont pas à un paradoxe près : le logo des PdL est une esquisse de la façade atlantique, les PdL envisageaient de fusionner avec Poitou Charentes pour créer un arc atlantique (alors que seule la Charente Maritime a un accès à la mer, soit un département sur 4...), le promotion ou propagande touristique des PdL se base beaucoup sur le littoral atlantique...pourquoi ne pas appeler cette région les Pays de la mer ou de l'océan? Tout cela vient brouiller sciemment les esprits, crée énormément de confusion. Les PdL actuels ont réellement créé un immense bazar pour rester poli. On parle de Pétain, certes, mais on oublie aussi Serge Antoine. Qui ça? Serge Antoine, un haut fonctionnaire, responsable de la création des régions administratives actuelles. Je vous invite fortement à lire le n°5 hiver 2008 "pour mémoire" où il est longuement question de la façon dont ce monsieur a dessiné dans son bureau les contours actuels des régions. Très très instructif. A faire lire aux thuriféraires, partisans et propagandistes des PdL, à diffuser dans les médias et dans la population pour que cesse enfin cette arnaque des PdL. D'un manière générale, il y a de gros problèmes en France dès qu'il s'agit d'identité. La France est un pays trop centralisé. Comparez avec nos voisins, allemands et espagnols par exemple, qui ont eux de vraies régions bien identifiées. Donc, réunification de la Bretagne, un vrai Val de Loire, la Vendée, ancien Bas Poitou, avec le reste de Poitou Charentes (comme le demande l'avocat Raoul Mestre, candidat malheureux à la mairie de la Roche sur Yon). Merci à M. de Rugy.

  • #44

    HERVOUËT THOMAS (samedi, 14 juin 2014 18:20)

    Je rajoute aussi ceci : j'invite fortement por2che à réviser son histoire bretonne, française, allemande, européenne et mondiale ainsi que les règles élémentaires de la courtoisie, du respecte et de la politesse, ainsi qu'à modérer ses propos insultants et garder son calme. Comparer la Loire Atlantique aux Sudètes, dire que l'on n'a jamais parlé breton en Brière et qu'Anne de Bretagne n'a jamais vécu à Nantes alors qu'elle y est née (cf. wikipedia.fr par exemple)...cela fait beaucoup. Un débat ne se construit pas sur l'outrance, la mauvaise foi et l'ignorance.

  • #45

    Gloannec (samedi, 14 juin 2014 18:24)

    Lorsque la BRETAGNE a été amputée de la loire atlantique(ex loire inférieure),cela s'est fait sans que l'on demande l'avis des populations concernées, mais de façon autoritaire.
    On à cette occasion démembré la bretagne au profit de la création artificielle qui n'a pas de cohérence et qui coûte très cher aux citoyens.
    Je ne vois donc pas pourquoi aujourd'hui, dans un pays qui se dit pratiquer la démocratie, nous n'aurions pas le droit au retour de la loire atlantique à sa région initiale.
    A défaut, il s'agira d'un véritable déni de démocratie qui jamais, ne sera oublié par les bretons guidés par une volonté de justice à leur égard. Il me souvient d'ailleurs qu'à l'occasion de sa campagne électorale notre président parlait de justice et bien c'est le moment de la mettre en application immédiate.

  • #46

    marc (samedi, 14 juin 2014 18:51)

    Bravo monsieur le député, un engagement clair et argumenté -le contraire de ce qui est concocté en ce moment par le gouvernement à mon grand désespoir. Quelle déception! Effectivement il serait idiot de rater cette belle occasion de rationaliser notre carte régionale : retour de la Loire Atlantique en Bretagne (ce qui ne veut pas dire que l'on exclurait les habitants venus d'ailleurs : quelle polémique ridicule), création d'une vraie région Val de Loire (cf déoupage UNESCO), Vendée rattachée à une région poitou charente agrandie mais pas avec le centre ou le Limousin!, la liste est longue et les travaux sérieux de géographes existent depuis longtemps. La tentative de faire cette réforme sur un coin de table en dernière minute en est d'autant plus incompréhensible...

  • #47

    Garcia Maelle (samedi, 14 juin 2014 19:26)

    Oui, au retour de la Loire atlantique à sa région d'origine, la BRETAGNE : au plan économique, culturel, social la Bretagne doit être réunifiée; c'est une des conditions nécessaire à son bon développement qui ne peut-être que profitable à l'ensemble Français. Non à sa dissolution dans une région artificielle et surtout profitable à quelques élus de droite et de gauche qui n'ont aucun sens de ce qu'est la volonté populaire ; les pays dits de la loire sont une hérésie qui ne survit qu'à coût de propagande payées très chèrement par les contribuables.

  • #48

    Dalors (samedi, 14 juin 2014 19:28)

    Sondage bidon concernant très majoritairement les militants écologistes ou les électeurs de françois de rugy , aucune véritable représentatiivité
    Allez donc demander ce qu'ils en pensent à vallet, clisson, ancenis, etc. Sans parler des nantais qui n'ont pas spécialement la fibre bretonne.
    Pour info je suis breton, mais je considère que la loire atlantique seule en bretagne en faisant fi des pays de la loire est une ânerie sans nom fortement nuisible

  • #49

    Thomas de Borgoña (samedi, 14 juin 2014 20:23)

    Sondage bidon ? Dans ce cas, vous n'avez qu'à inviter vos amis pro-PDLiens à voter, le sondage n'est pas chasse gardée des écologistes : je ne suis pas écologiste, ni électeur de François de Rugy, et pourtant j'ai voté quand même... et j'ai voté POUR la réunification ! La Loire-Atlantique est bretonne, c'est à Nantes qu'il y a le château des Ducs de Bretagne, c'est également à Nantes qu'est née Anne de Bretagne et que repose aujourd'hui son cœur.

    Cela dit, si vous tenez tellement à vos idées, soutenez la cause d'un référendum, pour ou contre l'adhésion de la Loire-Atlantique à la Bretagne ! Un référendum ne serait pas chasse gardée des pro-réunification.

  • #50

    PaysdeRetz (samedi, 14 juin 2014 20:41)

    @Dalors
    "Même proches du Maine-et-Loire et de l'Anjou, les habitants de l'Est du Département se considèrent comme bretons, et ne seraient pas insensibles à l'évolution de la situation régionale".

    M. Jean Poulain, Conseiller général du canton de Saint-Julien-de-Vouvantes, novembre 2006

  • #51

    Luc Guihard (samedi, 14 juin 2014 22:20)

    por2che votre provocation et vos insultes à l'égard des participants à ce forum sont bien faciles, en avançant masqué ! Ayez donc le courage de vos opinions, et dites-nous qui vous êtes ! Défoulez-vous, amusez-vous, mais avec "courage" ... Que craignez-vous ? La déportation ou pire, sans doute, puisque nous sommes tous des méchants nazis ! Comment voulez-vous être crédible, participer à ce débat sereinement, si nous ne savons même pas qui vous êtes ? Marre de ces personnes pour qui internet est seulement un défouloir, où il est si facile de déverser sa haine en se cachant derrière un pseudo. Trop facile de faire du mal, (et je ne parle pas seulement du sujet qui nous occupe) sans s'exposer soi-même à la critique ... Je ne chercherai pas à vous opposer des arguments cent fois évoqués pour contredire vos propos, vous n'attendez que cela pour rigoler tout seul derrière votre écran ! La seule façon de vous répondre est de vous ignorer, ce que nous devrions tous faire sans doute ! Adieu Monsieur ou Madame ... por2che !!!

  • #52

    François de Rugy (samedi, 14 juin 2014 22:35)

    Merci à toutes et à tous pour vos messages.
    Déjà plus de 800 participants à la consultation.
    Beaucoup de commentaires qui montrent que le sujet passionne : pourquoi les élus qui président les collectivités locales concernées ont-elles fermé le débat au lieu de l'ouvrir aux citoyens ? Ils ou elles prennent position au nom de leur collectivité sans même avoir réuni leur conseil (municipal, intercommunal, départemental ou régional) et encore moins organisé de vote des élu-e-s de leurs assemblée es respectives !
    Et si elles consultaient les habitant-e-s de leurs territoires, ce serait encore beaucoup mieux : ces collectvités locales auraient les moyens de faire des consultations ou sondages représentatifs.
    Je suis heureux d'avoir pu ouvrir un espace de débat. À suivre...

  • #53

    Dom44 (samedi, 14 juin 2014 23:09)

    Il y a tellement de raisons pour que le 44 retourne dans sa vraie région : la Bretagne. C'est évident au niveau historique, économique et culturel. J'aimerai bien qu'on cesse de gaspiller notre argent public en ces temps de crise. Or la communication des Pays de Loire et financée en grande partie par nous, habitants du 44. On n'a pas besoin de s'inventer une autre région, la Bretagne est connue et bien identifiable dan le monde. Paris veut nous imposer un autre destin, ce n'est pas raisonnable.

  • #54

    Cap2006 (dimanche, 15 juin 2014)

    La breizh pride ne semble pas faire recette... cela clos le débat.

    Beaucoup de Nantais veulent uen réorganisation administrative au service du developpement économique, au service des citoyens.
    Il y a aura de la place pour la culture bretonne dans une fusion, bien plus prometteuse d'un point de vue économique.
    Il y aura de la place pour une coopération interrégionale en cas de réunification ...

    Seul un reférendum local me fera accepter la réunification.... seul un reférendum calmera les partisans de la réunification, alors que l'on n'est même pas certain qu'il existe un emajorité dans chacun des départements de l'actuel Bretagne.

  • #55

    Al (dimanche, 15 juin 2014 02:37)

    Une belle occasion gâchée.
    Pourquoi F Hollande commence t-il par la fin en sortant une carte des régions alors que carte aurait dû être la conclusion de choix locaux, et non l'expression d'une décision technocratique centrale.
    Il n'a pas compris que l'avenir est au "bottom up" et que le "top down" est mort. Nous ne sommes plus en 1800 où Napoléon dessine les départements depuis Paris.
    j'espère qu'il est temps de remettre les boeufs avant l

  • #56

    jph (dimanche, 15 juin 2014 02:56)

    Le basin d'influence de Nantes va de Lorient à la Rochelle. Laval est dans l'aire d'influence de Rennes. Les relations dépassent les limites institutionnelles. Rennes et Brest, Nantes et Angers articulent clairement autour d'elles deux régions parmi les plus dynamiques de France. Ensemble elles ont la taille de la Catalogne, c'est à dire d'une euro région de 7 millions d'habitants. Les réunir serait une association artificielle? Que font les métropoles, elles travaillent ensemble depuis longtemps, et sont formellement unies depuis quelques années dans le pôle métropolitain Loire-Bretagne. On connait l'enjeu pour notre avenir économique et social, de la formation, initiale et continue, de la recherche. On connait aussi les échecs récents lorsque nos universités et grandes écoles, si promptes à s'étendre à l'international, ont voulues se valoriser séparément. Aujourd'hui, les universités des deux régions s'unissent en un seul ensemble qui pèsera dans le monde, et proposera à tous plus de qualifications et de compétences. Nos régions s'investissent dans un réseau ferroviaire qui relie chacun de nos départements à la France et à l'Europe, et disposent d'un réseau routier, aéroportuaire et portuaire unique. Elles partagent des filières puissantes et innovantes, et peuvent puiser l'une dans l'autre des solutions aux difficultés actuelles et de vastes espoirs pour demain : agroalimentaire, transport, matériaux, bio-tech, santé, numérique… autant d'entreprises et d'instituts de recherche regroupés dans des pôles de compétitivité constitués à l'échelle Loire-Bretagne. En matière d'environnement, oublie-t-on que nous sommes intégrés dans la même agence de l'eau Loire-Bretagne? Bocage, eau : deux symboles qui non seulement nous rassemblent, mais nous caractérisent. Nous partageons des valeurs communes, profondément ancrées dans les esprits comme les réseaux, tels que les amicales, les fédérations laïques, l'habitude de décider par le dialogue, une natalité parmi les plus élevées d'Europe, et une primeur donnée à la solidarité dans les projets et les actions. Loire-Bretagne, c'est aussi l'union d'atouts touristiques mondialement reconnus, du Mont St Michel au Puy du Fou, de Fontevraud à la Pointe du Raz. C'est enfin une histoire marquée par la résistance aux oppressions, des querelles parfois profondes, mais partagées à cette même échelle de débat. Et surtout, ne nous trompons pas d'enjeu. Prendre la Loire-Atlantique et pas la Vendée? mais les 4/5e de la Vendée sont tournés vers Nantes et Angers. Ne pas inclure le Mans? mais cette ville sera bientôt aussi proche de Paris que de Rennes. Et c'est une chance pour nous tous d'être raccordés à des métropoles européennes de niveau mondial comme Paris et Londres. Brest craint d'être excentré dans cet ensemble? mais les infrastructures en projet, portées par Pays de Loire et Bretagne, rapprochent tout l'ouest de notre territoire, le nord et le sud, aux deux métropoles comme il ne l'a jamais été. On ne construit pas l'avenir en voulant corriger un passé revisité. On n'y retrouve aucune ambition capable de rassembler le plus grand nombre. On divise. Le passé est une partie de notre chemin. Il nous nourrit, mais pour avancer, il faut être porté par des ambitions positives. On n'a d'avenir que si on lui dit oui. En toute connaissance de cause. Le "sens de l'histoire", c'est ce qui se passe aujourd'hui.

  • #57

    ECITTE (dimanche, 15 juin 2014 07:45)

    Région : Réduire le millefeuille est une bonne idée. Attribuer des compétences uniques et claires encore plus. Le pouvoir restant centralisé, la "régionalisation" administrative n'a pas d'intérêt. Donc faire de grosses régions devrait-être intéressant, mais des très grosses. Profiter des circonscriptions européennes étaient alors une piste intéressante surtout en période d'élections...
    Intercommunalité : J'y vois un problème d'avenir pour l'emploi via un gros soucis pour les artisans, PMI voir PME de pouvoir répondre aux appels d'offres, surtout quand on voit les pratiques qui se développent en faisant des appels d'offre auprès de 2 ou 3 grosses entreprises et dire aux autres de se rapprocher des ces entreprises pour passer en sous traitance. D'autre pars, selon le système actuel, il semble que la mise en place d'intercommunalité augmente fortement les coût en personnels et je ne suis pas certains que les économies sur l'utilisation des budgets rattrapent ce surcoût surtout si les toutes petites communes qui font actuellement via le sacerdotal bénévolat des élus se retrouvent à devoir payer du personnel intercommunal pour le faire.

  • #58

    dominique (dimanche, 15 juin 2014 08:07)

    En quoi une bretagne réunifiée fait peur?
    En France, la haine de l'autre gagne du terrain. La Bretagne est encore préservée. Doit on y voir la une explication? La bretonne et le breton ont le respect de l'autre. La France ne respecte plus rien, même pas ses territoires. L'etat est autiste pire qu'avec sarkosy, c'est vous dire. La France haïe les autres, haïe son peuple. La France se meure.
    bretagne doit elle tomber dans l'abime idéologique de la haine, comme son voisin, pour être reunie?

  • #59

    Dalors (dimanche, 15 juin 2014 08:43)

    Monsieur de rugy élu uniquement grace au bon vouloir du Ps ferait bien de ne pas faire trop le malin avec la loire atlantique en bretagne.
    A votre avis qui pèse le plus électoralement sur l'agglomération nantaise jean marc Ayrault ou François de rugy ? Poser la question c'est déjà y répondre.

  • #60

    Thomas de Borgoña (dimanche, 15 juin 2014 10:29)

    Je me pose une question, tout à fait légitime : pourquoi les "unionistes", Philippe Grosvalet en tête, mais aussi ses supporters (notamment por2che alias Gaëtan de Rennes), ne veulent pas de référendum ? Parce que oui, je rappelle au cas où : la revendication première des pro-réunification est l'organisation d'un référendum en Loire-Atlantique ! Alors pourquoi ne pas vouloir de référendum ? Ils ont peur que le "oui" pour la réunification l'emporte ? Dans ce cas, n'est-ce pas un peu -juste un tout petit peu- un déni de démocratie ? Que de questions, n'est-ce pas ?

  • #61

    Yannick L (dimanche, 15 juin 2014 12:47)

    à Fanch
    Voilà un avis tranché aussi démocratique que de décider que le Crimée est russe!!!! :)
    Les habitants ligériens pourront-ils décider de leur destin ou la réponse appartient uniquement aux Bretons?

  • #62

    Thomas de Borgoña (dimanche, 15 juin 2014 15:38)

    à Yannick L :
    Les pro-réunification réclament un sondage en Loire-Atlantique afin de demander l'avis des principaux intéressés, à savoir les habitants de ce département ! Et si la logique était la seule décideuse, même les opposants à la réunification de la Bretagne seraient eux aussi partisans d'un référendum, car faire un référendum, ça ne veut pas dire forcément oui !

    Laissons les habitants de Loire-Atlantique décider entre rester dans les Pays de la Loire -avec le risque que cette région fusionne avec la région Centre- ou de se rattacher à la Bretagne. C'est simple, démocratique, et à la disposition du CG 44.

  • #63

    Chon (dimanche, 15 juin 2014 15:58)

    Merci Me De Rugy de nous laisser nous exprimer.
    Continuer à defendre vos idées. Ne vous laisser pas intimider par les barons et élus qui ne pensent qu'à leur carrière.
    Militer aussi pour qu'il y ait une vraie liberté de la presse en 44. Et que tout ne soit pas fait pour annihiler la culture et le sentiment breton dans ce département (je pense à Ouest-France, France 3 PDL,...). Je trouve les positions de cette presse très surprenante dans un pays comme la France.
    Et que vive l'écologie sans étiquette! Une écologie constructive et ambitieuse.

  • #64

    LOEIZ (dimanche, 15 juin 2014 18:10)

    N'oublions pas le texte voté par le Conseil général de Loire-Atlantique le 22 juin 2001 ; il appelait à réunir les « cinq départements bretons, associés aux départements voisins qui le souhaiteraient ». Le nom de la Bretagne devra être conservé à cette occasion.
    Ce ne sera pas la première fois que nous prendrons la tête d'une confédération armoricaine. Ne laissons pas ces départements tomber dans le grand bassin parisien. Ils n'en ont nulle envie et préfèrent se tourner vers la Bretagne. Avec eux, nous pèseront davantage contre le monstre parisien.

  • #65

    P. Le Bouffant (dimanche, 15 juin 2014 19:27)

    je suis originaire du Trégor et je connais bien l'histoire de ma Bretagne et de sa langue Celte puisque je suis Brittophone... mais je sais aussi qu'un jour de 1941 des Malappris ont décidé d'amputer la Loire-Atlantique du Territoire Breton , alors que Nantes est l'ancienne capitale de la Bretagne ou se trouve également le château des Ducs de Bretagne ...
    je trouve qu'il est tant maintenant de réparer cette injustice faite au Peuple Breton ... En tant que Pays des droits de l'homme, La France doit respecter l'identité de la Bretagne dans son intégralité !!!

  • #66

    Piotr (dimanche, 15 juin 2014 21:25)

    @ LOEIZ
    La Bretagne qui "prendrait la tête d'une confédération armoricaine", c'est du doux fantasme. La fusion Bretagne-Pays de la Loire équivaudrait à la création d'un cadre régional incohérent et par définition faible. En somme, une grande région technocratique bien molle, bien flasque, dans laquelle les métropoles auraient les coudés franches, et où mécaniquement, la prise en compte des intérêts bretons en pâtiraient.

  • #67

    gaudan (dimanche, 15 juin 2014 23:02)

    qu'on redonne le 44 loire atlantique à sa BRETAGNE , la loire atlantique est un PAYS BRETON

  • #68

    Reun (lundi, 16 juin 2014 00:20)

    Je suis pour la réunification de la Bretagne pour la raison qu’on ne devrait même pas se discuter quand on sait que la Loire Inférieure a été retirée des quatre autres départements breton d’un trait de plume en 1941 par un décret signé de Pétain et Darlan. Si on accepte de proroger cet état de fait, alors pourquoi ne pas transformer un Alsacien en Bourguignon, un Normand en Picard, un Parisien en Briard ou l’inverse. On arrête où la plaisanterie ? Et cependant il y en a qui prétendent que Nantes n’est plus bretonne à cause des Angevins et des Vendéens qui y vivent. Certes c’est une réalité mais alors pourquoi ne pas décréter que Paris est bretonne sous prétexte que c’est la ville où il y a les plus de Bretons d’origine ?

    Si les Angevins et les Vendéens veulent exister par eux même, c’est par la dissolution des Pays de Loire qu’il faut commencer. L’Anjou, le Maine, la Vendée voilà des territoires connus qui n’ont pas besoin de campagne de communication coûteuse pour se donner une identité internationale, elles existent de par les noms forgés par l’histoire alors pourquoi s’accrocher aux « Pays de Loire » qui ne seront connus que par l’administration française. L’intérêt de ces territoires est convergent avec celui de la réunification bretonne.

  • #69

    Joss (lundi, 16 juin 2014 09:17)

    Pour moi le ré-attachement de la Loire Atlantique à la Bretagne est une évidence. Culturel, économique mais aussi humain. Guérande, Saint Nazaire, Guémené penfao, le territoire Brièron, quel gâchis!

    Quand je pense aux dépenses colossales de la région Pays de la Loire pour se construire une identité cela me chagrine, personne ne devrait être autorisé à gommer le passé.

  • #70

    P.Olivier (lundi, 16 juin 2014 10:04)

    Depuis combien de temps la Bretagne historique existe t-elle ? Depuis le 1er siècle ?
    Alors effaçons cette douloureuse séparation de la Loire Atlantique de notre région, effaçons ces 70 et quelques années.
    Retrouvons la Bretagne historique et culturelle pour une économie forte, diversifiée et ouverte sur le monde.

  • #71

    André Corlay (lundi, 16 juin 2014 12:31)

    Bravo, François, pour cette initiative.
    La droite a refusé la réunification...
    La gauche refuse la réunification...
    Le peuple breton veut la réunification...
    Mais à la fin, qui gouverne dans cette "démocratie" décadente ?
    Quel lobby est vraiment le décideur caché derrière tout ça ?
    Si ce n'est pas Dieu, si ce n'est pas le diable, ce ne peut être que les francs-maçons, disait mon grand-père ...
    Hé, hé, pourquoi pas ? Cherchez bien !
    En tous cas, je jure bien que, le 28 juin prochain, devant la préfecture, je barrerai et jetterai cette carte d'électeur français que je ne peux plus voir, en maudissant tous les pantins bretons qui persistent à voter pour de tels franchouillards soi-disant socialistes, qui se prétendent même démocrates.
    Ce jour-là, j'aurai 73 ans. Quand je suis né, en 1941, un décret scélérat s'apprêtait à être publié, 2 jours plus tard avec la bienveillance des nazis... combien de nos "bons élus" en profitent encore, voire, en abusent ???

  • #72

    Dumnac49 (lundi, 16 juin 2014 15:18)

    Que de propos opiniâtres et vindicatifs sur ce forum, ça ferait presque peur ! Visiblement, il faut vraiment la démanteler cette région PL, sinon il va se passer qq chose de grave. Si j'ai bien compris, voilà ce qu'il ressort de la grande majorité (pour ne pas dire la totalité) des propos tenus sur ce forum : Moi, Breton, je reprends ma LA, et Toi, le reste, tu te débrouilles pour te trouver une autre région, nous on s'en fiche. Sympa. Quelle idée étriquée et égoïste (ha si, désolé !). Et former "Grand Ouest" en réunissant les 2 régions ? C'est pas mal, non ?
    J'habite à Nantes , mais je suis originaire du Maine et Loire (pourvu que je ne sois pas ramené à la frontière !) et là-bas, tout est "Ouest" : le nom des entreprises, des journaux, des clubs sportifs... donc le Maine-et-Loire tend naturellement dans cette direction. Je me demande même s'il n'y a pas une assoce qui donne des cours de Breton... Faut dire que qq colonies sont venues s'installer autrefois pour travailler (dur) dans les mines d'ardoise, à Trélazé.
    En tout cas, c'est vrai, la LA est bretonne même si moi, angevin, quand je me promène le long de l'estuaire, je retrouve la même odeur que celle de la Loire angevine.
    Quoiqu'il en soit, le statu quo n'est pas une solution, il faut bouger, on est au moins d'accord sur cet aspect.
    allez, Kenavo (je connais au moins un mot : c'est un début !)


  • #73

    Thomas de Borgoña (lundi, 16 juin 2014 16:54)

    Si le bon sens était de mise, les partisans de la Bretagne à 5 ET les partisans du "grand ouest" devraient TOUS souhaiter un référendum : c'est la meilleure solution pour clarifier les choses et savoir ce que pensent les principaux intéressés : les habitants de Loire-Atlantique !

  • #74

    deltafox44 (lundi, 16 juin 2014 19:43)

    Diminuer le nombre de régions ne devrait pas être un but en soi... passer de 95 départements à une vingtaine de régions cohérentes par l'économie et l'identité est une bonne chose ; les réduire à une douzaine de "machins" démesurés autant qu'artificiels ne fait qu'éloigner le citoyen des centres de décisions ; sinon, autant aller au bout du raisonnement et créer une unique hyper-région "France" !

    La Bretagne à 5 a une la taille suffisante et plus de cohérence que toutes les autres options.

    Ça fait longtemps que le drapeau breton flotte sur le Conseil général au côté de ceux de l'Europe, de la France et de la Loire-Atlantique, pourquoi ne pas organiser un référendum au niveau départemental ?

  • #75

    cachev (lundi, 16 juin 2014 22:05)

    Dans notre République, il est exclu que des citoyens excluent d'autres citoyens. Il est donc exclu que les citoyens de la Bretagne administrative excluent les habitants de Loire Atlantique, de même qu'il est exclu qu'une Bretagne à 5 exclut les Vendéens, Angevins ou Mayennais ou choisisse pour eux. A mon avis, pour l'ouest, il faut commencer par demander aux citoyens de Loire Atlantique "voulez-vous rejoindre la Bretagne administrative ?" puis, en cas de oui, demander aux Vendéens "souhaitez-vous rejoindre la Loire Atlantique ou être uni au Poitou Charente ?" ; à ceux du Maine et Loire "souhaitez-vous rejoindre la Loire Atlantique ou être unis à la région Centre val de Loire ?" et à ceux de Mayenne et Sarthe, même question avec la possibilité normande. Les noms des futures régions, la répartition des sièges administratifs, dépendront de ces résultats.
    Enfin, pour les autres régions, il y a possibilité de demander aux gens s'ils préfèrent la carte de M. Hollande ou la fusion de leurs conseils généraux avec leur conseil régional dans certains cas et de laisser le droit d'option dans d'autres.

  • #76

    Y.B. (lundi, 16 juin 2014 22:16)

    Origine du Club des Jacobins: Dès les tout premiers jours de juin 1789, avant que les trois ordres ne soient encore réunis en un corps délibérant, une société de pensée regroupa des délégués du tiers état qui se réunirent lors de la rédaction des cahiers de doléances. Elle a pris le nom de Club breton car elle est animée par plusieurs députés issus du parlement de Bretagne, mais aussi d'Armand Le Camus, Guillotin, Isaac Le Chapelier, tous trois signataires du cahier de doléances de Paris. L’action du Club breton se limite à discuter des affaires en cours avant les débats à l’Assemblée et se caractérise concrètement dans l’homogénéité des votes que vont émettre les députés du Tiers qui cessent par son entremise d’être une cohue pour devenir un parti. Après les Journées d’octobre (5 et 6), la Société s’installe au couvent des Jacobins St Honoré et prend le nom de « Société des amis de la Constitution ».
    Vivent la liberté, l’égalité et la fraternité … et mort à tous les réactionnaires nostalgiques du féodalisme.
    La Liberté ou la mort !
    Ton égal en droit !

  • #77

    charpiat (lundi, 16 juin 2014 22:38)

    Ce soir 79% des votants sont pour la Bretagne à 5 départements. Merci Monsieur le député de confirmer ce que tous les autres sondages disent. Alors parlementaires écoutez le peuple Breton du 44! Et vous qui ne vous sentez pas Bretons, vous vivrez très bien dans une Bretagne enfin réunifiée, une région forte économiquement et culturellement et surtout absolument ouverte sur l'Europe et le monde. Degemer mat e Breizh! Vous ne serez pas obligés d'apprendre le Breton ni les danses bretonnes on n'oblige personne en Bretagne et si vous vous sentez Bretons alors pourquoi pas?

  • #78

    YB (lundi, 16 juin 2014 23:51)

    http://youtu.be/WscVYSu-O2w
    C'est vrai qu'ils sont plaisants tous ces petits villages
    Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
    Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
    Ils n'ont qu'un seul point faible et c'est être habités
    Et c'est être habités par des gens qui regardent
    Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
    La race des chauvins, des porteurs de cocardes
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
    Empalés une fois pour toutes sur leur clocher
    Qui vous montrent leurs tours leurs musées leur mairie
    Vous font voir du pays natal jusqu'à loucher
    Qu'ils sortent de Paris ou de Rome ou de Sète
    Ou du diable vauvert ou de Zanzibar
    Ou même de Montcuq il s'en flattent mazette
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Le sable dans lequel douillettes leurs autruches
    Enfouissent la tête on trouve pas plus fin
    Quand à l'air qu'ils emploient pour gonfler leurs baudruches
    Leurs bulles de savon c'est du souffle divin
    Et petit à petit les voilà qui se montent
    Le cou jusqu'à penser que le crottin fait par
    Les chevaux même en bois rend jaloux tout le monde
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    C'est pas un lieu commun celui de leur connaissance
    Ils plaignent de tout coeur les malchanceux
    Les petits maladroits qui n'eurent pas la présence
    La présence d'esprit de voir le jour chez eux
    Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire
    Contre les étrangers tous plus ou moins barbares
    Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Mon Dieu qu'il ferait bon sur la terre des hommes
    Si on y rencontrait cette race incongrue
    Cette race importune et qui partout foisonne
    La race des gens du terroir des gens du cru
    Que la vie serait belle en toutes circonstances
    Si vous n'aviez tiré du néant tous ces jobards
    Preuve peut-être bien de votre inexistence
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

  • #79

    YB (mardi, 17 juin 2014 00:00)

    http://youtu.be/ejVrbqEUnec

    Degemermat e Ker mein kampf !

  • #80

    YB (mardi, 17 juin 2014 00:08)

    La Rébellion irlandaise de 1798, fut un soulèvement contre la domination du Royaume de Grande-Bretagne au sein du Royaume d'Irlande. La rébellion fut menée par les Irlandais Unis, un groupe révolutionnaire et républicain, influencé par la Révolution américaine et la Révolution française.

    La Révolution française de 1789 insuffla un nouveau vent de liberté qui eut de profondes répercussions en Irlande. Sa doctrine de "Liberté, Égalité et Fraternité" inspira directement le mouvement réformiste irlandais mené par les Irlandais Unis.

    En 1791, année de la parution du pamphlet de l’américain Thomas Paine, Les Droits de l’Homme, défendant les idées de la Révolution française, un groupe de Presbytériens radicaux de Belfast ayant servi dans les Volontaires Irlandais – une armée protestante constituée de 80 000 hommes – formèrent un Club politique : la Société des Irlandais Unis. Theobald Wolfe Tone, son principal dirigeant, était un jeune avocat protestant du barreau de Dublin, convaincu que la doctrine républicaine française représentait la solution aux malheurs de l’Irlande.

    http://liberationirlande.wordpress.com/2011/06/11/recit-du-soulevement-des-irlandais-unis-de-1798/

  • #81

    Gare au gorille44 (mardi, 17 juin 2014 03:14)

    @YB : Ne rameutez pas Brassens, vous ne le méritez pas et semblez confondre beaucoup de chose, comme la juste et légitime aspiration des hommes à vivre en harmonie sur un territoire pertinent et cohérent, dans une culture en mouvement ouverte sur le monde, et la fierté déplacée et belliqueuse des esprits les plus malléables. La connerie est une denrée des plus partagées, et c'est bien elle qui alimente la seule et véritable universalité. Tonton Georges savait où il aimait vivre - Lézardrieux - et où il était né - Sète- évitez les lectures trop rapides qui n'aboutissent qu'à des interprétations hasardeuses de son oeuvre... "Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part" (France?) me semblent, par des temps qui courent depuis trop longtemps, se replier plutôt sur des visions jacobines d'une autre époque et des glorioles passées : un seul type d'homme pour une seule vision de l'humanité, est-ce là tout le génie de "l'universalisme" français? Les bretons n'ont jamais colonisé personne et ce n'est pas moi qui vais commencer. Allez, vivement l'Europe!
    Nantais donc breton, et pas plus fier pour autant, je vous laisse à vos fantasmes mélenchonesques.

  • #82

    Thomas de Borgoña (mardi, 17 juin 2014 08:41)

    On voit que les pros-PDL ne boycottent pas le sondage... et tant mieux ! Mais malgré tout, le sondage ne leur donne pas raison. Alors soit ils n'arrivent pas à mobiliser autant que les pros-réunification... ou soit... ils sont moins nombreux, tout simplement ! Mais à mon avis, c'est plutôt la deuxième solution ! Mais seul un référendum permettrait d'en avoir le cœur net. Moi, je ne voterai pas, je le regarderai depuis ma Bourgogne... mais malgré ça j'insiste : POUR LA DÉMOCRATIE, un référendum !

    Par ailleurs, la Mayenne, la Vienne, les deux Charentes, la Corrèze, le Cantal, l'Oise, le Loiret et le Territoire de Belfort sont aussi susceptibles de demander un rattachement à d'autres régions, il faut leur donner cette possibilité à eux aussi ! Faites cause commune pour tous les départements qui veulent être maîtres de leur destin !

  • #83

    YB (mardi, 17 juin 2014 09:47)

    Merci Gare au gorille44 pour cette explication si subtile et nuancée … J’admire votre grande culture et la justesse de votre raisonnement qui me laissent coi … que ? … Ce petit relent d’anticommunisme primaire sent bon la nostalgie des années trente ... C’est très bien … Continuez comme ça … Vous pourrez bientôt faire aussi bien que vos valeureux ancêtres de l’Emsav des années 1940-1945 …
    Durant la Seconde Guerre mondiale, l'ensemble du mouvement politique autonomiste organisé promeut la collaboration avec l'Allemagne nazie et/ou avec le régime de Vichy. Georges Cadiou estime que le mouvement breton s'est « fourvoyé très majoritairement » dans la collaboration avec l'occupant, à l'exception des quelques cas individuels.
    En juillet 1940, au Congrès de Pontivy, François Debeauvais, Marcel Guieysse et Olier Mordrel créent le Comité National Breton. Ils décident aussi l'édition d'un journal hebdomadaire l'Heure Bretonne dirigé par Raymond Delaporte et de ses frères Yves et Hervé. Le premier numéro est symboliquement daté du 14 juillet 1940.
    Deux cent un numéros paraissent entre juillet 1940 et juin 1944.
    Rédacteur en chef : Morvan Lebesque, pendant deux mois. Il se défendra toujours de cette courte période en arguant « de sa naïveté et en assurant qu'il est parti dès qu'il s'est aperçu des velléités pro-allemandes du journal ». Il sera par la suite rédacteur au principal journal collaborationniste et antisémite français Je suis partout.
    Jean Merrien, jusqu'à l'éviction d'Olier Mordrel de la tête du Parti national breton, et de la direction du journal.
    Job Jaffré, à partir de décembre 1940.
    Ce journal est édité à Rennes par le Comité National Breton. Il est en fait la continuité de Breiz Atao.
    Le 1er numéro du 14 juillet 1940, annonce, sous le titre « La Bretagne existe désormais officiellement », que « les autorités allemandes ont reconnu officiellement notre pays 1° en créant un poste de gouverneur de la Bretagne... » .
    En août 1940, quelques nationalistes vendant l'Heure Bretonne sont arrêtés à Quimper. Angéli, préfet du Finistère prononce à plusieurs reprises l'interdiction de vendre ce journal dans le Finistère. Mais, passé ce fâcheux incident, tout porte à croire que les autorités allemandes n'ont pas eu à se plaindre de la ligne éditoriale de ce journal, qui paraîtra en toute légalité jusqu'au 4 juin 1944, en vilipendant les Juifs, les Jacobins et les Français en général, au nom de la défense d'une « race bretonne » (selon l'expression du modéré Delaporte), et de l'« Europe nouvelle » aryenne qui s'édifiait alors.
    Ce journal fut l'organe de propagande du nationalisme breton et un relais de l'alliance avec l'Allemagne dans le cadre de la création de l'« Europe nouvelle ». Il encourageait les bretons à s'organiser eux-mêmes dans le cadre d'une autonomie nationale, adoptait en permanence des accents xénophobes et très fréquemment antisémites et appelait les jeunes Bretons à faire l'« Europe nouvelle » sous les auspices du Reich. Il se réjouissait de l’effondrement de la République française qui répandait, selon lui, « une odeur de compromission, des relents maçonniques, de grasses senteurs de Juifs. ».
    Parmi des articles relatant la vie quotidienne des Bretons et l'histoire de Bretagne sous le prisme du nationalisme, se trouvent quelques articles racistes et xénophobes, une haine farouche contre l'Angleterre et d'autres qui affichent leur solidarité totale à l'égard de l'Allemagne nazie se traduisant par des articles hebdomadaires relatant les exploits de la Wehrmacht en Russie.
    Alors que le monde libre est en guerre contre le nazisme, on peut lire des slogans tels que « ni français, ni allemand, breton seulement! » en première page, puis un article donnant au Reich le rôle de « défenseur de l'occident ».
    La consultation est d'ailleurs possible auprès des archives départementales bretonnes et peut éclairer le lecteur sur la réalité du contenu.

  • #84

    Nicolas C. (mardi, 17 juin 2014 11:53)

    Avec les Pays de La Loire, Vigneux de Bretagne, Fay de Bretagne, Le Temple de Bretagne, La Tour de Bretagne, le château des ducs de Bretagne, le marais Breton, le Sillon de Bretagne, les marches de Bretagne (dont Chateaubriant, Clisson, Ancenis, Machecoul...), Penn Bron, Penn-bé, Le Croisic (Ar Groazig en Breton) etc. ... ne seraient plus en Bretagne.... mais de quel droit ?
    Pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'apprendre l'histoire de la Bretagne, tapez Bretagne dans n'importe quel moteur de recherche et vous verrez quelle carte apparaît...
    Pour ceux à qui cela pourrait faire peur : La réunification ne signifie pas l'exclusion des vendéens et autres ligériens ! -> La Bretagne, de par sa tradition maritime a toujours été très ouverte au monde (et donc au reste de la France). Pas de raison que cela change.
    Aujourd'hui, le sentiment d'appartenance à La Bretagne de la population de Loire Atlantique est toujours très fort (même si il n'y a pas 100% d'adhésion).
    Quelques exemples :
    - Dans vos super U, les sacs "Bretagne" ou autres "bibelots" bretons s'arrachent comme des petits pains. Un hasard...? Bien sûr que non !
    - Les autocollants plaques d'immatriculation 44=Bretagne foisonnent
    - Le label "produit en Bretagne" regroupe des entreprises des 5 départements historiques
    - L'extension internet ".bzh" est en train de sortir et sera applicable aux 5 départements historiques
    - Le nombre de fest-noz et autres événements "bretons" est extrêmement élevé en Loire Atlantique et en constante augmentation
    etc.
    Ne cautionnez pas le régime de Vichy ! Votez pour la réunification et une région avec des valeurs et une économie forte !

  • #85

    P. Bourseiller (mardi, 17 juin 2014 13:23)

    @YB
    le mythe (ou la propagande ?) de la Bretagne collaborationniste à la vie dure. Après guerre cela suffisait à clouer le bec de tous ceux qui avaient une vision différente de l ' identité(s) Française.
    - Oui le mouvement indépendantiste breton à collaboré, et à été condamné (prison et interdiction à vie de remettre un pied en Bretagne). Quid des hauts fonctionnaires de l'état Français, qui eux, avaient du sang sur les mains?
    - Non leurs idées non jamais été majoritaires en Bretagne, la Bretagne malgré les apparences, est et a toujours été terre de modérés. Centre droit (terre UDF) ou centre gauche (PS). C'est une simple constatation objective.
    - Oui, en ne parlant que cette partie de l histoire, vous crachez sur la mémoire des résistants de l ile de Sein, du maquis de St Marcel, du réseau Shelburne....... Ils étaient tout aussi Bretons que les " collaborationnistes ". Oui l identité peut etre multiple, et je peux me définir en tant que "Breton au milieu de ...." et non pas "Breton contre...." (ça c'est du nationalisme d'état).
    -Oui vous avez le droit d'exprimer une opinion dans la mesure ou vous respectez ceux qui ont une vérité différente de la votre.
    Cordialement.

  • #86

    Dalors (mardi, 17 juin 2014 14:26)

    Clisson, machecoul, ancenis en bretagne sans oublier valler , le pallet , etc , il y a vraiment de quoi se tordre de rire
    Et c'est un vrai breton du finistère qui vous le dit
    Laissez tomber cette utopie ridicule de la pseudo réunification et le mensonge du rapt de la loire inférieure par ce salaud ( ça c'est vrai ) de Pétain car il n'existait pas de région administrative bretagne avant 1956.

  • #87

    Thomas de Borgoña (mardi, 17 juin 2014 15:53)

    à Dalors :
    C'est tout faux. Certes, entre 1790 et 1941, il n'y avait pas de région portant le nom "Bretagne", ni de régions tout court d'ailleurs. Mais en juin 1941, le Maréchal Pétain alors dirigeant de l'État français collaborationniste, a décidé de créer des "préfectures régionales" qui étaient découpées de sorte à ce que ce soit "en harmonie" avec la ligne de démarcation entre zone occupée et zone "libre". Ainsi la Bretagne fît son retour en tant qu'entité administrative sous le nom de "Préfecture de Rennes", 151 ans après la disparition du Duché, mais elle fût amputée de la Loire-Inférieure. Celle-ci fût attribuée à la "Préfecture d'Angers", prédécesseur des Pays de la Loire actuels, sans la Vendée mais avec l'Indre-et-Loire. Si le découpage tel qu'il a été réalisé par Vichy n'a pas été retenu, l'idée d'amputer la Bretagne pour créer une région intermédiaire entre cette dernière et le Val-de-Loire a été reprise par Pierre Pflimlin en 1956. Ainsi, les gouvernements post-libération jusqu'à nos jours ont décidé de garder -et donc cautionner- cet héritage du gouvernement de Vichy...

  • #88

    ar vro bagan (mardi, 17 juin 2014 16:21)

    @Dalors
    C'est quoi pour vous un "vrai breton du finistère", dans votre esprit il y a donc des "faux bretons du 35,44, Est 22, et Est 56" ? Pour vous la "vraie" Bretagne est brittophone ?
    Sachez qu' en basse bretagne, il existe deux villes "historiquement" Française, Brest pour la Royale et Lorient pour la compagnie des Indes. Certaines villes de Loire Atlantique sont bien plus Bretonnes que vous ne semblez le croire. Un habitant de Clisson a, SI IL LE SOUHAITE, autant de légitimité que vous, "vrai breton du finistère", a revendiquer cette identité. L ' identité bretonne ne repose pas sur les liens du sang, ni sur les liens du sol, juste sur les liens du coeur.

  • #89

    De Nantes à Montaigu (mercredi, 18 juin 2014 00:36)

    Pétain aurait enlevé la Loire -Atlantique de la Bretagne, une rumeur plus que tenace mais surtout, une contrevérité historique!
    Je lisais ces jours-ci l'historique sur wikipédia de la Loire Atlantique et je suis tombé sur ce passage... "Peut-être dans la filiation vidalienne des « régions Clémentel » de 1919, une loi du gouvernement de Vichy"
    Déjà, un peut être sur wikipédia, c'est surprenant... On évite les suppositions sur une encyclopédie... Enfin le mode de découpage de la région Clémentel n'avait absolument rien à voir avec le fameux (mais en réalité peu connu) décret 2727 !

    À la suite d'une circulaire du ministère du Commerce du 25 août 1917, un premier arrêté ministériel institua des groupements économiques régionaux dits « régions Clémentel » le 5 avril 1919. Il s'agissait donc d'une région économique et chaque CCI départementale intégrait volontairement (ce n'était absolument pas imposé par Paris) la région de son choix et c'est là que ça devient intéressant!
    La CCI de Nantes était très influente et c'est pourquoi la région s'étendait du Morbihan à l'Indre et Loire en plus des 5 départements qui composent la région PDL actuelle. En 1939, il y a eu le décret du 28 septembre relatif à l'organisation des régions économiques qui amputa Morbihan et Indre et Loire. Rennes avait entre autre fait pression pour récupérer le Morbihan! C'est aussi à ce moment là que le nom Pays de la Loire est apparu ! Oui, dès 1938 !! Mais que ce soit en 1938 ou 1919, ces régions économiques étaient faites pour Nantes! Sans Nantes, le découpage aurait été très différent!

    Mais en mai 1941, le gouvernement de Vichy institua la commission Romier pour créer de nouvelles régions. Les travaux furent publiés le 23 août 1941, après une intervention de dernière minute de Pétain qui voulait une Bretagne à 5 afin de respecter les découpages historiques (la commission voulait une Bretagne à 6 en rajoutant la Mayenne). La carte est disponible sur internet mais ce découpage régional n'a jamais été appliqué...

    En Juin 41 (donc avant remise travaux commission Romier), il y a eu le décret 2727 à l'origine notamment, de la région d'Angers.
    Alors qu'en 1919 et 1938, Nantes était le cœur de ces régions économiques, avec ce décret, c'est Angers qui en devint le cœur! Enfin, elle comprenait l'Indre et Loire mais pas la Vendée. Il s'agissait d'un découpage purement administratives (les préfets régionaux étaient chargés d'appliquer les ordres de Vichy) et qui n'avait pas vocation à perdurer. Dès la fin de l'année 1944, il a d'ailleurs été abrogé.

    Décret du 28 septembre 1938 relatif à l'organisation des régions économiques
    http://ddata.over-blog.com/3/31/32/33/Histoire/Histoire-decoupage/Decret-du-28-septembre-1938.pdf

    Donc non, la région PDL n'est pas une construction de Pétain (au contraire, il voulait le retour de la Bretagne historique) mais la transformation en région politique des régions économiques de 1919 puis 1938 ! Sans Nantes, il n'y aurait jamais eu de région Pays de la Loire...

  • #90

    Gare au gorille44 (mercredi, 18 juin 2014 00:59)

    @YB: Yes ! j'ai débusqué le dernier ! Non, non, j'déconne, je ne suis pas "anticommunisme primaire", cela serait trop d'honneur, ma 'haine' de cette belle utopie au si lourd passif ne va pas jusque là (me dire ça à moi qui ai toujours voté à gauche et me prosterne, mains jointes, tous les soirs devant la photo de Jaurès!) ; mais quand même, traiter les gens de facho dès lors qu'on ne partage pas vos idées, voilà bien toute la finesse des "braves gens qui n'aiment pas que" les girondins expriment un autre point de vue qu'eux... Certains donnent le bâton pour se faire battre. En ce qui concerne l'histoire de l'emsav, vous ne m'apprenez rien mon bon Monsieur YB et vous faîtes même au passage quelques belles omissions qui doivent vous arranger, sans parler des amalgames faciles, mais bref, là n'est pas le sujet, et il ne sert à rien de disserter sur les bases anachroniques et caricaturales d'un parti pris même pas déconcertant tellement il semblait prévisible.
    Allez, basta, assez perdu de temps, un débat ne se construit qu'avec des personnes de bonne volonté. Pénible (même s'il demeure risible) le catéchisme du militant borné, stop. Jaurès m'attend.

  • #91

    Criss Debza (mercredi, 18 juin 2014 08:43)

    Il est grand temps que les "élus" portent une volonté qui s'exprime de toutes les manières (pacifistes) possibles laissées à la disposition des citoyens depuis un demi-siècle.
    Il est temps que les "élus" se comportent comme des représentants du peuple et non comme des aparatchiks laissant à penser qu'ils sont uniquement préoccupés d'obéir au parti afin de préserver leur(s) siège(s) (si confortable-s). Bravo donc, à vous et aux quelques autres pour être les premiers à le faire.
    Si la France a si peur d'une Bretagne réunifiée qu'elle exprime ses craintes clairement. Si la France a si peur d'une Bretagne réunifiée, que le gouvernement se pose la bonne question "qu'y a t'il de pourri dans la république française ?"

  • #92

    Thomas de Borgoña (mercredi, 18 juin 2014 11:36)

    @De Nantes à Montaigu :
    Les régions administratives de Vichy (avec la Bretagne à 4) étaient les premières qui avaient un but pas seulement économique : il s'agissait déjà à l'époque de créer des circonscriptions à même titre que les départements, mais plus faciles à contrôler que ces derniers, de par le fait qu'elles étaient plus grandes et donc moins nombreuses. Elles n'ont évidemment pas survécu à la fin du régime de Vichy, étant donné qu'elles ont été faites pour être en harmonie avec la "ligne de démarcation" de l'occupant nazi. Reste que ce sont les premières vraies régions (et pas seulement des entités économiques), crées par l'État français... et avec une Bretagne à 4 départements.

    Les régions crées en août 1941, qui n'ont jamais été appliquées, avaient manifestement été programmées pour voir le jour une fois l'occupant parti, étant donné que ces régions-là ne respectaient absolument pas la ligne de démarcation. Et c'était un des projets les plus ambitieux en la matière, puisque vraisemblablement, les départements n'étaient pas voués à survivre à ce changement. Aujourd'hui, la question ne se pose plus, étant donné que le régime de Vichy n'a pas survécu à la libération.

    Donc oui, Pétain fût à la fois celui qui a crée une vraie région administrative (mais pas une collectivité locale pour autant) Bretagne pour la première fois depuis la révolution, mais à 4 départements, et celui qui comptait faire renaître la Bretagne historique, avec le pays nantais, et vraisemblablement en supprimant les départements... Malheureusement, on retiendra surtout la première chose, la deuxième n'ayant jamais vu le jour...

  • #93

    Dalors (mercredi, 18 juin 2014 14:52)

    Aujourd'hui 18 juin., 2214 votants sur 949371 électeurs inscrits en loire atlantique, Soit 0,23 % du corps électoral , bonjour la représentativité .
    1753 favorables au rattachement soit 0,19 % du corps électoral , aucune signification valable comme pour tous les sondages sur ce sujet.
    Vous avez vraiment envie d'être totalement ridiculisés à tout jamais avec un referendum ?
    la loi est claire le referendum est possible sur demande du conseil général concerné et avec l'accord de la région en cause , avec une contrainte de majorité absolue représentant 25% des inscrits au minimum. De toute façon il faudrait une majorité écrasante de votants et une approbation tout aussi écrasante , ne rèvez plus, il y aura fusion bretagne pays de la loire ( ce que je souhaite fortement ) ou statu quo

  • #94

    Thomas de Borgoña (mercredi, 18 juin 2014 15:15)

    Justement, ce que réclament les pro-réunification, c'est un assouplissement des procédures pour qu'un département puisse changer de région ! Vous dites que le sondage n'est pas représentatif du corps éléctoral... en effet, il ne l'est pas, il représente moins d'1%... Mais aux dernières nouvelles, les sondages, pétitions et autres tribunes libres n'ont jamais prétendu être représentatives de la totalité de la population bretonne !

    Par contre, si on compare deux choses comparables : les deux pétitions concurrente, l'une pour une fusion Bretagne / Pays de Loire, l'autre pour une réunification de la Bretagne... La pétition pour ce que vous prônez a réuni 2792 signataires, quand bien même elle bénéficie d'une promotion du CONSEIL GÉNÉRAL de Loire-Atlantique ! Or, à côté, la pétition pour la réunification de la Bretagne, elle, a réuni 4313 signataires à l'heure où j'envoie ce message. Et elle n'a quasiment aucune promotion de la part de la presse traditionnelle, seuls les médias typiquement bretons en parlent !

    De toutes façons, je le redis, pourquoi refuser un référendum, si vous êtes si sûrs que votre cause l'emporterait ? Moi, je pense surtout que vous refusez un référendum parce que vous êtes sûrs que le "OUI" pour la réunification l'emportera ! Voilà la vérité !

  • #95

    Père Noël (mercredi, 18 juin 2014 15:30)

    Que de bla bla tout le monde sait que Ayrault , Auxiette, Hollande, sont a mettre dans le même panier ils ne pensent qu'a eux et à leur argent.
    Rennes capitale les feraient vomir.
    Ce ne sont que des privilégiés, pauvre France

  • #96

    Marcelle (mercredi, 18 juin 2014 15:47)

    Trop d'élu, trop de parti politique qui ne servent à rien mais la soupe est bonne

  • #97

    laurent (jeudi, 19 juin 2014 11:30)

    c'est dernier temps , l'image de la Bretagne a surtout été associée aux bonnets rouges, étendards de tous les conservatismes ( agro-industries polluantes, anti taxe poids lourds mais accrochés au maintien des subventions européennes, exploitation déraisonnable des la mer : pêche, extraction de sables coquillés,........) même à la dernière manifestation au pied de la tour Bretagne , il y avait plus de bonnets rouges que de drapeau breton.
    Mon sentiment prioritaire est que je souhaite une région accueillante, tournée vers l'avenir, initiant une réelle transition écologique, le respect de toutes les cultures et non pas tournée vers une altérité historico- culturelle exacerbée.
    je serais donc plus attentif aux projets qu'à l'histoire!

  • #98

    ALLIOT-GUICHARD Patricia (jeudi, 19 juin 2014 12:00)

    Bonjour Monsieur et merci de nous donner la parole. De mon avis, une réforme territoriale est non seulement nécessaire et bénéfique, mais elle est essentielle si nous souhaitons faire évoluer notre pays au sein de l'Europe - et du monde. A condition, toutefois, que ce soit une vraie réforme, faite en profondeur et entreprise sans tabou. Elle est essentielle non seulement dans un but de simplification, de clarification mais également de réduction effectif des coûts. Une demi réforme, comme celle annoncée, non seulement ne réduirait aucune dépense, mais elle en impliquerait de nouvelles. Il est possible de refondre totalement cette découpe territoriale. Pourquoi le faire par groupe et sans oser toucher aux blocs existants? Il est nécessaire d'avoir le courage (politique) - enfin - de couper dans des couches et structures existantes pour initier une nouvelle dynamique qui valoriserait de nouvelles régions mieux représentées au niveau européen. Je rêve d'une Europe fédérale au sein de laquelle s'émanciperaient des régions fortes, exprimant leurs spécificités culturelles, économiques. Je rêve d'une Europe au sein de laquelle l'Etat Nation peu à peu s'effacerait au bénéfice de ces régions.

    Ensuite, je suis en faveur de l'intercommunalité. Parce que les petites communes aujourd'hui n'ont plus les moyens de réponse efficacement à des obligations et responsabilités de plus en plus lourdes (j'habite une petite commune d'environ 700 habitants). Parce que c'est à ce niveau de groupement de communes que se trouvent les vrais enjeux et moyens des politiques ambitieuses, et en particulier environnementales. A quand l'élection de Maires de cet intercommunes? Mais il faut avoir le courage de supprimer le niveau purement communal en dessous d'un certain seuil de population. Là où l'intercommunalité existe déjà, souvent de façon embryonnaire, n'ayons pas peur d'encourager son développement. Sachons valoriser cette nouvelle vision de la politique territoriale.
    En France, il est extrêmement difficile de faire accepter des réformes. Si, pour une fois, nous inversion le processus? Lançons des débats, des discussions. Expliquons les enjeux, les raisons, les bénéfices, les difficultés. Laissons aux citoyens la possibilité d'appréhender le sujet dans sa globalité. Laissons les s'emparer du thème afin qu'ils se sentent partie prenante. C'est la première étape vers une réforme globale et acceptable. Votre démarche s'inscrit parfaitement dans ce sens. Je suis pour une sensibilisation des Français à plus de démocratie directe. Mais cela doit s'accompagner de beaucoup de pédagogie car les Français n'y sont pas habitués. Ils doivent apprendre à être des citoyens à part entière, capables de prendre des décisions politiques sereines.
    J'habite la région des Pays de Loire. A priori, je suis plutôt en faveur d'un rattachement de Nantes à la Bretagne et, pourquoi pas, d'une grande et belle région Bretagne/Pays de Loire. Ses contours précis peuvent encore être revus.

  • #99

    BREIZH 44 (jeudi, 19 juin 2014 12:33)

    Je fais cours tout simplement .Vous les pros pdl vous n avez aucune fibres Bretonne arretez de remuer dans tous les sens l histoire .Frequentez les festivals
    bretons en loire atlantique et vous comprendrez par exemple VALLET dimanche 15 06 2014 ou alors PORNICHET 2013 LE CROISIC HERBIGNAC et ce depuis 20ans et je ne vous dit pas tout ,je passerais une journee entiere a vous citez tout ces evenements.
    kenavo

  • #100

    Thomas de Borgoña (jeudi, 19 juin 2014 13:56)

    99 messages après ma première contribution, je redis l'essentiel : normalement, si le bon sens est maître mot, TOUT LE MONDE devrait s'accorder un référendum en Loire-Atlantique pour être fixé une bonne fois pour toutes sur les volontés des habitants de ce département. Qu'on soit pour une Bretagne à 5 ou pour une fusion Bretagne / Pays de la Loire, on a que des raisons pour être pour un référendum !

    Alors messieurs dames pros-PDL, notamment M. Auxiette si vous nous lisez, acceptez et organisez un référendum, comme ça les choses seront clarifiées de la façon la plus démocratique possible ! Voilà !

  • #101

    Raypi (jeudi, 19 juin 2014 18:18)

    La Bretagne connue à San Francisco !
    De retour d'un séjour en Californie , voici une petite anecdote qui montre ce que "Bretagne" signifie outre-Atlantique .
    Alors que nous nous promenions (mon épouse et moi-même) sur le Golden Gate , un couple d'Américains nous interpelle :
    - Français from Paris ?
    - No , from Nantes , you know Nantes ?
    Leur réponse étant négative , je leurs précisais que c'était la ville native de Jules Verne .
    - Oh yes , nous avons lu beaucoup de ses livres .
    Pour situer Nantes , j'ai évoqué "les Pays-de-la Loire" ; ils n'en n'ont jamais entendu parlé .
    Alors je leur ai dit que Nantes était en Bretagne ; Brittany , you Know ?
    - Oh yes , c'est de là que sont partis beaucoup de navires et de Bretons quand La Fayette est venu nous aider à obtenir notre indépendance .
    Puis ils rajoutent : - vous êtes donc nos plus proches voisins Français !
    Étonnant , non ?
    Nos barons locaux dépensent chaque année des milliers d'Euros pour essayer de promouvoir une région dite "Pays-de-la-Loire" , région créée artificiellement par un décret pétiniste , et adoptée comme telle par les gouvernements successifs !
    Tous ces efforts financiers n'ont aucun effet , sinon d'appauvrir un peu plus nous , les contribuables !
    Aujourd'hui , l' opportunité nous est donnée de retrouver la Bretagne dans ses limites millénaires ; ne ratons pas cette chance !
    A ceux qui nous gouvernent , ouvrez les yeux , et entendez la voix des peuples .
    Fin 2016 , des élections régionales sont prévues ; aujourd'hui vous nous trahissez .... demain vous pleurerez .

    Merci à F. DE RUGY pour son combat , et merci de nous donner la parole .

  • #102

    René (jeudi, 19 juin 2014 22:39)

    Je ne peux oublier que mes ancêtres en nord44 ont signé un cahier de doléances en septembre 1789 (oui après l'abolition des privilèges) où ils disaient "nous voulons garder nos privilèges de bretons"

  • #103

    mouton (jeudi, 19 juin 2014 23:43)

    Les Français ont été fomatés par le jacobinisme. Dans cette construction identitaire, il existe une véritable paranoia pour l'altérité. Avoir une culture, une langue différente est synonyme d'agression. Ainsi sont rejetés les cultures "régionales", mais aussi celles nées de l'émigration (berbère ou arababe). Les populations ayant des cultures, des habitudes de vie différentes sont taxées de communautariste, parce ne répondant pas au standart fixé par Paris. Les Bretons en sont les victimes. L'angleterre pourrait elle fusionnée les Lowlands d'Ecosse avec le Northumberland, ou le sud du Pays de Galles avec le devon. Non! En vérité, la construction des Pays de Loire n'a aucune justification. Le seul but est d'empêcher la Bretagne d'avoir un rayonnement économique, d'être une région économiquement fiable au niveau européen. Cette mascarade de recoupe de régions a eu pour but de conforter le PS dans une passe difficile, de faire plaisir aux copains, et surtout de répondre à cette longue tradition de jacobinisme née de la Terreur. Et ceci aux détriments des citoyens. C'est une honte! La Bretagne, depuis les années soixante-dix, est devenue un bastion socialiste. Monsieur Hollande a réussi à diviser le Ps enBretagne, a creusé irrémédiablement un fossé entre les régionalistes soucieux de l'avenir de la Bretagne (Le Driant, Massiot...) et les jacobins (Le Branchu, Cuillandre...). Nous respectons les habitants de l'Ouest francais (mayennais, sartois, vendéens...), mais nous ne partageons pas un avenir commun avec eux. Nous autres Bretons sommes liés par l'histoire, par la culture, par l'économie. Nous voulons une Bretagne réunifiée, solidaire, fraternelle, conviviale. Nous ne sommes pas des gens fermés, mais ouvets au monde. Nous sommes prêts à coopérer, mais pas à disparaïtre. Jamais, nous sommes prêts à ne plus exister dans un grand ouest où notre originalité d'êtres humains serait condamnée. Citoyens français, certes, mais aussi Celtes et habitants de la planète terre. Nous ne céderons pas.

  • #104

    War zao (vendredi, 20 juin 2014 00:24)

    La bretagne a 5 départements c'est tout simplement le bon sens qui traduit notre sentiment viscéral d'appartenance à ce pays et ceci sans arrogance car c'est quelque chose qui est en nous,c'est notre différence et cela ne nous rend pas meilleurs que les autres français.Posons nous la question:pourquoi la France a t elle enlevé un département riche et peuple à la bretagne pour créer cette créature concurrente administrative que sont les PDL?Depuis 70 ans on apprend aux habitants de loire-atlantique qu'il ne sont pas bretons mais ligériens,que le chateau des ducs de bretagne fait partie du val de loire alors qu'il a été construit en opposition et le rattachement est présenté comme une annexion.C'est consternant cette forme de colonisation rampante.Nantes n'est pas vendéenne,sarthoise,mayennaise ou angevine,elle est bretonne et les habitants qui ont choisi d'y vivre quelle que soit leurs origines sont donc des bretons,jamais nous ne cesserons de réclamer la reunification.Me a zo deus bro leon,ligel atlantel e breizh!

  • #105

    Pim Pam Poum ! (vendredi, 20 juin 2014 02:28)

    Le moment est peut-être venu de mettre sur pied un comité pour le démantèlement des "pays de la Loire", un machin du style de "Bretagne Réunie" qui se battrait en fédérant toutes les bonnes volontés (et les autres...) des cinq départements composants ces actuels 'pdl' souhaitant un autre destin territorial (elles sont de plus en plus nombreuses malgré tout, surtout dans la société civile mais aussi chez certains élus prêts à se libérer du discours imposé par les notables de ce monstre technocratique). C'est une évidence, la clé du bon aménagement de toute la moitié ouest de la France passe par la disparition de la 'région des ami(e)s' que sont ces inconsistants 'pdl'. Tous les observateurs de la chose publique en sont bien conscients (ceux qui en croquent aussi), même s'ils n'osent le dire ou alors seulement à demi mot. Tous les élus de l'Ouest doivent se liguer contre elle ! Oui, mille fois oui au dépeçage de cette erreur cadastrale, le changement , c'est maintenant! Que l'on en finisse avec quatre décennies de gaspillage d'argent public et de foutage de gueule : un 'ligérien', ça n'existe pas.

  • #106

    Logodenn (vendredi, 20 juin 2014 22:52)

    La Bretagne, amputée de son 5e département, a réussi bon gré mal gré depuis 70 ans à conserver son authenticité et sa culture. L'Etat français n'a jamais levé le petit doigt pour reconnaître la diversité sur son territoire. C'est grâce à la ténacité des bretons et au militantisme des associations que l'économie et le tourisme peuvent encore aujourd'hui s'appuyer sur l'identité bretonne. Ce n'est pas pour se laisser diluer maintenant dans un découpage politicien qui ne correspond à rien.... Soit ceux qui gouverne en profitent pour réparer les erreurs du passé, soit on continue comme ça. Il n'y a pas de régions "trop petites", ça ne veut rien dire...

  • #107

    Audubon (samedi, 21 juin 2014 00:46)

    Juste un petit rappel historique pour bien comprendre ce que sont les "Pays de la Loire", l'histoire c'est sympa! Olivier Guichard, baron gaulliste, premier président de la région PDL de 1974 à 1998, fut aussi ministre du plan et de l'aménagement du territoire dans les gouvernements de Georges Pompidou puis de Maurice Couve de Murville en 1968-69 n'est rien d'autre que le fils de Louis Guichard directeur du cabinet de l'Amiral Darlan (régime de Vichy) de février 1941 à novembre 1942! celui là même qui a organisé la partition de la Bretagne pour casser la dynamique des réseaux de résistance de Bretagne sud notamment Saint Marcel et Saffré. CQFD.....

  • #108

    De Nantes à Montaigu (samedi, 21 juin 2014 10:27)

    "Nous respectons les habitants de l'Ouest francais (mayennais, sartois, vendéens...), mais nous ne partageons pas un avenir commun avec eux. Nous autres Bretons sommes liés par l'histoire, par la culture, par l'économie. "

    Voilà le discours typique que je déteste chez les "bretons"... Habitant dans le Nord Vendée, je suis à 25 minutes en train ou par l'autoroute du centre de Nantes! (quand il n'y a pas de bouchons). Oui 25 minutes. Un habitant de la Bretagne à 4 peut en dire autant ? On ne partage tellement pas de relations avec Nantes que je suis à l'Université de Nantes, que l'eau que je bois est détournée de la Loire, puisée à Nantes, que la ligne TER(donc financée par la région) que j'utilise ne cesse de voir sa fréquentation augmenter... Que 3 grandes entreprises de Loire Atlantique (Venant de Rezé, Carquefou...) viennent de s'installer dans mon canton car elles ne trouvaient pas de terrains en Loire-Atlantique... D'ailleurs, l'une d'elle construit sa nouvelle usine de 36 000m2 sur la zone d'activité des Marches-de-Bretagne (en Vendée). Aujourd'hui, il y a plus de Nantais qui déménagent à la Roche sur Yon (55 000 habitants) qu'à Rennes, pourtant 4 fois plus grosse!

    La Loire Atlantique, c'est le Sud de la Bretagne historique et Nantes, est située dans la partie sud de la Loire-Atlantique... Nantes a toujours eu plus de relations avec Angers qu'avec Brest et ce n'est pas prêt de changer! Ne pas sous estimer le rôle de la géographie dans les relations! Pour rappel, que l'on soit à Rennes, à Nantes ou à La Roche sur Yon, on est sur le bassin armoricain... La composition familiale des PDL/Bretagne est extrêmement proche... Rien a voir avec le Poitou-charentes par exemple ! La Vendée, c'est 4/5 tourné vers Nantes et 1/5 (Luçon/Fontenay) tourné vers Niort/La Rochelle. Le marais poitevin est véritablement une frontière entre deux régions !

    Nantes et Rennes se concurrencent dans une Bretagne à 5 mais vivent et se développent quand elles sont chacune sur leur aire d'influence respective (ça ne changera pas fondamentalement dans une région Bretagne-Loire). Nantes est la capitale naturelle des PDL (sans Nantes, pas de PDL) quand Rennes a toujours voulu être la capitale de la Bretagne... Pendant 1000 ans, Nantes et Rennes cherchaient à prendre le pas sur l'autre, une Bretagne à 5 serait une très très mauvaise idée pour la Bretagne car affaiblirait considérablement l'influence de Nantes!

    On ne peut pas aujourd'hui dissocier Loire-Atlantique, Maine et Loire et Vendée... Les trois départements ont beaucoup de relations entre eux et une séparation de ces départements serait un gâchis économique, financier, humain énorme... Casser une dynamique qui fonctionne très bien serait l'idée la plus stupide que l'on puisse avoir!
    La Mayenne ? Ils ont de très fortes relations avec Rennes... D'ailleurs, dans les années 30/40 et 70, Rennes demandait le rattachement de la Mayenne... Une région Bretagne-Loire prendrait ici tout son sens ! Et merci la Mayenne pour la ligne LGV... Sans l'accord de la Mayenne, Rennes n'aurait pas sa LGV...

    Seul le cas de la Sarthe pose "problème". A eux de décider s'ils veulent être la porte de la Région Bretagne-Loire ou s'ils veulent se rapprocher de Tours, Orléans...

    Non, franchement dire que les bretons de la Bretagne à 5 ne partagent pas un avenir commun avec nous, habitants des PDL (Hors LA), c'est un gros foutage de gueule et une ignorance totale de la réalité économique et humaine de l'Ouest!

    Regardez les cartes de la Datar, de l'Insee, les cartes des langues historiques dans l'Ouest, les cartes des compositions familiales, des solidarités, composition du sol, du développement agricole, de la composition des villes, leur développement (voir la carte de la France du vide qui est très parlante)... Et revenez me dire que la Loire Atlantique ne partage rien avec Vendée, Maine et Loire, Mayenne!

    Les régions vont avoir de plus en plus de compétences, surtout en ce qui concerne les compétences économiques, les infrastructures... Les critères à privilégier sont donc les bassins de vie, les relations économiques interurbaines! Un découpage qui nierait ces réalités serait une catastrophe! C'est d'ailleurs pourquoi le Poitou-Charente veut être avec le Languedoc plutôt qu'avec le Centre...

  • #109

    De nantes à Montaigu (samedi, 21 juin 2014 10:36)

    " n'est rien d'autre que le fils de Louis Guichard" C'est donc ça l'argument des partisans du démantèlement des PDL ? Minable... Vraiment minable...
    Et pour info, la région portant le nom de Pays de la Loire composée de la Vendée, la Loire-Atlantique, la Mayenne, le Maine et Loire et la Sarthe existait dès 1938 et prenait la suite des regroupement économiques de 1919! Il ne s'agissait certes à l'époque que d'une région économique mais une région économiquement très cohérente... Pas étonnant que les PDL soit toujours dans le Top 3 des régions les plus dynamiques de France aujourd'hui !

  • #110

    Thomas de Borgoña (samedi, 21 juin 2014 12:38)

    Sauf que les régions ne doivent pas être fondées sur des critères purement économiques ! Les régions des pays les plus décentralisés (Espagne, Allemagne, Autriche...) sont issues de l'Histoire. Il y a des régions qui sont plus riches que d'autres, c'est vrai, mais elles ont le mérite d'être identifiées et donc identitaires. En France, le sentiment d'identité régionale est très faible, à part en Bretagne, en Alsace et en Corse. Il est proche du zéro en Île-de-France.

    Mais en 2014, on a les mêmes possibilités qu'en 1914 ! J'entends par là, que si on répare les erreurs du passé (régions de 1919, régions de Vichy, régions actuelles...), en rétablissant des frontières régionales plus fidèles à l'Histoire en faisant des regroupements respectant à peu près les provinces historiques, en promouvant la culture régionale à travers l'éducation, la presse mais aussi la télévision, et d'autres choses dans la même lignée, on peut réveiller le sentiment d'appartenance régionale, celui qui fait la richesse et la diversité de la France, mais dont les jacobins ont tout fait pour mettre en sommeil depuis 1789/1790.

  • #111

    De Nantes à Montaigu (samedi, 21 juin 2014 14:55)

    Mais les histoire, ce sont les hommes d'aujourd'hui qui la font, elle ne s'est pas arrêtée en 1789! Vos ancêtres bretons vous prendraient pour des fous s'ils vous voyaient aujourd'hui! La frontière de la Bretagne historique, c'était une frontière politique, militaire avant tout! Vous avez l'occasion d'agrandir la zone d'influence de la Bretagne et le seul truc que vous voulez, c'est vous recroqueviller derrière une identité fantasmée quitte à réduire considérablement l'influence de Nantes!

    La culture bretonne est si faible que ça pour avoir besoin de recréer une frontière tout aussi artificielle que celle des PDL ? Oui, la frontière de la Bretagne historique est artificielle, car elle a été tracée par l'homme, par le politique. Qu'elle ait 50 ou 1000 ans, ça change finalement pas grand chose au quotidien des habitants... En 1788, on parlait Breton à Clisson? On construisait les toits avec des ardoises ? Et pourtant, Clisson était au moyen âge une place forte des marches de Bretagne ! Oui, Clisson est bretonne ! Mais elle est aussi vendéenne,voir italienne ^^

    L’identité bretonne est multiple et les PDL ne vont pas détruire l'histoire, la culture de la Bretagne ! Pour l'anecdote, dans une chapelle du Nord Vendée (dans une marche de Bretagne coté Poitou), il y a un vitrail du 19ème siècle représentant Anne de Bretagne... Il y a aussi un (simple)coeur vendéen.

    Réveiller le sentiment d'appartenance régional, ça ne sert à rien si cela ne correspond pas à la réalité quotidienne des habitants! ça fait plaisir à quelques retraités, un peu de chauvinisme un soir d'un match et après ? Ça fera de l'emploi, ça aidera les entreprises à collaborer, à se développer ? Pas besoin d'une Bretagne à 5 pour vendre du cidre kérisac "produit de Bretagn" fabriqué en Loire-Atlantique et fondé par la famille Guillet (nom que l'on retrouve surtout en Loire Atlantique, Vendée et Maine et Loire). Ce n'est pas en marginalisant la Mayenne, le Maine et Loire et la Vendée que vous aller aider la Bretagne, bien au contraire! La Bretagne à besoin des PDL! Couper Nantes de sa zone d'influence, c'est casser toute la dynamique actuelle!

    Vous penser qu'une région Poitou-Charente dépensera de l'argent pour financer les infrastructures entre Vendée et Loire Atlantique alors que ça correspond à un besoin important de la population? Il faut minimum entre 3 et 4 heures en train pour aller à Poitiers avec le train à partir de la Vendée... 25/55min pour aller à Nantes. Il n'y a jamais eu de liaison direct avec la Vienne même au 19ème, début XXème !

    Vous pensez que la région d’Orléans s'intéressera à Laval qui est tournée vers Rennes ?

    Vous pensez que Rennes acceptera de voir Nantes entrer en concurrence avec sa zone d'influence ?

    Une Bretagne à 5, c'est dépenser des fortunes pour plus de chômage et une perte d'influence... Tout à perdre, rien à y gagner excepté satisfaire les egos de quelques régionalistes...

  • #112

    Anjou-Tourraine (samedi, 21 juin 2014 16:00)

    A lire les différents commentaires, ici et ailleurs, certains imaginent que la région Pays de la loire ne concerne que Nantes et la Vendée. Cette pseudo identité ligérienne n'existe pourtant pas. Comment peut on faire croire qu'une région Maine, Anjou, Vendée.....1/5 Bretagne est crédible économiquement, culturellement, humainement ? Je ne serais jamais "Ligérien" puisque je suis déjà Angevin !!!! La Sarthe et le Maine et Loire ont aussi leur mot à dire. Entre Nantes qui se regarde le nombril et la Vendée qui lui lèche les pieds, les trois autres départements font figure de faire valoir. OUI à une région cohérente ou l' Anjou, la Touraine, le Maine et l Orléanais seraient réunis. OUI au VAL DE LOIRE !
    PS: Après avoir crié non à l annexion du 44, Auxiette veut lancer une OPA sur la Bretagne, sans se préoccuper de l intéret ou non de cette dernière et de l intéret de sa propre région !!! Quelle cohérence !!

  • #113

    Soyons constructifs ! (samedi, 21 juin 2014 18:39)

    Si chacun campe sur ses positions, nous n'y arriverons pas et le pire des scénarios se produira : LE STATU QUO !
    Les arguments sur la réalité économique d'une région Bretagne-Pays-de-Loire sont recevables. L'aire d'influence de Nantes s'étend en effet sur la Vendée. Angers est également tournée vers Nantes... Il serait pénalisant pour les Nantais d'isoler leur ville à l'extrémité d'une région, si séduisante soit-elle. Par contre, la Loire-Atlantique a effectivement une identité bretonne qu'il convient de valoriser.

    Pourquoi donc ne pas concilier ces deux réalités :

    - d'une part, les deux régions Bretagne et Pays-de-la-Loire seraient regroupées. La nouvelle grande région aurait en charge l'économie, les lycées, collèges, trains régionaux... Le conseil régional siégerait à Nantes.

    - d'autre part, les cinq départements de la Bretagne historique fusionneraient également entre eux pour former l'Assemblée de Bretagne. Celle-ci aurait des compétences en matière de culture, tourisme, langue bretonne et pourquoi pas à l'avenir d'autres compétences transférées par l'Etat (la question de l'eau, de l'environnement, d'une télévision publique...). Cette assemblée aurait son siège à Rennes.

    La Vendée et le Maine-Anjou pourraient aussi avoir leur assemblée et cet exemple pourrait être suivi ailleurs en France (Alsace dans le Grand-Est...).

  • #114

    Thomas de Borgoña (samedi, 21 juin 2014 20:16)

    La seule solution qui peut vraiment contenter tout le monde, c'est une consultation, voire un référendum...

    L'Oise a déjà commencé à interroger : "Souhaitez-vous que la Picardie fusionne avec la Champagne-Ardenne ? Si non, préférez-vous que l'Oise se rattache à la Normandie ou à l'Île-de-France ?" Ainsi, le CG de l'Oise n'y va pas par 4 chemins, pour avoir une clarté absolue, il demande aux principaux intéressés : les citoyens.

    Pourquoi ne pas transposer ça aux 5 départements des Pays de la Loire ? Certes, ce serait plus long, vu que là il ne s'agit pas d'un seul mais de 5 départements... mais le jeu en vaut la chandelle : ça mettrait un point final à cette discorde vieille de plus de 40 ans en clarifiant de la façon la plus démocratique qui soit ! On interroge les citoyens à travers une question "façon Oise", mais en réaménageant selon les départements.

    D'abord, on poserait une question commune aux 5 départements : "Souhaitez-vous que les Pays de la Loire gardent leur statut-quo actuel ?", sous-entendu, qu'il n'y ait ni fusion Pays de la Loire / Bretagne, ni de fusion Pays de la Loire / Centre.

    Ensuite, dans les départements ayant voté "NON" au statut-quo, la question serait "Souhaitez-vous que (le département) soit rattaché à (la région 1) ou à (la région 2) ?"

    Puisqu'il s'agit de savoir si la volonté de réunifier la Bretagne est si forte que ça, on interrogerait d'abord les 2 départements dont l'adhésion à la Bretagne est la moins probable : la Sarthe et le Maine-et-Loire. Le Maine-et-Loire aurait le choix entre Poitou-Charentes, Centre et Bretagne... Pour la Sarthe, elle aurait le choix entre la Normandie et le Centre, mais on pourrait lui inclure une "option Bretagne" qui ne serait prise en compte que si la Mayenne, qui serait consultée après les 2 premiers, se rattache à la Bretagne (on ne va pas faire des exclaves !).

    Ensuite, on interrogerait la Mayenne et la Loire-Atlantique : la Mayenne aurait le choix entre la Bretagne, la Normandie et la région Centre / Val-de-Loire (sauf si ni la Sarthe ni le Maine-et-Loire ont refusé de s'y attacher de leur côté). La Loire-Atlantique, elle, aurait le choix entre la Bretagne ou la région à laquelle se serait rattachée le Maine-et-Loire si cette dernière n'a pas choisi la Bretagne (ça pourrait être soit le Centre-Val-de-Loire, soit le Poitou-Charentes, peu probable).

    Enfin, la Vendée serait interrogée, et aurait donc le choix entre se rattacher au Poitou-Charentes, et les autres propositions dépendraient de ce qu'ont choisi la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire : si le Maine-et-Loire (voire la Loire-Atlantique aussi) a choisi le Centre-Val-de-Loire, la Vendée pourrait s'y rattacher, et si la Loire-Atlantique a choisi de se rattacher à la Bretagne, la Vendée pourrait s'y rattacher. Donc par exemple, dans le cas où la Loire-Atlantique aurait choisi la Bretagne, et que le Maine-et-Loire aurait choisi le Centre-Val-de-Loire, la Vendée pourrait, au choix, se rattacher soit à la Bretagne, soit au Val-de-Loire, soit au Poitou-Charentes.

    Toutes les "secondes questions" n'étant évidemment posées qu'aux départements ayant voté "NON" au statut-quo, même si je pense que le "OUI" ne l'emportera nulle part, car le statut-quo ne semble satisfaire personne : ni les partisans de la réunification bretonne, ni les partisans du "grand ouest", ni les partisans du "Val-de-Loire".

    Evidemment, pour que ce que j'ai dit puisse être fait, il faudrait que le monstre Centre-Poitou-Charentes-Limousin éclate dans l'œuf, chose qui arrivera très certainement, le Poitou-Charentes et le Limousin souhaitant se rattacher à l'Aquitaine...

  • #115

    Audubon (samedi, 21 juin 2014 22:20)

    Dire que les Pays de la Loire sont dans le top 3 du dynamisme est une fumisterie! tout l'ouest de la France est dynamique! surtout la Bretagne quand on sait d'où elle vient: la région la plus pauvre de France dans les années 60 avec un foyer sur deux sans électricité, 100000 personnes quittant la région certaines années pour fuir la misère est devenue la deuxième région d'Europe pour l'agriculture et est l'une des deux seules économies vraiment polyvalentes en France avec Rhône Alpes, sauf pour l'énergie mais est ce un hasard? et avec le taux de chômage le plus faible! Si la Loire Atlantique avait été rattachée à la Bretagne en 1972 lors de la création des régions, elle aurait formée avec le reste de la Bretagne la troisième région industrielle de France après l'IDF et Rhône Alpes! mais peut être que ça gênait un peu trop Paris, une région à forte identité si différente et qui tient tête à la capitale et ses abus de pouvoir comme le démontre son histoire!!
    Le vrai hinterland de Nantes c'est la Bretagne et non les Pays de la Loire, le port de la Sarthe c'est le Havre dixit ses élus, l'influence de Nantes s'arrête au portes du Maine et Loire et la Vendée a sa propre dynamique.
    Nantes avec la Bretagne aurait l'aura d'une vraie capitale économique et culturelle comme peuvent l'être Edimbourg, Barcelone, Cardiff, Munich etc.... au lien d'être une enième ville quelconque d'Europe.

  • #116

    Eric (samedi, 21 juin 2014)

    Je vais vous faire un aveu : Nantais, fils de Nantais, petit fils de Nantais, ce débat me fatigue et me désole.
    Je ne me "sens" pas Breton. Mais si certains se conçoivent bretons grand bien leur fasse.
    Du moment qu'ils ne viennent pas m'imposer leurs fest-noz et leurs binious ;-)
    En tout état de cause, cette réforme territoriale est bienvenue. Elle doit servir à préparer l'avenir, pas à ressasser le passé. L'objectif n'est pas de "réparer les erreurs de Pétain" mais de construire une région rayonnante, ouverte, dans laquelle "des" identités pourront coexister et non "une" identité s'imposer à tous.
    Alors vive la fusion Bretagne - Pays de Loire.
    Je m'y sentirai Nantais. Ni breton nostalgique, ni "ligérien" artificiel.

  • #117

    De Nantes à Montaigu (dimanche, 22 juin 2014 10:27)

    "Le vrai hinterland de Nantes c'est la Bretagne et non les Pays de la Loire, le port de la Sarthe c'est le Havre dixit ses élus, l'influence de Nantes s'arrête au portes du Maine et Loire et la Vendée a sa propre dynamique." Audubon

    Dans ce document sur l'économie bretonne, on peut voir de très cartes... Très intéressant. On peut notamment voir les aires d'influences économiques de Nantes et Rennes page 66. http://www.audiar.org/publications/pdf/economie/tableau-bord-07.pdf

    Malheureusement, ça ne va pas vraiment dans votre sens... Nantes et Rennes sont complémentaires dans une région Bretagne-Loire. Dans une région Bretagne à 5, elles sont concurrentes et se marchent sur les pieds...

  • #118

    Thomas de Borgoña (dimanche, 22 juin 2014 15:39)

    Mais les Pays de la Loire n'ont RIEN À VOIR avec la Bretagne, à l'exception de la Loire-Atlantique ! Il faudrait que les pros-PDL cessent une bonne fois pour toutes de fonctionner comme des caisses enregistreuses et comprennent une bonne fois pour toutes que certes, l'économie est importante, mais qu'elle ne doit pas être l'unique critère de construction régionale. C'est trop compliqué à comprendre, ça ? Vous pensez que l'Allemagne va séparer la Bavière en deux pour faire plaisir à Nuremberg ? Ce serait grotesque... Et bien la partition de la Bretagne est tout autant grotesque !

    De toutes façons, que vous soyez pour une région "grand ouest" sans cohérence ni identité, c'est votre problème... mais puisque vous êtes si attachés à votre "grand ouest", pourquoi ne pas accepter l'idée d'un référendum ? Des référendums département par département, comme ça, chaque département "ligérien" pourra choisir entre une solution "grand ouest" et une solution "Val-de-Loire", et ce sera incontestable car venant du peuple !

    À moins que vous ayez peur d'une victoire du "OUI" pour la réunification en Loire-Atlantique ?

  • #119

    Régis Lepage (dimanche, 22 juin 2014 21:44)

    Je suis pour un retour de la Loire-Atlantique en Bretagne et non une fusion avec la région artificielle des pays de la loire. En lisant certains commentaires, je mesure combien la république française a réussi son travail de fossoyeur vis à vis de l'histoire de ce département qu'est la Loire-Atlantique (les élus au niveau de l'état, de la région pdl, du département et de la ville de Nantes). Ce n'est par ce que l'on ne parle pas breton à Nantes que la Loire-Atlantique n'a jamais été bretonne. Et à Rennes vous pensez que l'on peut être breton ?! Bien évidement que non. La Haute-Bretagne n'est pas bretonnante et pour autant elle fait partie intégrante de la Bretagne. Je suis de Haute-Bretagne et chez moi on parlait le gallo, seconde langue de Bretagne. Beaucoup ici sont persuadés que ce département n'a rien à voir avec la Bretagne. Avant d'écrire des inepties, qu'ils commencent d abord par ouvrir un livre d'histoire digne de ce nom (éditions skol vreiz). La Bretagne historique (5 départements) a des limites historiques communes depuis plus de 1000 ans (limites stables bien plus anciennes que celle de la France). La Bretagne ainsi amputée se voit ainsi volée d'une partie de son territoire, de son identité, de sa culture, de son patrimoine, de son histoire, de son économie et surtout de son avenir et de son destin. Je n 'ai pas l'impression de vivre dans le pays qui se targue d'être à l'origine des droits de l'Homme et d'être une démocratie exemplaire dans le monde. Mais à force de museler, de rabaisser, et de bafouer des revendications légitimes, l'état jacobin finira par imploser de lui même. Il suffit de voir dans quelle situation et dans quel état lamentable les politiques de gauche comme de droite depuis plus de 40 ans ont mis la France. Ce n'est qu'une question de temps. Les peuples finiront par se réapproprier leur destin, le prendre en main et recouvrer leur liberté afin de s'épanouir tout simplement. On ne balaye pas plus de 100 ans d'histoire comme ça. Et les bretons sont têtus et ne lâchent rien.
    Aux députés et sénateurs des 5 départements bretons de prendre leurs responsabilités et faire bloc à l'assemblée nationales ainsi qu' au sénat pour exiger le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne. A eux de prouver leur utilité dans ce débat crucial pour l'avenir de la Bretagne. S'ils ratent ce moment historique alors ils prouveront leur incompétence et leur inutilité face à leur électeurs bretons.
    Le destin de la Bretagne est entre vos mains prenez en bien conscience et l'histoire sera s'en souvenir.
    Cordialement.

  • #120

    Régis Lepage (dimanche, 22 juin 2014 21:53)

    Erreur de saisie :
    au lieu de : Ce n'est par ce que l'on ne parle pas breton à Nantes que la Loire-Atlantique n'a jamais été bretonne. Et à Rennes vous pensez que l'on peut être breton ?! Bien évidement que non. La Haute-Bretagne n'est pas bretonnante et pour autant elle fait partie intégrante de la Bretagne.

    lire : Ce n'est par ce que l'on ne parle pas breton à Nantes que la Loire-Atlantique n'a jamais été bretonne. Et à Rennes vous pensez que l'on parlait breton ?! Bien évidement que non. La Haute-Bretagne n'est pas bretonnante et pour autant elle fait partie intégrante de la Bretagne.

  • #121

    Audubon (dimanche, 22 juin 2014 22:39)

    Sincèrement merci "De Nantes à Montaigu" pour votre lien qui est édifiant, vous l'interprétez à votre façon, grand bien vous fasse, ce que j'y vois m'étonne! malgré 40 ans de coupure artificielle, (par exemple liaison SNCF 1h30 entre Rennes et Nantes contre 1h en voiture! pourtant deux des dix plus grandes villes de France) on peut voir que les liens avec la Bretagne sont toujours aussi fort comme par exemple page 44, Les relations sièges-établissements entre aires urbaines en Bretagne où l'on voit que ceux de Nantes sont plus importants avec la Bretagne qu'avec les Pays de la Loire!
    On voit aussi le coté néfaste d'une région artificielle qui freine l'influence directe de Nantes qui rayonne sur seulement deux départements (44 et 85) quand l'aire directe de Rennes pourtant 1/3 plus petite rayonne sur toute la Bretagne et une partie de la basse Normandie! ou l'antagonisme artificiel Rennes-Nantes quand en fait ces deux villes sont complémentaires! Et regardez l'aire directe de chacune des villes sur l'autre elles s'arrêtent aux frontières des régions, c'est quand même aberrant ! Rien ne permet de dire que ces villes seraient concurrentes dans une même région à 5 départements et ne le seraient pas à 9 départements! c'est grotesque!
    De toute façon aucun argument ne viendra à bout contre l'irrationnel de la haine de l'autre quand on voit le commentaire d'Eric qui résume la Bretagne aux binious et fest noz qu'on ne veut pas lui imposer, comme si c'était le cas! alors qu'on impose aux Bretons une partition mortifère qui plombent et la Bretagne et Nantes.

  • #122

    Audubon (dimanche, 22 juin 2014 23:05)

    Mr Régis Lepage, je crois que vous n'y êtes pas! ces gens (Auxiete, Ayrault, Roland et consorts) se f*utent éperdument des minorités, des droits de l'homme, ils se f*utent même de la France! tout ce qu'ils veulent c'est profiter du système avec rente à vie! et ne veulent pas voir une alternative à leur système mafieux. Quand on voit Cuillandre , le maire de Brest qui était pour la réunification et retourne sa veste en prônant le grand ouest et qu'on apprend par la suite qu'il est nommé président de l'association des maires de l'ouest, c'est à vomir!
    Malheureusement le retour du bâton va être violent quand le FN arrivera au pouvoir, ce qui n'est qu'une question de temps et malheureusement ce sont les Bretons qui en paieront le prix fort quand on voit la haine de MLePen envers la langue bretonne et le bilinguisme!!

  • #123

    Audubon (dimanche, 22 juin 2014 23:15)

    j'ajouterai que les autres consorts trouveront un arrangement en retournant leur veste voire en baissant leur pantalon pour trouver un arrangement avec le FN, style Guichard père (Vichy) et fils (gaulliste)....

  • #124

    De Nantes à Montaigu (lundi, 23 juin 2014 10:43)

    Page 44? Vous voulez dire page 40... Vous constaterez comme moi que l'on ne voit pas les pays de la loire sur cette carte... Et la carte page 66, on voit que Nantes a une influence forte sur la Vendée, le Maine et Loire (surtout Cholet) malgré Angers et un peu plus modéré mais toujours importante concernant Mayenne, Sarthe et Morbihan (Morbihan qui faisait parti de la région économique de Nantes en 1919)...

    Cela fait bientôt 100 ans que les acteurs économiques de ce qui allait devenir les PDL ont fait de Nantes leur capitale! En 1940, le revue nantaise le Phare de la Loire écrivait "Se plaçant sous les auspices des ducs Jean V et François II et de la duchesse Anne, il n’hésite pas à déclarer que « du fond de leur tombeau, les voix de ces souverains bretons s’élèvent pour proclamer la mission de Nantes qui est d’unir la Bretagne à ses anciennes marches, l’Anjou et le Maine, ainsi qu’à la Vendée". Albert Durand dans son mémoire intitulé "Nantes dans la France de l’Ouest" allait dans le même sens...

    "Déjà centre de nombreuses circonscriptions administratives et économiques avant-guerre, la métropole nantaise, sixième grand port français, aspire fort logiquement, selon eux, à étendre son rayonnement en devenant la capitale d’une province aux larges horizons. Face à cela, la reconstitution de la Bretagne intégrale avec Rennes comme capitale est décrite comme une exigence du passé nullement en phase avec les impératifs d’une économie moderne."

    Mais à rennes, on ne l'entendait pas de cette oreille...
    "La riposte des milieux rennais ne se fait pas attendre. Elle s’exprime notamment dans une longue lettre du président de la chambre de commerce de Rennes, Lucien Bahon-Rault, adressée, le 4 mars 1941, à son homologue nantais. Refusant de se laisser entraîner sur le terrain comparatif des atouts économiques, moins favorable à sa cause, il replace les aspirations rennaises dans le cadre d’un régionalisme traditionnel a priori plus en phase avec les convictions politiques du régime. « C’est que, voyez-vous, si l’économique est indiscutablement un problème de premier plan, il doit être dominé par l’esprit ; il faut une mystique, un ressort, et un ressort puissant encore. » Définie autour de ses traditions et de sa composante ethnique, la Bretagne semble alors s’imposer d’elle-même tout comme le choix de Rennes comme capitale.
    La rivalité entre Rennes et Nantes s’affirme donc avec force dans les controverses qui marquent la fin de l’année 1940 et le début de l’année 1941. Elle transcrit de manière éclatante les bricolages identitaires qui s’effectuent de part et d’autres autour d’une instrumentalisation de l’histoire et d’une utilisation concurrentielle du passé. La décision du régime de Vichy de faire avancer le projet provincial en instituant une commission de réorganisation administrative en charge de cette question donne d’ailleurs un nouvel élan à ces polémiques, accentuant leur caractère public.
    Abordée de manière souvent passionnée au sein de la commission, la question du découpage de la Bretagne évolue de manière décisive à l’instigation du maréchal Pétain lui-même. Le 14 mai 1941, il propose de faire de Rennes la capitale politique d’une région Bretagne dont les limites géographiques restent cependant à fixer. Les délégations nantaises et rennaises se multiplient alors à Vichy comme à Paris, auprès des représentants du gouvernement en zone occupée, afin d’infléchir ou d’affermir les orientations de la commission. Finalement, les déclarations du maréchal Pétain au maire de Rennes, François Chateau, reçu en audience privée à la fin du mois de juin, confirment et accentuent la victoire des partisans de Rennes. Le chef de l’État annonce, en effet, la constitution à venir d’une Bretagne à cinq départements dont Rennes sera la capitale. Les propos du maréchal sont alors retransmis avec enthousiasme par les quotidiens rennais, notamment L’Ouest-Éclair, qui se félicitent de ce choix."

  • #125

    De Nantes à Montaigu (lundi, 23 juin 2014 10:44)

    Mais les acteurs économiques (des PDL), ceux qui font des emplois, chose la plus importante pour la majorité des gens au quotidien, NE VEULENT PAS D'UNE BRETAGNE A 5!!!! Ils n'en voulaient pas en 1914, en 1919, en 1938, en 1940, en 1955 en 1970 et 2014!!!!

    Personne n'interdit d'apposer "Produit de Bretagne" sur du cidre produit en Loire Atlantique... Personne n'interdit de fêter la Bretagne à Nantes, personne n'interdit d'enseigner le "breton" à Nantes. Vous méprisez tant que ça la culture bretonne pour penser qu'elle va disparaître à cause des méchants vendéens, angevins, mayennais qui vont tout casser ?

    Vous avez peur de quoi ? De créer de l'emploi, de renforcer le rôle de la Bretagne ? Vous voulez une Bretagne d'avant 1789 car c'était mieux avant ? Car sans les frontières de 1789, le Bretagne n’existe plus? Vous voulez pas aussi réarmer les forts des marches de Bretagne, on sait jamais, les méchants vendéens, angevins pourraient venir vous envahir...
    Non , franchement, vous êtes ridicules... Ce serait drôle si l'enjeu n'était pas si important !

  • #126

    Thomas de Borgoña (lundi, 23 juin 2014 12:50)

    @De Nantes à Montaigu :
    Alors moi je redis encore et toujours la même chose : puisque vous êtes si convaincu que vous avez raison, pourquoi ne pas accepter un référendum pour aller jusqu'au bout de vos idées ? Qu'est-ce que vous avez à perdre si vous êtes sûrs d'avoir raison ? Un référendum, c'est pour toutes les voix, les pour et les contre ! C'est pas bien compliqué bon sang... À moins que la démocratie vous dérange ?

    "Souhaitez-vous une réintégration de la Loire-Atlantique à la Bretagne ?"

    C'est simple, clair, démocratique...

  • #127

    De Nantes à Montaigu (lundi, 23 juin 2014 14:26)

    C'est simple en effet, simpliste même!

    Aujourd'hui, après des dizaines d'années de militantisme "breton", dans la tête des gens c'est ça:

    Jusqu'à Vichy, la Bretagne administrative, politique, économique était une Bretagne à 5 mais Pétain, qui n'aimait pas les bretons, a enlevé Nantes pour affaiblir la Bretagne.
    Le Gwenn-ha-Du est le drapeau de la Bretagne depuis toujours
    On écrit Breizh depuis toujours.
    Les PDL ont été créé par Pétain.
    Les nantais se sentent avant tout breton, la preuve, il y a pleins de Gwenn-ha-Du sur les plaques d'immatriculation.
    Donc, pour corriger cette erreur historique issue de Vichy, de la collaboration avec les occupants nazis, il faut réintégrer Nantes dans la Bretagne.

    Donc ok, pour le référendum... Mais il faudra bien débattre avant ! ^^







  • #128

    Cap2006 (lundi, 23 juin 2014 16:00)

    Bravo @de Nantes à Montaigu...

    Je rejoins votre remarque sur la stupidité économique de la réunification. (les graphes page 70 )

    Les graphes sur la mobilité démographique et trajet travail montrent le peu d'echange entre 44 et 56...
    Très forts entre les deux métropoles bien évidemment
    Les mêmes graphes étendus aux deux regions montreraient aussi les liens bien plus fort que Nantes entretient aujourd'hui avec le 49 et le 85

    La géographie du XXI° siecle ne parle pas aux historiens de la réunification...

  • #129

    Thomas de Borgoña (lundi, 23 juin 2014 16:28)

    Aux sceptiques pros-PDL, je vous invite à voir ce lien : https://diwarbenn.files.wordpress.com/2014/06/pop3.jpg

    On y voit que la Bretagne à 4 départements serait une région plus puissante que la Bourgogne-Franche-Comté, que Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, que la Corse, que le Nord-Pas-de-Calais et que la Picardie-Champagne-Ardenne ! Et elle talonnerait la Normandie unifiée... ça, c'est à 4 départements. Alors imaginez à 5 départements ! La Bretagne n'a pas besoin d'une "mégarégion" pour être puissante, son intégrité territoriale (avec les 5 départements bretons, sans plus) suffirait amplement à en faire une région assez puissante pour tenir la route.

    En outre, si les Pays de la Loire ne fusionnent pas avec la région Centre (sachant que cette dernière tend la main aux PDL...), que va devenir cette dernière, étant donné que l'éclatement prématuré du "Centre-Poitou-Charentes-Limousin" est quasiment acté ? La région Centre, qui ne demande pas mieux que de fusionner avec les Pays de la Loire, se voit privée de toute fusion, juste par égoïsme des barons du CR des Pays de Loire, qui sont fixés sur la fusion de leur région avec la Bretagne, qui, à part la Loire-Atlantique, n'a rien en commun avec eux ! On ne peut pas en dire autant de la région Centre : la marque "Val-de-Loire" existe déjà à des fins non-administratives, le Maine, l'Anjou et la Touraine sont traditionnellement associés, et surtout, les habitants du Centre se disent "ligériens" eux aussi ! On ne peut pas en dire autant de la Bretagne...

    Bref, le "Grand ouest", avec dans le même temps un démantèlement du Ségoland, c'est :
    - Une Bretagne diluée dans une région incohérente aux identités trop hétérogènes pour en faire une identité commune
    - La Vendée, le Maine et l'Anjou qui seraient relégués à être l'ombre de la Bretagne, à l'instar de la grande couronne en IDF, donc qui auraient tout à perdre
    - Une région Centre qui sera encore plus enclavée qu'actuellement, étant entourée par trois mégarégions (Grand ouest, Aquitaine-PC-Limousin, Rhône-Alpes-Auvergne)

    Mais si vous voulez vous faire entendre dignement, je le redis, faites comme les bretons qui veulent la réunification : demandez un référendum pour faire entendre votre voix, au lieu de vouloir imposer votre "Grand ouest" sans demander l'avis des contradicteurs !

  • #130

    De Nantes à Montaigu (lundi, 23 juin 2014 17:56)

    Université de Bretagne-Loire : lancement en 2016
    "Cette communauté regroupera les sept universités actuelles (six quand la fusion Rennes I et Rennes II sera réalisée) des régions Bretagne et Pays de la Loire. Le siège serait situé à Rennes." ". Il n'y a plus aucun frein à cette « Comu ». Toutes les universités sont d'accord, y compris Brest, un temps réticente."
    http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-universite-de-bretagne-loire-lancement-en-2016_fil-2573785_actu.Htm

  • #131

    Dalors (lundi, 23 juin 2014 18:29)

    Par pitié mesdames et messieurs les acharnés de la loire atlantique en bretagne n'invoquez pas le gwenn ha du , créé en 1923 par un militant autonomiste breton morvan marchal et qui figura pour la première fois à l'exposition des arts décoratifs de paris en 1925 pour illustrer le stand d'un mouvement d'artistes le seiz breur.
    Cet oriflamme devint ensuite l'emblème du mouvement séparatiste puis collaborationniste breiz atao.
    A tel point qu'il fut interdit en 1945 à la libération en tant que symbole actif de la collaboration avec les nazis.
    Le drapeau breton est une farce sinistre qu'il faut bien se garder d'invoquer et même d'arborer par respect pour les bretons eux mêmes , notamment ceux qui se sont comportés glorieusement dans la résistance.

  • #132

    Godwin.Point (lundi, 23 juin 2014 19:02)

    Comme vous l' écrivez si bien, la date de création du Gwenn ha du est 1923, pas 1941, alors, à moins de vous priver des livres de L.F Céline, votre argument tombe à l eau. Il y en a marre de cette caricature jacobine (Très IIIéme république) qui colle une étiquette de facho sur le front de tous ceux qui on une identité, sincère et revendiquée. Contrairement à ce que vous pensez, les identitaires sont minoritaire en Bretagne, par contre le sentiment d appartenance, lui, est très répandu ( Pas pour vous, ce n'est pas très grave). Ne crachez pas pas sur ceux qui ont une vision différente de la votre. Débattre ce n est pas insulter, et je précise, à titre personnel, que tous les drapeaux, pour moi ne sont que des bouts de tissus sans valeur. Par contre je sais de source sure, qu'au moins un des passeurs du réseau Shelburn portait un petit gwenn ha du sur lui...... comme quoi l histoire n'est jamais toute blanche..........ou toute noire !!
    PS: Je suis pour une Bretagne à 5, et un Grand Val de Loire :) Voila ma contribution au débat.
    " De la loi de Godwin, du nom de Mike Godwin, et de point. Cette loi énonce que « plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s'approche de 1 ».

    Mike Godwin ne parlant que de « loi » et jamais de « point », c'est le langage courant qui, de cette loi, a tiré par extension le « point » Godwin : moment où, dans un débat, les adversaires s'injurient ou caricaturent grossièrement les positions de l'autre, toute discussion constructive devenant alors impossible. " WIKIPEDIA.

  • #133

    De Nantes à Montaigu (lundi, 23 juin 2014 22:59)

    LOL Si on part sur ce terrain là, le "point" Godwin a été atteint très tôt ici même... Dès le 14 Juin !

    "le moine
    (samedi, 14 juin 2014 11:46)
    Il n'y a qu'une solution : la Bretagne à 5 départements et cela correspond parfaitement à la dimension moyenne d'une région allemande , tout en conservant une forte identité , facteur d'un développement idéal . Et ne pas oublier que la coupure est oeuvre nazie plus encore qu'oeuvre de Pétain : elle a été l'engagement de Hitler pour remercier Pétain de sa collaboration lors de leur poignée de main historique , dont j'ai la photo . Conserver la partition est faire l'apologie d'une oeuvre nazi , condamnable et non prescriptible ."

    Pour revenir au Gwenn-ha-du... Faisons parler les archives... Ce qui est bien avec Morvan Marchal et cie, c'est qu'ils avaient des revues... Les vieux exemplaires de Breiz Atao coûtent une petit fortune sur ebay! Et malheureusement, du coté de certains nationalistes bretons (les plus influents, c'est ça qui est triste), le passif est très lourd!

    « Ce drapeau, né de la plume de Morvan Marchal, premier directeur de Breiz Atao, a été présenté par un tour de passe-passe, à un public ignorant tout de la Bretagne, comme le drapeau breton traditionnel. » Qui disait ça ?

    C'est Olier Mordrel l'auteur de cette petite phrase! Oui, l'un des fondateurs de Breiz Atao, du PAB et du PNB ! Ce qui est bien avec Breiz Atao, c'est qu'ils n'ont toujours pas changé de ligne éditorial, même en 2014 ^^ Tapez "condamnation et Breiz Atao" sur google, vous allez voir, c'est très drôle!

    Bon revenons à Morvan Marchal, le fameux créateur du Gwenn-ha-du ...
    Que pouvons nous lire sur la page de son wikipedia ?

    "« Une chose est certaine : tous les Etats autoritaires d’Europe ont dû adopter une législation d’exception concernant les Juifs. En Allemagne, cette législation est fondée, d’une part, sur les principes ethno-eugéniques formant la base de la communauté germanique ; d’autre part, sur le rôle économique purement parasitaire que joue l’Israélite au sein de la société. (Quels que soient les faits antérieurs qui ont déterminé cet état de choses, il est exact qu’il n’y a pas de Juifs au labour, pour beaucoup dans la Bourse.) Vis-à-vis de ce problème, convenablement posé, comment va agir Vichy ? M. Xavier Vallat, commissaire général aux questions juives, l’examinera d’un pur point de vue confessionnel chrétien : ...Le peuple juif est aussi la race maudite que le DÉICIDE, collectivement consenti, a condamné à ne plus avoir de patrie et à errer de par le monde. Argument pitoyable... Nous attendons de Vichy une loi complémentaire précisant que, parmi les nombreux agitateurs juifs qui furent crucifiés voilà vingt siècles, Jésus fils de Marie était également fils du Maître de l’Univers, et que les Israélites sont punis pour cela et rien que pour cela. »"

    Sinon, il y a ce texte de 1929... Très intéressant sur la signification du Gwenn Ha Du !
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73449k/f66.image
    " « Le drapeau déployé à Chateaulin n’est pas le drapeau breton. Celui-ci comporte, sur fond blanc, un semis de mouchetures d’hermines sans nombre. Quant à l’autre, c’est l’étendard du parti autonomiste breton. Il se lirait, en termes héraldiques, fascé d’argent et de sable, au franc-canton d’hermines. Les bandes horizontales blanches correspondent aux 4 pays bretons qui ont conservé leur langue : Bro-Léon (le Léon) , Bro-Gernew (la Cornouaille), Bro-Degner (le Tréguier), ro-Wened (le Vannetais). Les bandes noires symbolisent les 4 pays en deuil de leur idiome national : Penteur (le Penthièvre), Bro Sant Malo La Dol (le pays de St Malo et de Dol), Bro Roazon (le pays de Rennes), enfin Bro-Naoned (le pays de Nantes) »

    Ainsi le Noir symbolise le deuil... Le deuil de cette Bretagne qui ne parle plus le breton... Sympa ! C'est très unificateur !
    C'est pas joli joli tout ça !

  • #134

    De Nantes à Montaigu (lundi, 23 juin 2014 23:02)

    Point Godwin Suite...

    Je vais vous épargner l'histoire du Breton unifié de 1941, vous savez, le fameux BZH de Breizh au lieu de Breih ou Breiz! Bon allez, comme vous êtes sympa...

    « L’ordre de surunifier la langue est venu du gouvernement allemand ». Roparz Hemon
    On peut difficilement faire plus fiable comme source que le propre créateur du breton surunifié... Breton surunifié entré en vigueur le 8 Juin 1941 et que l'on apprend aujourd'hui dans les écoles Diwan...

    Toujours Roparz Hemon...
    « Les Bretons devraient se faire un devoir de célébrer chaque année le 8 juillet 1941 comme une de leurs fêtes nationales ". Ce jour devint même pour lui le symbole de ces quatre années durant lesquelles, " de 1940 à 1944, il passa un vent de liberté sur la Bretagne " »
    Rien que ça !

    Bon, tout le monde n'était pas son avis !
    « Philologiquement, l’orthographe de 1941 est une monstruosité et tout le contraire d’un progrès. Elle porte la trace des trahisons de la guerre, car, si incroyable que cela soit, les Allemands ont mis le nez dans une affaire d’orthographe bretonne. »
    Armand Keravel, de l’organisation Ar Falz (association d’instituteurs pour le breton dans l’enseignement public) - 1947

    Pour résumer : PDL = Pétain

  • #135

    Audubon (mardi, 24 juin 2014 22:16)

    Ah nous y voilà! je me disais bien aussi!! Les clowns de la libre-pensée et autres sbires nationalistes français de Françoise Morvan sont à l'oeuvre à travers ces messages pro-ouest! En bon démocrates qu'ils sont, Il n'y qu' à voir le colloque organisé le 10 mai à la bourse du travail à Paris, colloque contre la signature de la charte européenne des langues régionales organisé à l'initiative de La Libre Pensée, avec le concours de plusieurs autres organisations se positionnant pour la défense de "la" laïcité et de "l'unité de la République" !!
    Quelques florilèges entendus lors de ce colloque :
    « la République est un dépassement de l’idée de démocratie, elle lui est bien supérieure » ou alors :
    [Le français : ] « langue des idéaux de progrès sur terre et d’égalité », la « langue qui porte en soi la raison »
    En fait il n'y a que les jacobins profiteurs du système, l'enarchie UMPS et bientôt le FN et les nationalistes français pour soutenir la région "ouest". Ce qui me conforte dans l'idée que la région Pays de la Loire n'est qu'une machine de guerre contre la Bretagne tout comme la région "ouest". Les arguments économiques? juste du bidon pour les naïfs! Ils ne veulent pas d'identité autre que la française! d'où l'acharnement à détruire la Bretagne car celle propose une autre vision de la France: le fédéralisme, c'est à dire surtout l'arrêt de la mainmise de la France par une caste d'hommes politiques et hauts fonctionnaires! Leur devise : "Rien hors de l'État, au-dessus de l'État, contre l'État. Tout à l'État, pour l'État, dans l'État."
    Mussolini

  • #136

    De Nantes à Montaigu (mercredi, 25 juin 2014 00:00)

    Juste pour info...
    La charte des langues régionales ne me dérange absolument pas!
    Et je ne suis pas contre une autonomie des régions!
    Je critique très souvent le jacobinisme du FN (le programme du FN est d'ailleurs extrêmement parisianocentré, tout ce que je déteste)
    Mais je critique le "jacobinisme" breton qui veut par exemple mettre des panneaux communaux en breton en basse Bretagne, niant ainsi la diversité et la richesse culturelle de la Bretagne! La Bretagne, ce n'est pas le Gwenn ha Du, ce n'est pas le "Breton" de 1941... Ce n'est pas une langue uniforme dans toute la Bretagne, ce n'est pas des frontières infranchissables... Malheureusement, j'ai l'impression que c'est la Bretagne fantasmée des Morvan Marchal, des Roparz Hemon qui prend le pas sur le reste... C'est ça que je dénonce!

    J'en ai plus que marre que l'on nous sorte sans arrêt PDL = Pétain = Nazis... Je remet juste les pendules à l'heure... Et qu' l'extrême gauche jacobine antirégionnaliste se soit emparé du sujet à des fins idéologiques n'est pas le problème!

    Je vais vous dire un truc, si on était dans une monarchie constitutionnelle comme en Suède, Au Pays-Bas, en G-B, bah, ça me ferait ni chaud ni froid... Alors la défense de la République, ce n'est pas vraiment ma priorité... Surtout que le République Française est loin d'être exemplaire sur le plan démocratique...


  • #137

    De Nantes à Montaigu (mercredi, 25 juin 2014 00:34)

    "Rien hors de l'État, au-dessus de l'État, contre l'État. Tout à l'État, pour l'État, dans l'État."
    Mussolini"

    Je la connais parfaitement cette devise... D'habitude, c'est moi qui l'a sort quand on m'explique que l'Etat est la solution à tout... Je considère au contraire que les choses doivent venir le plus souvent du bas de la pyramide. J'espère par exemple que les régions n'auront pas trop de compétences... J'espère qu'elles en laisseront aux communautés de commune...
    Je n'ai pas envie que demain, la région interdise par exemple la construction d'une ZAC dans telle communauté de commune parce qu’elle considère que cela n'est pas sa priorité ou que cela ne correspond pas à son schéma de développement territoriale. La région, ce sont les grandes infrastructures,les pôles régionaux, les lycées mais c'est l'échelon territoriale de la communauté de commune qui doit demain être renforcé... C'est cet échelon qui est le plus à même de créer des dynamiques efficaces au plan local. Pour bien connaitre la CC de Montaigu, je pense que d'autres CC devraient s'en inspirer... J'espère que la réforme ira dans ce sens.

    Mais j'ai peur que la Région devienne un échelon territorial très puissant et c'est pourquoi, il est impératif que le découpage régional corresponde au mieux aux réalités économiques des gens !

    Une Vendée avec le Poitou-Charente, ce serait totalement absurde alors que les liens économiques avec Nantes sont beaucoup plus forts! Quand on voit l'impossibilité de construire une 4 voies entre le sud Vendée et la Rochelle, on se dit que ce n'est pas prêt de changer...
    L'intérêt pour la Mayenne, c'est de renforcer ses liens avec Rennes, pas de lui tourner le dos!
    Quoi qu'on en dise, le Maine et Loire est avant tout, tourné vers Nantes et le succès de la ligne Nantes-Angers en témoigne!

    Seul le cas de la Sarthe est plus problématique... Si demain les sarthois veulent changer de régions... Pourquoi pas !

  • #138

    Audubon (mercredi, 25 juin 2014 11:48)

    C'est étrange comme vous retournez le problème! Le problème de la réorganisation de l'ouest, ce n'est pas la Bretagne, ce sont les Pays de la Loire! Il y a quelques années ils ont interdit à la région Centre sous menace de procès l'appellation Val de Loire, Ils refusent le regroupement du 53, 49 et 72 et du Centre pour former le Val de Loire reconnu par l'Unesco, et pourtant une forte demande des élus de la région Centre. Ils veulent bien se marier avec n'importe qui, Bretagne, Centre, Poitou-Charentes et disparaître mais refusent à la Loire Atlantique de revenir en Bretagne, on se demande bien pourquoi? Je suis désolé, une région artificielle, récente et portée à bout de bras par les politiciens n'a pas à imposer à une région comme la Bretagne sa disparition! Bretagne qui a plus de 1500 ans d'histoire avec une culture bien vivante, est reconnue partout dans le monde et surtout dont la population se sent fière, se reconnait en elle dans une communauté de destin!

    <<Mais je critique le "jacobinisme" breton qui veut par exemple mettre des panneaux communaux en breton en basse Bretagne, niant ainsi la diversité et la richesse culturelle de la Bretagne! >>

    Non mais vous plaisantez là, quelle mauvaise foi!! Des panneaux en breton là où on parle breton, rien de plus naturel! Et ce sont les communes qui le décident en toute liberté et sans contrainte! Une fois de plus vous retournez le problème!
    Je vous rappelle que dans les années 70 et 80 il y avait une forte demande de breton dans les panneaux, ce que l'état a dans un premier temps refusé évidemment! Il a fallu un rapport de force, barbouillage et de la prison pour certains bretons pour qu'enfin de guerre lasse l'état accepte ce qui aurait dû être tout naturel dans une démocratie respectueuse de ses minorités!
    Quant aux panneaux bretons en "haute Bretagne" ce que vous vouliez surement dire, il n'y en a pas sauf dans les communes qui le souhaitent!! Il n'y en a pas non plus sur les routes nationales bretonnes "haute" ou "basse" car c'est interdit par la constitution très démocratique de la France....

    <<Mais j'ai peur que la Région devienne un échelon territorial très puissant et c'est pourquoi, il est impératif que le découpage régional corresponde au mieux aux réalités économiques des gens !>>

    Là je crois que vous avez compris que la réforme territoriale n'est qu'un leurre et qu'il s'agit de recentralisation via les grosses métropoles! avec des régions (surtout) sans identité! quant à la réalité économique, elle va de pair avec l'appartenance à un territoire et ce n'est pas "l'ouest" on n'est pas des ouestitis!
    Rien n'empêchera les vendéens et angevins de travailler avec Nantes, il n'y aura pas de mur de granit....et il peut y avoir une coopération renforcée avec toutes les régions de l'ouest de la France comme avait tentée de faire la Bretagne avec l'Arc Atlantique avant que l'état français ne tue ce projet! tiens on y revient toujours!!

    <<Je considère au contraire que les choses doivent venir le plus souvent du bas de la pyramide>> il est où votre mouvement populaire pour l'ouest?? montrez moi des manifestations de milliers de gens pour l'ouest!! Il n'y a rien! nada! que dalle! comme on dit en breton, c'est uniquement défendu par les politiciens!! Par contre je vois un fort mouvement de la "base" pour la Bretagne à 5 départements y compris en Loire Atlantique malgré 40 ans de lavage de cerveau!

  • #139

    Raypi (mercredi, 25 juin 2014 12:23)

    Au Montacutain "de Nantes à Montaigu" .
    Arrêtez de nous abreuver avec vos arguments qui prêchent pour le maintien de votre Vendée , dans le giron de Nantes , la Bretonne .
    A vous seul , vous occupez presque 10% de ce forum . Ce n'est pas en répétant cent fois les mêmes arguments , que ceux-ci deviennent des vérités .
    Vous déployez les mêmes arguments que le berrichon Auxiette (né à Montleviq) , devenu "baron" vendéen grâce à la politique . Ce monsieur qui , lors d'une interview , qualifiait d' " Anschluss" le fait que la Bretagne demande la réintégration de la Loire Atlantique dans son giron . Dans un communiqué à Ouest-France (24-01-2014) il osait même dire que fusionner les régions était une " imposture", et que " même répété au plus proche du sommet de l’État était un mensonge" .
    Mais quand il s'est rendu auprès du chef de l’État , il a su imposer son diktat .
    Messieurs les politiques , éblouis par les ors de la République , qui dépensez à tout va pour qu'on se souvienne de vous , en construisant vos palais luxueux ou des infrastructures inutiles , vous ne voyez ni n’entendez la France qui gronde ! Votre seule ambition : conserver votre place avec tous les privilèges que vous vous octroyez !
    Pardonnez-moi pour cette digression .
    Donc pour conclure , petit rappel historique : Erispoé , fils de Nominoé (roi Breton) bat les armées franques à la bataille de Jengland-Beslé (près du Grand-Fougeray) en l'an 851 . Suit le traité d'Angers : les Pays de Retz , Nantes et Rennes font définitivement partie de la BRETAGNE . ( Annales de Saint Bertin) .
    Nantais et Breton , je serai samedi 28 Juin , comme je le fais depuis 40 ans , à la manifestation pour que la L.A retrouve sa place au coté des 4 autres départements Bretons .

  • #140

    Audubon (mercredi, 25 juin 2014 12:26)

    <<J'en ai plus que marre que l'on nous sorte sans arrêt PDL = Pétain = Nazis... Je remet juste les pendules à l'heure... Et qu' l'extrême gauche jacobine antirégionnaliste se soit emparé du sujet à des fins idéologiques n'est pas le problème!>>

    Si justement c'est bien là le problème! Vous êtes le premier à parler de Morvan Marchal, du breton unifié, Roparzh Hemon, du Gwenn ha Du et de la soi disant collaboration des bretons pendant la guerre! Mais c'est quoi le rapport avec la réorganisation de l'ouest??
    Vous en faites un prétexte et en donner l'importance que ça n'a pas! Je ne dis pas que ça n'a pas existé mais vous vous en servez comme d'un épouvantail, d'un prétexte grossier et outrancier pour empêcher les bretons de réclamer le moindre droit dans une démocratie digne de ce nom!! Bretons qui franchement n'ont pas de leçon de patriotisme à recevoir de gens qui prônent une république "égalitaire" quand ce n'est en fait que du nationalisme déguisé. Comme disait Léopold Sédar Senghor : "La France a toujours fait passer son nationalisme pour de l'universalisme"

  • #141

    De Nantes à Montaigu (mercredi, 25 juin 2014 13:38)

    "montrez moi des manifestations de milliers de gens pour l'ouest!! Il n'y a rien! nada! que dalle! comme on dit en breton, c'est uniquement défendu par les politiciens!!"
    Vous avez 80 ans de militantisme derrière vous ! Vous avez forcément une longueur d'avance ;) Mais vu les emails de patrons du Maine et loire, de la Vendée que je reçois (via des chaines d'emails) Je me dis qu'un mouvement commence à se créer... Vous allez voir, vous allez réussir à créer un mouvement pro PDL chez les gens! ^^

    Demandez aux habitants du Maine et Loire ce qu'ils veulent, vous serez surpris! Demandez à l'ensemble des habitants des PDL ce qu'ils veulent, avec des choix multiples : statu quo, démantèlement PDL, unification Bretagne-PDL, région "val de loire" ect... On verra bien ce qui ressort en premier !

    PS: Oui, je voulais dire Haute-Bretagne ;)

  • #142

    Audubon (jeudi, 26 juin 2014 00:27)

    << Vous avez 80 ans de militantisme derrière vous ! Vous avez forcément une longueur d'avance ;)>>
    Bien sur! avec l'aide de OuestFrance et sa filiale PresseOcéan ou de France3 Ouest, ou des banques et autres administrations truc machin ouest sans parler des dizaines de millions d'Euros de propagande des PDL!!
    Mais une fois de plus vous retournez le problème, C'est la Loire Atlantique qui a été retirée à la Bretagne et si pour vous un sentiment d'appartenance c'est du militantisme vous avez un problème vieux de non pas 80 ans mais millénaire!!
    Si les PDL disparaissent il ne faudra pas un an pour oublier cette région!

  • #143

    Luronium Natans (jeudi, 26 juin 2014 02:04)

    Vouloir pérenniser encore et toujours une région entachée dès sa naissance par l’une des nombreuses infamies pétainistes (avec la complicité opportuniste de certains milieux dirigeants nantais de l’époque) revient à maintenir un déni inique de démocratie et une négation patente de l’Histoire. Une création administrative qui n’a jamais non plus vraiment tenu la route géographiquement, culturellement, sociologiquement, économiquement, environnementalement et… politiquement !

    Toute la publicité ou propagande, c’est selon, que l’on déverse depuis des décennies sur des populations qui n’en peuvent mais – l’on a même créé une nouvelle version de l’« Homme Nouveau » : le Ligérien ! – en se montrant fort prodigue des deniers des contribuables, n’y changera rien : une notoriété s’entretient, se développe, mais la Bretagne n’a pas un nom à se faire (en France, en Europe, et dans le monde entier), et le Val de Loire non plus. Il en va tout autrement pour les Pays de la Loire !

    Donc : la Loire-Atlantique dans une Bretagne à cinq ; la Vendée dans un Poitou élargi (ou non) ; le Maine-et-Loire, la Sarthe et la Mayenne (encore qu’il s’agisse des Marches de Bretagne) dans le Val de Loire. La région Bretagne veut la Loire-Atlantique, la région Centre les Pays de la Loire. Et, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, tout cela n’interrompra et n’empêchera aucunement les collaborations et coopérations, universitaires, économiques ou autres, entre ces nouveaux ensembles.

    Quant aux élus des Pays de la Loire, au niveau des départements comme de la région, ils veulent surtout au final sauver leur carrière et continuer à avoir un avenir. Cela n’a certes rien de blâmable, c’est humain et bien naturel au regard des efforts incommensurables qu’exige un engagement, une carrière politique, au service (en principe) de la chose publique et de ses concitoyens, indépendamment des convictions des uns et des autres.
    A cet égard et à mon sens, nos élus EELV n’ont d’ailleurs assurément pas démériter. Singulièrement sur le dossier de NDDL, mais également sur nombre d’autres dossiers.

    Par ailleurs, si les maires des grandes villes de l’Ouest font entendre leur petite musique, c’est aussi, n’en doutons pas, parce qu’ils redoutent de voir leur action et leur pouvoir trop border et brider par une région Bretagne devenue « trop » puissante, dès lors notamment qu’une Assemblée de Bretagne finirait par produire pleinement ses effets.

    Ceci étant, s’il conviendrait que ce processus de refonte territoriale ne soit pas qu’une affaire d’élus et de politiques à la fois juges et partis, dans un conflit d’intérêt assez manifeste – d’autant qu’ils restent à droite comme à gauche largement inféodés aux partis qui les ont choisis largement selon une logique d’appareil et qu’ils n’ont pas été élus (aux conseils départementaux et régionaux) au suffrage direct –, pour que les populations, les citoyens aient réellement leur mot à dire, encore faudrait-il :
    1) que soit arraché lors des débats parlementaires un réel droit d’union des départements ;
    2) que puisse se dérouler un minimum de campagne sérieuse d’information des citoyens-électeurs, dans le cadre de laquelle la Bretagne (à travers ses organismes publics et privés, Conseil régional compris) pourra contrer efficacement sur la Loire-Atlantique les efforts de désinformation et d’enfumage de la plupart des élus départementaux et régionaux des Pays de la Loire tout acquis à une fusion globale des deux régions.
    En effet, si les Bretons sont prêts à accueillir et tenir pour Bretons tous ceux qui veulent bien venir habiter dans leur région, encore faudrait-il que les Bretons eux-mêmes, plus particulièrement ceux de Loire-Atlantique, et plus encore tous ces nouveaux venus attirés en nombre par le bon vivre et le dynamisme de Nantes et de la Loire-Atlantique, ne subissent pas les effets d’une acculturation tantôt insidieuse, tantôt manifeste des populations locales. Une salutaire pincée d’histoire bretonne à l’école serait d’ailleurs ultérieurement une bonne manière de mieux apprendre et comprendre l’histoire de France…
    Car, si l’on y regarde bien et bien sûr toutes proportions gardées, l’histoire des Pays de la Loire racontée de Guichard à Auxiette, c’est aussi un peu celle que les Hans chantent aux Tibétains… C’est ainsi que l’on réécrit l’Histoire, que l’on modifie indiciblement les repères d’une population, la maîtrise de sa destinée… et que l’on fait du château des Ducs de Bretagne un château de la Loire !

  • #144

    Thomas de Borgoña (jeudi, 26 juin 2014 13:11)

    Comme disait un certain tweeto, les Pays de la Loire doivent rejoindre l'U.R.S.S et la Tchécoslovaquie dans les poubelles de l'Histoire.

  • #145

    Yves Lainé (vendredi, 27 juin 2014 17:20)

    Exemple de projets et réalisations ayant profité à la Loire Atlantique qui n’aurait pas été concevables (ou conçus) sans l’appui de l’ensemble des Bretons. (liste non exhaustive)
    1. Le CELIB
    2. Les REGIONS.
    3. Les COMITES D’EXPANSION régionaux.
    4. Le PLAN ROUTIER BRETON
    5. LA ROUTE DES ESTUAIRES.
    6. LES PORTS DE ROSCOFF ET DE SAINT-MALO
    7. BRITTANY FERRIES
    8. LA LIGNE de FERRY MONTOIR-VIGO .

    9. L’AUTOROUTE DE LA MER MONTOIR-GIJON – est une extension de l’idée précédente, dont la saisine « le Fleuve Atlantique » (Ducassou) au Conseil Economique et Social.
    10. MARQUE PRODUIT EN BRETAGNE ,
    11. LA DIASPORA BRETONNE,
    12. LA MUSIQUE CELTIQUE
    13. la LANGUE BRETONNE
    14. L’INSTITUT CULTUREL DE BRETAGNE
    15. La CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES DE L’EUROPE (CRPM)
    16. L’ARC ATLANTIQUE ,
    17. LE FOLKLORE – l’impact « Breizh Touch ».
    18. BRITAIR ET LES LIGNES AERIENNES REGIONALES.
    21. L’ACTION INTERNATIONALE de la Bretagne, qui s’appuie notamment sur le monde associatif –
    22. L’ACTION POUR L’ENVIRONNEMENT et le patrimoine comme la SEPNB, Bretagne vivante,
    23. L’UNIVERSITE,
    24. LE RESEAU DE VILLES
    25. LE RESEAU de TOURISME
    Toutes ces coopérations bretonnes, qui existent depuis longtemps, on grandement profité à l’économie de la Loire-Atlantique, voire au-delà. Participant à un taux de croissance de l’ensemble du territoire, celui-ci s’est distingué du reste par des évolutions démographiques, comme de l’emploi et du PIB, nettement supérieures à la moyenne nationale. Même si ce phénomène concerne surtout la Haute Bretagne (35 et 44), et qu’une politique de rééquilibrage soit maintenant nécessaire pour aménager un « far-ouest » dont on ne peut se désintéresser, un apport inverse des Pays de la Loire vers la Bretagne sera difficile à démontrer.







  • #146

    Dalors (vendredi, 27 juin 2014 22:46)

    Justement , la coopération pays de la loire bretagne est donc la vraie solution et non l'enfermement dans un schéma d'un lointain passé totalement révolu.
    Il faut ouvrir l'ouest de la france sur le reste du pays et non pas se blottir fébrilement en se coupant des réalités.
    La loire atlantique a tout à perdre à se couper de ses contacts féconds avec les autres départements des pays de la loire .
    Il faut rajouter les départements bretons et non pas supprimer les départements ligériens.

  • #147

    gauvin (samedi, 28 juin 2014 14:42)

    bjour
    eh oui cest bien ce que je pensais aucune reponse a mon mail adresse semaine derniere apropos de l eco taxe et de votre language sur poids lourd pollueur ah vs etes bien un politique que du blabla pas la peine de mettre sur votre site entre vous et moi ....
    la moindre des politesses est de repondre nest ce pas mais je dois constater que vs n avez pas d arguments a la suite de mon mail
    les ecolos tous des utopiques des empecheurs de tourner en rond des rigolos beaucoup de blabla mais pas de resultat qui sont loin de la realite allez vs impregner dans une entreprise de transport ce sera different et vs fera prendre conscience de la realite
    soit je vais en, faire part a mon depute ump qui lui au moins est reactif et repond aux mails que ns lui adressons cest cela d etre constructif et d avancer
    mais vs cela etre loin d etre le cas mais les transporteurs n ont pas dit leur dernier mot et j espere que ils sauront se faire entendre d ailleurs j ai transmis copie du 1er mail adresse et a present celui la pour non reponse de votre part
    voila monsieur le depute et continuez ainsi mr derugy
    jmg
    a bon entendeur salutations


    au moins je vais en faire part a mon depute qui lui est autrement plus reactif que vous et

  • #148

    Dalors (dimanche, 29 juin 2014 09:47)

    Bruler un drapeau des pays de la loire lors de la manifestation de hier samedi, la grande classe ? non plutot une expression haineuse qui traduit bien le fond de la pensée s'ils en ont une , de ces destructeurs arqueboutés sur des principes faisant référence au passé et fonctionnant sur l'exclusion de l'autre au lieu de viser le rassemblement pour le bien commun. Manifester devant chez jean marc ayrault ridicule , comme si celà pouvait faire changer quoique ce soit.
    Par ailleurs 8000 à 10000 manifestants dont plus de la moitié venus de l'extérieur de la loire atlantique c'est vraiment pas un succès quand on connait les fréquentations habituelles des plus petites manifs nanto nantaises pour ne pas parler des grandes.

  • #149

    Marmons (dimanche, 29 juin 2014 23:32)

    Bonjour,
    Si, bien sur je suis favorable à la suppression des départements et à la fusion des régions, j'estime qu'il s'agit avant tout d'une mesure administrative et économique et non pas culturelle.
    A partir de là, il n'est pas question de faire exploser la région Pays de la Loire, juste pour le bon plaisir de quelques nantais égoïstes. Oui, c'est de l'égoïsme, car nous nous moquons de manceaux, des lavallois, des vendéens, des angevins; on les oublie carrément; qu'ils se démmerdent pour trouver quelqu'un qui veut d'eux. bravo la générosité écolo !
    Les Pays de la Loire doivent rester, bien entendu ensemble. Rapprochement avec qui ? encore une fois ne soyons pas égoïstes.
    La Bretagne : oui pour une petite partie de la Loire atlantique (Nord + Nord Ouest (au dessus de St Nazaire)), Nantes pas vraiment, mais un peu. Aucun intérêt pour les autres
    Le Centre : Oui pour la Mayenne, le Maine et Loire, la Sarthe, l'est de la Loire Atlantique
    Le Poitou Charente : oui pour le tout le sud de la Loire Atlantique et le Sud Ouest, la Vendée, le sud du Maine et Loire

    Voilà, donc la Bretagne, c'est sans doute la solution la moins logique; sauf pour faire plaisir à l'égoïsme de certains de Loire Atlantique

    Perso, je pourrai accepter une fusion avec le Centre, le Poitou Charente ou la Bretagne car je ne suis pas intolérant. Mais les Bretons ne veulent pas fusionner avec nous, alors allons voir ceux qui veulent de nous, le Centre me parait cohérent; et n'oublions pas que l'objectif de ce rapprochement n'est pas culturel !

    N'oublions pas non plus, que comme le dise nos amis bretons, la Loire Atlantique est le paillasson de la Bretagne !
    et la pauvre Anne de Bretagne (argument principal pour certains) a vécu combien de temps à Nantes; je vous laisse chercher à quel âge elle a quitté Nantes pour le Val de Loire et plus ...

    Bonne soirée et non à la démagogie égoïste de certains

  • #150

    goupil (lundi, 30 juin 2014 11:51)

    La réforme régionale, la réunification de la Bretagne, un leurre qui fonctionne à merveille, quitte à déclencher les évènements les plus dramatiques. Le nationalisme, c'est la guerre, disait Mitterrand. J'ajoute: le régionalisme, c'est la guerre civile. Et le démantèlement. Construisons l'Europe au lieu de tout foutre en l'air.
    Et qu'on ne me parle pas de soi-disant "économies", "rationalisations",présentées comme le fin du fin de l'argumentation politique. La corruption s'encourage des marchés locaux et fera ses choux gras des béances laissées par la "réorganisation".
    Je suis née au nord du département de Loire-inférieure.J'y ai passé ma petite enfance puis j'ai rejoint l'agglomération nantaise où j'ai passé la plus grande partie de ma vie. Aujourd'hui à la retraite,j'ai rejoint la région où le suis née, dans la communauté de communes de Redon, où je suis bien. J'ai retrouvé mes paysages d'enfance, qui me soutiennent.
    Pour autant, je sais que la population nantaise aime la Bretagne, mais vit du contact entre le Nord et le Sud, des trafics de l'estuaire, de toute la construction humaine héritière de ce passé, strate après strate.Ne sous-estimons pas le rôle de la vallée de la Loire,qui est un autre monde. N'en déplaise aux Bretons, le Sud est aux portes de Nantes, avec ses tuiles, son vin,son soleil et toute sa séduction. La Bretagne a souffert de la négation de sa culture: elle n'est pas la seule région concernée, toutes les campagnes sont dévastées par l'agriculture industrielle soutenue par les banques, la FNSEA, et ceux des propriétaires fonciers qui en profitent. Je parlais gallo dans mon enfance. Je n'ai jamais parlé ni entendu parler Breton, qui m'est resté une langue complètement étrangère. La manie des noms propres en Breton, agaçante, a le mérite de rappeler un passé ancien.Mais mon identité profonde, est-ce l'histoire de la Bretagne qui me la donne? Non, c'est la révolution française, la République, l'école laïque, les lumières, le mouvement ouvrier, la littérature française. Chateaubriand me touche et m'intéresse, mais c'est un vieux réac, comme l'armée des soutanes qui ont combattu la république si longtemps. La guerre de Vendée reste un évènement traumatique qui soude de manière paradoxale toute une population, quel que soit le côté adopté. Elle est magnifiée en Vendée, dans les Mauges, célébrée à St Florent grâce à David d'Angers, et dans la littérature. Elle s'est prolongée dans la chouannerie. Nantes est une armature passionnelle de ces liens qui n'ont pas disparu et qui diffusent bien ailleurs qu'en Bretagne.
    Démanteler les Pays de Loire nécessiterait au minimum de consulter les populations concernées. Est ce leur demande? J'en doute fort. Je ressens pour ma part cette revendication de rattachement de la Loire-Atlantique comme une revendication d'annexion impérialiste.Si vraiment il s'avérait nécessaire de regrouper les régions, la fusion des Pays-de-Loire avec la Bretagne permettrait au moins de préserver non seulement l'identité culturelle bretonne mais aussi angevine et vendéenne. Je ne connais pas suffisamment la Sarthe ni la Mayenne pour en parler. Et peut-être pourrait-on ainsi gérer la rivalité Nantes Rennes Angers
    Je me sens tout à fait bretonne. Si je voyage à l'étranger, et qu'on me demande si je viens de Paris, je réponds: non, je viens de Nantes, en Bretagne, et ceci depuis 40ans.

  • #151

    AR GORILH RUZDU (mercredi, 02 juillet 2014 00:18)

    Mar plij !!!
    Arrêtez de cracher sur la mogette ... Les ventres à choux sont celtes/certes un peu bourrus, mais ils peuvent être éduqués et on peut les civiliser: la preuve ? ... Le bagad de Vendée à Luçon, ils ont même de plus beaux chapiaux que nos p'ti beurtons, non ?
    http://youtu.be/wEGADxejXts
    http://www.bagadvendee.fr/
    LES CELTES EN VENDEE !!!
    Le Golfe de pictons tire son nom des tribus celtes qui peuplaient notre région vers 600 ans avant J-C. Ils ont été les premiers à avoir conquis la terre sur la mer, ils ont fait naître un pays, le Pays des Pictons.
    Golfe des Pictons
    Un géo logue grec, Artémidore d’Esphèse parle d’un « golfe » ou sinus qui séparait le pays des santons c'est-à-dire la Saintonge et celui des Pictons, c'est-à-dire du Poitou. Ce Golfe des Pictons ou « Sinus Pictorum » en raison de la présence sur le rivage des tribus Pictons. Le nom picton » vient du mot picte, nom donné aux celtes en raison des tatouages qu’ils se faisaient sur leurs corps.
    Naissance d’un Pays
    Ils ont fait naître un Pays…..de la mer
    Les habitants s’appelaient les pictes ou pictons (on retrouve des pictes en Ecosse et en Irlande). Les pictes forment une peuplade celte appartenant à la grande confédération celtique d’Europe. Les tribus pictes sont les plus puissantes de la Gaule selon la structure celtique. A l’arrivée des romains ils prirent le nom de Galli en latin Gaulois."
    (Extrait de la page 'Historique' de notre site internet)
    NOTRE BAGAD
    Le Bagad de Vendée a été crée en 2008, au sein de l'association Fleur de Sel'te. Nous sommes basé à Luçon et les musiciens viennent "d'un peu partout en Vendée"!
    Comme tout bagad, nous comptons 3 pupitres : les bombardes, les cornemuses écossaises et les caisses.
    Notre répertoire se diversifie peu à peu, d'année en année, en piochant dans le répertoire breton bien évidemment, dans les classiques écossais, avec parfois quelques inspirations vendéennes.
    http://youtu.be/kCNus6WjbnY
    http://youtu.be/P0jwRSezdL4

  • #152

    Ar c'hi-bleiz dudu 44 (mercredi, 02 juillet 2014 12:58)

    Ar c'hi-bleiz dudu 44,
    Mes chers compatriotes, beaucoup d’entre vous s’interrogent à juste titre et me demandent pourquoi j’ai opté pour la réunification des Pays de Loire, à notre chère Patrie, toujours verdoyante et lumineuse du soleil couchant mais néanmoins radieux de l’Occident Celtique ! C’est pourtant simple et historique, relisez Hervé Le Boterf et Théodore Hersart de La Villemarqué. Ils ont tout écrit ! Notre Nation doit enfin entamer sa marche vers l’Est, afin de conquérir son espace vital, indispensable à sa survie tant économique, que politique et culturelle. Cette marche vers l’Est, qui avait déjà été initiée dès les IIIe et IVe siècles par nos glorieux ancêtres venus d’Outre-Manche, pour réensemencer la Gaule et les esprits ramollis de ces pauvres gallo-romains en voie de dégénérescence, du fait de la colonisation latino-méditerranéenne, à laquelle c’était adjointe l’abominable culte de la personnalité d’un personnage douteux venus du lointain Proche-Orient méditerranéen, aux origines pour le moins douteuses : on n’a jamais su de qui il était le Fils ou le Père ou … ? Il est temps de reprendre l’œuvre de notre Tad ar vro : Nominoë et du comte de Vannes Pascweten ! Dir ha tan !

    On savait les Gaulois amateurs de vin, dès avant mais surtout après la conquête romaine. Ne leur doit-on pas l'invention du tonneau (initialement pour la cervoise certes)?
    Diodore de Sicile les décrivait ainsi :
    " Aimant le vin jusqu'à l'excès, les Gaulois engloutissent pur celui que leur apportent les marchands; ils boivent avec une passion furieuse et se mettent hors d'eux-mêmes en s'enivrant jusqu'au sommeil ou à l'égarement. Aussi beaucoup de marchands italiens, poussés par leur cupidité habituelle, considèrent-ils comme un trésor le goût des Gaulois pour le vin. Ils l'apportent en bateau par les fleuves navigables ou en chariot par voie de terre et en touchent un prix incroyable: pour une amphore de vin, ils reçoivent un esclave, échangeant la boisson contre l'échanson. "
    Mais qu'en est-il de ce fameux "chant des gaulois" (Gwin ar C'halloued), tiré du Barzaz-breiz, cette anthologie de chants populaires traditionnels bretons recueillis au 19ème siècle par le vicomte Théodore Hersart de la Villemarqué ?
    Voilà un chant bien martial qui retrace comment les anciens bretons concevaient la vendange... armée. Ne cultivant pas le vin sur leurs terres, il leur suffisait d'aller se servir chez leurs francs voisins, ainsi que le rapporte Grégoire de Tours.
    "Aussitôt que revenait l'automne, ils (les Bretons) partaient, suivis de chariots et munis d'instruments de guerre et d'agriculture, pour la vendange armée.
    Les raisins étaient encore sur pied, ils les cueillaient eux-mêmes.
    Le vin était-il fait, ils l'emportaient.
    S'ils étaient trop pressés ou surpris par les Francs, ils le buvaient sur place, puis emmenant captifs les vendangeurs, ils regagnaient joyeusement leurs bois et leurs marais".
    Nous ne pourrons nous développer ni économiquement, ni surtout culturellement, sans les vignes d’Anjou et de Vendée. Voilà la raisin pour laquelle je maintiens que notre deboire est de continuer l’œuvre de Pascweten et Nominoë sans oublier Erispoë, Salomon et Alain Barbetorte !
    Ar c'hi-bleiz dudu 44.

  • #153

    BZH_44 (vendredi, 11 juillet 2014 14:55)

    Le pays Nantais a de tout temps fait partie intégrante de la Bretagne, que ce soit linguistiquement, historiquement, culturellement, économiquement, architecturalement, culinairement, et humainement .Pourquoi n'acceptez vous pas la réunification de Nantes a la Bretagne ? je ne comprends pas que vous n'écoutiez pas ce que l'on a à vous dire , la Bretagne a 5 départements dont Nantes et ce depuis des siècles
    Je vous en supplie écoutez nous et accepter de nous réunifié , vous n'avez pas le droit de ne couper de nos racines , nos origines Bretonnes !!!!
    Je vous pose à vous cette question , accepteriez vous que l'on vous détache de vos origines ? je ne le pense pas , car nous sommes tous et toutes très attachées a nos racines , notre histoire et nos origines .
    permettez à la Loire-Atlantique de rejoindre enfin la Bretagne. !!!!

  • #154

    Dalors (vendredi, 11 juillet 2014 17:53)

    Cette possibilité va être ouverte sous réserve d'un vote en ce sens à la majorité des 3/5 ème du département concerné , ( en loire atlantique ce serait les 3/5 ème contre le rattachement ) avec en plus un accord à la même majorité de la région cédante et de la région d'accueil. Accord de la bretagne pas même certain.
    Il s'agit là de règles normales dans un régime républicain dans lequel aucune minorité agissante ne doit pouvoir imposer sa loi au plus grand nombre.
    Ceci signifie sans aucun doute possible que la loire atlantique ne sera pas rattachée à la bretagne et c'est très bien comme ça.
    Puisque quelques barons de Bretagne ne veulent pas fusionner avec les pays de la loire , statu quo et fermez le ban.
    Retournons aux choses sérieuses et abandonnons les utopies rétrogrades.

  • #155

    Yves Le Corre (vendredi, 11 juillet 2014 19:32)

    La séparation de la Loire-Atlantique de sa mère, la Bretagne, a été vécue comme une insulte aux Bretons. A eux qui respectent la France et qui ont donnés tant de leurs enfants pour la défendre.(Personnellement, je compte cinq oncles et un cousin, fils d'un de ces oncles)
    Ni le royaume de France, ni la révolution française et la République n'avaient osé toucher, avant, aux limites millénaires de la Bretagne.
    Ceci n'a jamais gêné son commerce avec le monde entier.
    La Loire-Atlantique doit rejoindre enfin la Bretagne quelle n'aurait jamais du quitter, ce territoire français étant plus grand que bien des nations d'Europe, y compris la Belgique (32000 km2 pour 35000 pour nos 5 départements)
    La France entière doit comprendre cela car c'est comme si on avait enlevé, a elle, un cinquième de ses départements (une vingtaine) pour créer une autre nation d'Europe. Qui accepterait une chose pareille ?
    Yves Le Corre La Baule

  • #156

    Dalors (vendredi, 11 juillet 2014 19:58)

    La loire atlantique existe depuis 1790 , avec et sans les bretons , il n'y a aucune insulte à qui que ce soit, par contre démembrer les pays de la loire c'est faire fi de l'opinion de 2,5 millions de personnes et de 4 départements unanimes pour réclamer le statu quo ou la fusion bretagne pays de la loire.
    Le refus de cette fusion par les barons de bretagne est la preuve s'il en était besoin de leur égoïsme et du mépris qu'ils témoignent envers qui n'adhére pas à leur vision nombriliste.

  • #157

    YADEC (samedi, 12 juillet 2014 11:40)

    La construction de l'Europe en ne tenant compte que de l'économie, sans s'appuyer sur la culture et l'histoire, et sans démocratie, est un échec patent. La construction des régions doit se faire en tenant compte et de la culture et de l'histoire, mais aussi en consultant les habitants concernés. Dans les pays de la Loire, Angers, où j'ai habité et travaillé, regarde vers Tours, la Loire-Atlantique, où je suis né, regarde vers la mer et, pour cela même, vers la Bretagne, la Sarthe regarde vers Paris. Quant à la Vendée et la Mayenne, qui ont toutes deux des morceaux d'histoire commune avec la Bretagne, mais aussi des différences culturelles, leurs responsables avaient demandé en 1940 leur rattachement à l'éphémère Etat Breton. Reste à savoir ce que pensaient et ce que pensent leurs polpulations. Le rattachement de la Loire-Inférieure à Angers en 1941 correspondait au voeu de von Bockemann d'adapter, autant que faire se pouvait, l'organisation territoriale projetée à celle établie par les Oberfeldkommandanturen (OFK), en particulier celle de la région B d'Angers.

  • #158

    guipago (samedi, 12 juillet 2014 12:23)

    Le philosophe Alain recommandait pour débattre de partir toujours de l'opinion de l'autre plutôt que de la sienne; c'est observable chez les philosophes mais très rarement chez les militants.
    Et puis il y a ceux qui dissimulent derrière leur cause un autre but qui, s'il était révélé serait rejeté.

    Je n'ai qu'un combat disait Voltaire; la vérité.
    La réunification de la Bretagne c'est le retour de Nantes au statut de ville subalterne de Rennes qui est et restera la capitale de la région. Nantes qui a déjà perdu ses médias régionaux , perdra son statut de capitale régionale, sa préfecture de région, toutes ses directions régionales d'Etat, l'agence régionale de santé, les représentations régionales des organismes sociaux, syndicats, etc.... et même son orchestre symphonique (ONPL )

    Ce qui motive les opposants à la réunification c'est la peur et la stupeur.

    La peur de voir anéantis 40 ans d'efforts pour réaliser l'impossible et sortir Nantes du sommeil dans lequel l'avait plongé le royaume, jusqu'à ce qu'un baron républicain lui construise un nouveau territoire jusqu'au jour où un prince viendra la réveiller en 1989 .
    Il en fera une ville rayonnante, originale, ouverte, universelle, et même cosmopolite; ce qu'elle fut toujours parce que ville-port contrairement à Rennes ville- état et choyée.
    Le prince sut lui parler et lui dire ce qu'elle était et non ce qu'elle devrait être.

    La stupeur de voir les partisans de la réunification s'opposer à une fusion qui justement rassemble ceux que l'on dit de l' Ouest, qui sont de Bretagne- Maine Anjou- Vendée, et qui ont tant de points communs - ce qui n'a pas d'importance- parce qu'ils ont avant tout la volonté de s'engager dans une compétition européenne en mobilisant toutes leurs ressources.
    Ces gens là n'ont ni drapeau, ni langue, ni histoire autres que celles et celui de la nation qui les a réuni en un seul peuple en 1789 , ni d'autre culture que celle qui réunit toutes les cultures et fonde, entre autre, notre citoyenneté républicaine.

    Mais plus que tout, c'est de voir un objectif de réforme de la répartition des missions de services publiques décentralisés ( à ne pas confondre avec la déconcentration qui concerne les services de l' Etat), détourné en revendication territoriale sans en mesurer les conséquences.
    Ce n'est surement pas la bonne méthode pour convaincre du bien fondé de sa cause.

  • #159

    Loeiz LAURENT (mercredi, 16 juillet 2014 17:41)

    @ Piotr
    Loire-Bretagne, n’a rien d’une région incohérente. Elle seule permet au contraire d’échapper à l’attraction dominante de la capitale. Elle ne parvient pas à retenir la Sarthe, happée par Paris, mais attire les Deux-Sèvres, armoricaine au nord. Si vous séparez les deux régions, chacune regarde vers Paris.
    C’est bien cette dépendance que recherchent les caciques du ministère de l’intérieur. Ils ont fait mettre au pilon en 1970 L’introduction à la connaissance de l’espace régional de Yann Poupinot qui prônait une grande région. Ils ont interdit à l’Insee de répondre à la demande des deux régions d’un atlas commun des résultats du recensement de 1990. Ils ont retardé au maximum la réalisation d’une quatre voies entre Rennes et Nantes ; on y comptait jusque là une vingtaine de morts chaque année !
    Nos caciques ont probablement perdu le souvenir du cri de guerre des premiers Bonnets Rouges, « Liberté Armorique ! », mais ils savent très bien que l’identité bretonne, loin d’être diluée dans cet ensemble, se sentira plus forte face à Paris. Nos caciques feront donc tout, à l’encontre du gouvernement, pour faire capoter le projet. Les inconditionnels de la Bretagne historique sont leurs meilleurs alliés.
    Les Francs envahissant le nord d’une Gaule largement romanisée se sont heurtés aux Bretons venus renforcer l’ouest de la péninsule armoricaine. Ces derniers ont tout fait pour élargir leur emprise vers l’est, s’imposant à Nantes et à Rennes, politiquement bretonnes mais culturellement romanes. Pourquoi en rester là alors que l’on peut unir les deux régions sous l’autorité de deux villes bretonnes ?
    Il n’est pas question de grandes régions pour l’Ile-de-France, l’équivalent en superficie de deux départements bretons. Peu importe si les grandes régions, au nord de la France, sont asservies au Grand Paris. La Normandie unifiée, c’est Paris sur mer, y compris la Manche qui fut bretonne jusqu’au traité de Saint-Clair-sur-Epte. La Picardie, la Champagne-Ardenne et la Bourgogne rattachent également le Nord, l’Alsace-Lorraine et la Franche-Comté au Grand Paris. Le Centre pourrait semblablement y arrimer les Pays-de la Loire, laissant la région Bretagne isolée. Pour le moment nous avons échappé au pire, mais ne pouvons-nous nous-mêmes chercher à arrimer à l’Armorique l’ensemble des Pays de la Loire ?
    Le pouvoir parisien, quelle que soit son importance, peut s’effondrer du jour au lendemain. D’où pour De Gaulle en mai 1968 la nécessité de régions budgétairement autonomes. Il s’agissait de cloisonner le bâtiment pour ne pas couler totalement si une torpille atteignait le poste de commandement. « Si dans une telle hypothèse les Bretons unis parviennent à maintenir à flot un radeau de survie, frapperez-vous à coups d’aviron sur les mains de nos voisins demandant à s’en sortir avec nous ? » ai-je demandé un jour au président Le Drian. « Non bien sûr » m’a-t-il répondu.
    Ces voisins, nous ne pouvons aujourd'hui leur dire ; « Privés de votre département chef-lieu, vous allez pouvoir rejoindre la région que vous voulez, mais notre porte vous est fermée. » Nous avons besoin au contraire de leur appui, pour tenir face à l’agrégat francilien.

  • #160

    Dalors (vendredi, 18 juillet 2014 09:27)

    La quasi totalité des positions des dirigeants politiques sont dictées par des arrières pensées électorales ou pire par des calculs électoraux.
    C'est ainsi que l'opposition farouche des dirigeants bretons Le Drian et Urvoas à la fusion bretagne pays de la loire est motivée en fait par le risque de perdre la majorité politique dans la nouvelle région qui serait fortement renforcé dans une telle hypothèse.
    Par contre l'annexion de la loire atlantique seul département des pays de la loire clairement à gauche, conforterait clairement la majorité bretonne actuelle et éloignerait encore un peu plus le risque d'un basculement à droite.
    Reconnaissons toutefois que la volonté des responsables des pays de la loire actuels de fusionner avec la bretagne, s'explique également par un calcul électoral du même ordre visant à neutraliser le retour majoritaire de la droite sur la région pays de la loire.
    Retour malheureusement prévisible , ce territoire n'étant pas historiquement une terre de gauche affirmée reste très vulnérable devant le moindre glissement de l'électorat. La loire atlantique ne pouvant pas compenser toute seule le poids des autres départements.

  • #161

    Josselin Kervick (vendredi, 18 juillet 2014 13:48)

    Le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne est voulu et nécessaire. C'est triste de voir, qu'une fois de plus, il faut se battre bec et ongle pour quelque chose qui est si évident.

    Il faut d'ailleurs le faire vite, car l'identité fictive créée par la région des pays de la loire dans le but de fédérer ses départements, et à grand coût de campagne publicitaire, se fait trop souvent par un gommage de l'héritage Breton de la Loire Atlantique.

    Ce même gommage de l'identité Bretonne serait faite si la Bretagne et les PaysdeLaLoire fusionnait. Nous en avons déjà vécu l'expérience.

  • #162

    Dalors (vendredi, 18 juillet 2014 18:57)

    Il n'y a aucune nécessité de rattacher la loire atlantique à la bretagne pour satisfaire une minorité de nostalgiques plongés dans un délire identitaire.
    Les représentants du peuple en ont d'ailleurs décidé ainsi cette nuit et ce n'est pas demain la veille que les 3 entités concernées ( département loire atlantique, région pays de la loire , région bretagne ) voteront ce rattachement chacune à la majorité des trois cinquièmes ainsi que l'exige dorénavant la loi.
    Messieurs les nostalgiques identitaires remballez vos chimères avec un mouchoir par dessus.

  • #163

    Xavier Decrocq (mardi, 22 juillet 2014 17:42)

    Monsieur le député,

    J'ai écouté avec attention vos commentaires sur les sanctions envers la russie. Vous signalez l'efficacité de sanctions lourdes sur les produits énergétiques et non les frégates.

    En analysant le problème, je constate que :
    . La déstabilisation de l'Ukraine est financé depuis 10 ans par les US
    . Les Us ont des surplus de gaz
    . Il n'est pas prouvé que les Russes soient intervenus sur cet ignoble accident, (Même l'inverse sur les réseaux sociaux !!)
    . En perspective économique calculé, EU + Russie sont une puissance mondiale potentielle

    Mes deux questions sont où se trouve la CIA et à qui profite le crime ?
    Meilleures salutations et bien à vous,

  • #164

    Bernard Cormerais (mardi, 22 juillet 2014 23:14)

    J'avais une quinzaine d'années lorsque j'ai entendu pour la première fois le nom de "Pays de Loire" et ce n'était pas sous Petain !!! C'était en 1974 avec la mise en place des conseils régionaux je crois. Auparavant en Loire Atlantique, où je suis né et habitais, on n'avait pas à "se sentir" ou "ne pas se sentir" breton, on était breton. Aujourd'hui j'entends des habitants de Loire Atlantique ( très minoritaires quoiqu'ils en pensent ) qui disent qu'ils ne se sentent pas breton , sans bien définir ce que cela signifie d'ailleurs, et il le disent souvent avec une forme de violence, de rejet de tout ce qui est breton qui montre les dégâts d'une sorte d'acculturation.
    Pour moi il est urgent que ces gens se réconcilient avec leur histoire et leur culture et pour cela commençons par le commencement : retrouvons une Bretagne à 5 départements.
    Merci M de Rugy pour votre action.

  • #165

    Perrel (mardi, 22 juillet 2014 23:21)

    Réunification, comme savent le dire les élites et selon la constitution française, article, les traités sont supérieurs aux lois françaises.
    Traité de 1499 seul valide à ce jour, la france est illégale en Breizh, il n'y a pas plus clair que ça.

  • #166

    Gildas Chatal (mercredi, 23 juillet 2014 02:15)

    Je suis de Loire-Atlantique, j'y suis ne et j'y ai vécu jusqu'a l'age adulte. J'avais egalement 15 ans la premiere fois ou j'ai entendu parler des Pays de la Loire, c'etait pour un concours de BD organise par la dite region au debut des annees 80. Mes copains et moi, qui etions interesse par ce concours, on n'en avait jamais entendu parler. Pouvez-vous imaginer un ado n'ayant jamais entendu parler de la Bretagne en Loire-Atlantique? Il ne doit pas y en avoir beaucoup. C'est vous dire a quel point cette region est technocratique et videe de substance, batie a cout de promotions faramineuses.

  • #167

    Dalors (mercredi, 23 juillet 2014 09:50)

    Une petite précision pour les nostalgiques de l'ancien régime et de ses traités , il y a xeu en 1789 un évènement sans doute regrettable à leurs yeux qui s'appelle la révolution française et qui concerne bien évidemment aussi la bretagne. Ce petit évènement sans doute sans importance a aboli tous les traités conclus sous l'ancien régime .
    Sans parler des traités ultérieurs conclus avant l'entrée en vigueur de la constitutio, auxquels ne s'applique pas l'article en question, sans préjudice bien sur de négociations diplomatiques éventuelles avec les états étrangers concernés s'il s'agit de mettre en oeuvre une loi contredisant un traité ayant encore un sens de nos jours.
    Faut il alors considérer que la bretagne n'est pas la france ? Certains vont clairement jusque là , stupide et ridicule et de nature à déconsidérer totalement les partisans du 44
    en Bretagne.

  • #168

    Chantal Thilloux (mercredi, 23 juillet 2014 14:55)

    Je rappelle à ceux qui font de la Loire un lien entre Nantes et les Pays-de-Loire que la Loire n'est navigable qu'à partir de Nantes. Oui elle a une grande importance pour Nantes : c'est la porte de L'océan Atlantique. Mais le seul lien physique entre Nantes et Angers, et le reste des PDL est ... La route ou le train.
    Angers est plus proche dans tous les domaines du reste du Val de Loire, Tours-Blois-Orléans. Saumur et ses vins touchent ceux de Chinon (région Centre).
    Les Bretons ne méprisent pas les habitants des PDL, mais ceux qui prétendent parler à leur place en dépensant l'argent public : Auxiette et Cie.
    En ce qui concerne le Sud-Loire : la Pays de Retz est Breton. Et cela va plus loin, puisque le marais de Vendée s'appelle "Marais Breton". je sais PDL vient d'en changer le nom...
    La proposition partie de Blois de créer une grande région Val de Loire, d'Orléans à Angers (incluant la Sarthe et le reste de la Région Centre) est la meilleure qui soit, la plsu cohérente. Libre à la Vendée de rejoindre la région de son choix.
    Quant à l'argument selon lequel région Bretagne et PDL ont l'habitude de travailler ensemble : il prouve que deux régions n'ont pas besoin de fusionner pour cela... Il est vrai que la région Bretagne y était forcée, Universités, CCI, et autres organismes passant par-dessus les limites administratives aberrantes pour travailler avec Nantes, sur toute la Bretagne réelle, et donc, indirectement, avec les PDL .
    En tout cas je garantis que si les hommes du Val de Loire, en fondant une grande région Val de Loire, permettent à la Bretagne de récupérer sa capitale Nantes, la Bretagne travaillera volontiers avec la Région Val de Loire....

  • #169

    De Brest (jeudi, 24 juillet 2014 11:05)

    La Bretagne ne sera probablement jamais réunifiée parce que les politiques (aussi bien de droite que de gauche) ont peur d'une grande région ayant une identité et une histoire affirmées, mais le drapeau blanc et noir continuera à flotter sur Guérande et Pornic, pour rappeler à ceux qui ont tendance à l'oublier que le Nord et le Sud de la Loire Atlantique et certainement tout son littoral sont bien en Bretagne.
    Un sondage a été effectué dernièrement en Bretagne qui donnerait un pourcentage de bretons supérieur à 60 % en faveur de la fusion avec les PDL et de plus 70 % en faveur de la seule réunification. Je suis personnellement étonné d'une adhésion aussi forte des bretons en faveur des PDL. Je ne sais pas si l'organisme de sondage a bien expliqué aux bretons (qui seraient très majoritaires dans cette nouvelle région Bretagne + PDL) qu'ils pourraient être présidés par des non-bretons (voire des anti-bretons) comme Mr Fillon, Mr Ayrault ou l’ineffable Jacques Auxiette ou d’autres qui seront désignés par les partis nationaux à Paris.
    Les différents présidents des PDL ont tous eu comme point commun une volonté plus ou moins affirmée de "débretonniser" autant qu'ils le pouvaient la Loire Atlantique. Il est évident qu’un Ayrault qui rêve probablement de devenir le président de ce grand ouest mou et sans identité continuerait l’œuvre de "débretonnisation" amorcée à Nantes sur l’ensemble de la Bretagne historique qui, faut-il le rappeler, n’aurait plus de frontière après la disparition des départements.
    Désolé d’être si négatif, mais il ne faut pas tomber dans une certaine naïveté. En tant que Brestois, je ne crois pas à la fusion de la Bretagne avec les départements lointains de la Vendée, de la Sarthe et du Maine et Loire. Pour ce qui concerne, la Loire Atlantique et accessoirement la Mayenne (qui, parait-il, rêve de rejoindre la Bretagne), je demande à ce qu’un référendum soit organisé dans ces deux départements pour connaitre le choix des habitants en faveur ou non d’un rattachement à la Bretagne. En parallèle, il convient d’organiser un référendum en Bretagne Administrative et dans la Loire Atlantique pour savoir si les bretons sont prêts à accueillir la Mayenne (j’y suis personnellement favorable).
    Quelle serait la capitale administrative de la région réunifiée (avec éventuellement le Mayenne), je ne suis pas hostile à Nantes, s’il s’agit d’une condition pour la réunification de la Bretagne, mais je pense qu’il serait préférable de prendre une ville plus centrale comme Vannes par exemple (Nantes et Rennes sont excentrées par rapport à Brest, la troisième métropole de Bretagne).
    En conclusion, je rêve d’une Bretagne réunifiée, mais je refuse la perte de mon identité bretonne en fusionnant la Bretagne administrative avec des départements comme la Sarthe, la Vendée et le Maine et Loire qui ne partagent pas notre histoire et sont même hostiles à nos valeurs et à notre culture (il suffit de lire les témoignages des habitants de ces départements à ce sujet).
    Si la réunification de la Bretagne historique n’est pas possible et je suis convaincu qu’elle ne se fera pas à cause des barons locaux du PS et de la Droite, alliés en cette circonstance pour conserver leurs postes et les privilèges qui s’y rattachent. Soyons plus précis, sur le plan national, ils seront rejoints par tous les jacobins partisans du centralisme parisien et du mythe de la "France une et indivisible" qui œuvreront dans la même direction pour éviter la création d’une puissante région bretonne dangereuse à leurs yeux pour l’unité de la France.
    J’ai toujours voté pour le PS et donc en 2012 pour F. Hollande et je ne le regrette pas (je ne voulais pas de Sarkozy et je n’en veux toujours pas). Mais cette fois-ci, c’est terminé, je constate que le PS vient de confirmer honteusement la division de ma région inaugurée par le régime de Vichy. Je ne voterai donc plus jamais pour le PS. Dans le futur, je m’abstiendrai ou je voterai comme je l’ai fait aux Européennes pour C. Troadec même si je ne soutiens absolument pas le mouvement des Bonnets Rouges. Mon vote sera désormais exclusivement régionaliste.
    Bon courage quand même à Mr de Rugy et merci de cette tribune qui permet de s’exprimer librement.

  • #170

    Jacques Herry (jeudi, 24 juillet 2014 22:47)

    Tout d'abord, merci à M. de Rugy pour cette initiative qui donne enfin la parole aux Bretons. Beaucoup de choses ont déjà été dites et je ne reviendrai donc pas sur la nécessité pour la Bretagne même, mais aussi pour la France qui se devrait une fois pour toutes de rester jacobine et ultra centralisatrice. Personnellement, natif du Trégor (Morlaix), je réside en Loire-Atlantique depuis plus de 53 ans et m'y suis fixé. Depuis 50 ans aussi, j'ai toujours milité pacifiquement, mais avec conviction pour un retour de la Loire-Atlantique où se trouve le château des Ducs de Bretagne, mais aussi où foisonnent des noms de communes ou de lieu-dits fleurant bon la Bretagne ou comprenant son nom. J'ai commencé à "B5" (où j'ai rencontré un certain Patrick Mareschal) jusqu'à "Bretagne Réunie", avec une forte sympathie aussi pour le collectif (plus "politique") "44=Breizh". Il faut à la France des régions identitaires et fortes, disposant d'un budget conséquent et même d'une autonomie certaine pour les sujets qui les concernent. Un peu à la manière des Landers allemands. Hélas, ce combat est loin d'être achevé puisqu'il suppose le démantèlement du patchwork illégitime et ridicule qu'est la "région" des Pays de la Loire. Pas fini de se battre donc, mais on continue !

  • #171

    Dalors (vendredi, 25 juillet 2014 15:08)

    Pourquoi cet acharnement à vouloir détruire les pays de la loire , région qui a fait largement la preuve de sa cohérence économique ,de son fonctionnement dynamique , de ses réflexions tournées vers l'avenir et le progrès , alors que tout le monde ne peut pas en dire autant. Le pourcentage du PIB , le taux de chomage, sont les meilleurs du pays hormis l'ile de france cas évidemment très particulier.
    La Bretagne, sauf quelques élus égocentriques et calculateurs, aurait tout à gagner dans l'hypothèse d'une fusion avec les pays de la loire, car comme le dit si bien la devise de la Belgique , l'union fait la force.

  • #172

    VOTEBLANC (dimanche, 27 juillet 2014 02:29)

    Très décue par la tournure prise par cette non réforme territoriale, je considère qu' une fois de plus le parti socialiste a manqué à sa parole. Une fois de plus, une fois de trop. Si avec F Hollande, le parti socialiste français s 'est tiré une balle dans le pied, je suis certaine qu' avec cette mascarade parlementaire, le parti socialiste breton s'est tiré une balle dans la tete. Que tous ces élus profitent bien de leur ultime mandat, B Poignant vous a ouvert la voie.

  • #173

    Raypi (vendredi, 08 août 2014 18:43)

    Je partage entièrement les réflexions de cette dame au pseudo de " VOTEBLANC " . Les socialistes qui ont aujourd'hui tous les pouvoirs ( députés - sénateurs - présidents de régions - présidents d'agglo de nombreuses grandes villes ) ont été INCAPABLES de créer de nouvelles régions qui aient l'assentiment des populations . Je ne parlerai ici que de la région qui nous concerne : la Bretagne avec ses 5 DEPARTEMENTS .
    Monsieur Hollande (pour qui j'ai voté) , aurait laissé son nom dans l'histoire s'il avait eu le COURAGE d'écouter et d'entendre , cette longue revendication des Bretons qui espéraient (avec cette réforme territoriale) , le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne historique .
    Monsieur le président , messieurs les députés et sénateurs , messieurs les présidents de régions (PS) , appréciez-bien les ors de la république et vos privilèges car , aux prochaines échéances électorales , ceux qui vous ont élus n'oublieront pas vos va-et-vient permanents , et vos promesses non tenues !
    En mai 2012 , vous chantiez ..... et en 2017 vous chercherez les coupables de votre défaite ; la réponse sera simple : VOUS-MÊMES .

  • #174

    Baillauds (samedi, 09 août 2014 14:44)

    Je suis un électeur de la circonscription de Monsieur de Rugy . J'ai voté pour lui à deux reprises lorsqu'il s'est présenté avec le soutien du ps, donc sans candidat ps contre lui.
    La prochaine fois je ne voterai pour lui en aucun cas compte tenu de ses positions pro loire atlantique seule en bretagne , et je suis loin d'être le seul car dans mon entourage très nombreux sont ceux qui n'approuvent pas sa position. Il n'obtiendra plus les suffrages de nombreux électeurs qui votaient pour lui précédamment sans récupérer pour autant le moindre vote supplémentaire, de plus je doute fort que le ps loire atlantique lui laisse le champ libre la prochaine fois. Ceci aboutira sans doute à l'élection d'un député UMP , je ne vous dit pas merci Monsieur de Rugy.

  • #175

    lailaao (mardi, 09 septembre 2014 16:22)

    Bonjour,
    Je voudrais d'abord vous conseille de se méfier des offres sur le net ainsi que les annonces. Depuis plus de 90% de ces annonces sont frauduleuses. Aujourd'hui, il ya de plus en plus les escroqueries. Je voulais emprunter de l'argent, après que vous ayez une annonce tous les jours je reçois plus de 25 messages rien à escrocs qui demandent de l'argent disent les coûts de la paperasserie. Et supprimée après mais un jour tombé sur une personne nommée leonido Vérone, croit aussi qu'il était parti d'escrocs net, mais à ma grande surprise, c'est différent, il m'a fait un prêt de 40.000 euros avec un grand pourcentage de 2% remboursable sur le nombre de fois que vous voulez. Il a confirmé et il est venu à la recherche d'un contact de prêt par e-mail. Voici votre email:

    leonidoveronas@gmail.com

    NB: je vous informe et vous jure que je n'ai eu qu'a payer les frais d'enregistrement et de contrat pour rentrer en possession de mes fonds.

  • #176

    Dalors (samedi, 20 septembre 2014 16:55)

    Transformer la loire atlantique en morlaix bis ter quater etc , non merci , et que vivent à jamais les Pays de la Loire sous leur forme actuelle.

  • #177

    viviane (jeudi, 06 novembre 2014 14:13)

    Bonjour,
    Je me présente moi c'est Viviane medy ,il y a trop d'escroquerie dans les offres de prêt entre
    particulier. Moi j'ai visité un site d'annonce de prêt entre particulier sérieux partout
    dans le monde et j'ai connu un Mr formidable, du nom de Mr Paul camalo Français
    qui aide les gens en leur faisant des prêts et qui m'a accordé un prêt de 100.000€
    que je dois rembourser sur 30 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 2% sur toute ma
    durée de prêt et là le lendemain matin j'ai reçu l'argent sans protocole.Besoin de crédit personnel ,vos
    banque refuse de vous accorder de prêt,vous étés en CDI et autre de vous adresser à lui et vous
    serrez satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts. Voici son e-mail: paul_camalo@yahoo.com

  • #178

    Viviane (vendredi, 14 novembre 2014 00:18)

    Bonjour,
    Je me présente moi c'est Viviane medy ,il y a trop d'escroquerie dans les offres de prêt entre
    particulier. Moi j'ai visité un site d'annonce de prêt entre particulier sérieux partout
    dans le monde et j'ai connu un Mr formidable, du nom de Mr Paul camalo Français
    qui aide les gens en leur faisant des prêts et qui m'a accordé un prêt de 100.000€
    que je dois rembourser sur 30 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 2% sur toute ma
    durée de prêt et là le lendemain matin j'ai reçu l'argent sans protocole.Besoin de crédit personnel ,vos
    banque refuse de vous accorder de prêt,vous étés en CDI et autre de vous adresser à lui et vous
    serrez satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts. Voici son e-mail: paul_camalo@yahoo.com

  • #179

    Aerel (jeudi, 20 novembre 2014 22:01)

    Allez faire un tour sur les blogs :
    - de la pétition de M. Grosvalet
    - de l'amendement du sénateur Zocchetto
    et vous verrez les arguments développés par les internautes sur les plans économique, social, démocratique, et moral. C'est extrêmement intéressant.
    Sur le plan démocratique et moral, le seul poyen de sortir par le haut est de donner la parole aux habitants de Loire Atlantique, avec un référendum prévoyant les 3 solutions. Ce serait la seule solution qui serait incontestable pour les 2 camps en présence.

    Et n'oubliez pas de prendre en compte l'avis des élus du Val de Loire qui eux aussi ne veulent pas rester dans une région étriquée, à cause de l'égoïsme de voisins ligériens qui ont les yeux plus gros que le ventre et les snobent : Messieurs Leroy, Gille, Barbary, Beffara, Vigier, Sueur, Germain, Lemaignen, Gricourt, Gorges... Ils voudraient s'associer avec une partie des Pays de Loire, pour fusionner dans une belle région Val de Loire pleine d'avenir.

  • #180

    Collectif Bienvenue en Normandie (dimanche, 23 novembre 2014 17:28)

    Ultime étape paradoxale du jacobinisme centralisateur français:
    Après trente années d'expérience de décentralisation, voici venir la régionalisation ... jacobine ! C'est à dire faire de grandes régions administratives et technocratiques en ignorant la géo-histoire... sauf en Normandie ! Cette contradiction est à terme intenable, notamment en Bretagne et en Alsace. François de Rugy a eu raison de rugir contre cette malhonnêteté intellectuelle mais en vain car la carte à 13 "régions" qui va porter la poisse à tout le monde a été votée jusqu'à ce qu'une future majorité de "droite" (laquelle?) vienne tout refaire (cf. Nicolas Sarkozy à Strasbourg). En attendant, il faut occuper le débat public et médiatique: une suggestion...
    Organiser une consultation référendaire dans toutes les communes volontaires sur les cinq départements bretons sur la question de la réunification de la Bretagne: un grand sondage citoyen en grandeur nature et on devrait voir ce qu'on devrait voir... Qu'en pensez-vous?
    Collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie" pour l'unité normande et soutenant, en conséquence, la réunification de la Bretagne.

  • #181

    Thierry B (dimanche, 23 novembre 2014 21:17)

    Prière d’un petit Alsacien

    Monsieur le Député,

    Je vous pose la question d’emblée et sans ambages : votre groupe aura-t-il le courage de voter contre ce projet de réforme territoriale absurde au possible, lors du vote solennel de ce mardi 25 novembre 2014 ?
    Je ne relève pas de votre circonscription, puisque j’habite en Alsace, mais vous devinez pourquoi je vous écris.
    Je voudrais aussi vous envoyer, par ce petit message d’encouragement, quelques petites fleurs, si je puis dire, pour votre intervention à l’Assemblée, lors de la deuxième lecture de ce projet de loi.
    J’ai été très frappé de votre pugnacité comme de votre ténacité et vous en félicite. J'ai également hautement apprécié l'intervention "musclée" de votre collègue breton, Monsieur Molac. Vous me faites envie tous les deux par votre combativité et votre détermination. Vous ne vous laissez pas facilement défaire. Je vous écris à vous (avant d’écrire aux députés alsaciens), parce que vous avez défendu ensemble nos deux belles régions, la Bretagne et l’Alsace, auxquelles leurs habitants sont si attachés. Je regrette que les députés alsaciens n’aient pas cité autant de fois la Bretagne que vous l’Alsace. J’ai tout particulièrement remarqué que vous n’aviez pas honte, ni peur d’évoquer « le sentiment d’appartenance », en d’autres termes l’importance de l’identité pour nos régions, mot tabou et honni entre tous dans notre république (je ne peux plus mettre de majuscule !) si autoritaire.
    Compte tenu des méthodes arbitraires de ce gouvernement, nous sommes tous conscients ici, en Alsace, que nous allons tout perdre très rapidement et bien plus que des avantages "matériels" (discutables), nous allons perdre notre âme ! Qui comprend d’ailleurs encore la signification de ce terme dans un monde où seule compte la froide logique économique ?
    En votant contre ce projet, il s’agirait non seulement de rejeter une organisation territoriale qui ne satisfera personne et sera un échec, mais de protester vigoureusement contre les méthodes brutales et autoritaires, tout à fait antidémocratiques, que nous subissons depuis 2012 et qui n’ont rien à envier au quinquennat précédent. En matière de brutalités d'ailleurs les écologistes ont payé le prix fort.

    Mardi prochain, oserez-vous voter contre cette loi ? Je n'ai pas la vanité de croire , bien sûr, que je pourrais influer sur le vote des écologistes ; j'espère simplement que vous réfléchirez bien aux conséquences de vos suffrages.
    Continuez à bien tenir tête au Premier ministre et au Ministre de l’Intérieur qui, je l’ai appris par les récentes affaires et par ces débats coriaces, sont des redoutables adversaires.
    Nous sommes de tout cœur avec vous.
    Vive la Bretagne !
    Vive l’Alsace !
    Vive nos belles régions de France !

    Veuillez agréer l’expression, Monsieur le Député, de mes sentiments très respectueux
    Kenavo
    Thierry B

  • #182

    Fernandez (vendredi, 18 septembre 2015 08:31)


    Incroyable , mais VRAI , J'ai visiter un site de prêt entre particulier sérieux partout dans le monde et j'ai connu un monsieur formidable, du nom de Mr nicolae FERNANDEZ qui aide les gens et qui m'a accordés un prêt de 75 000 € que je dois rembourser sur 15 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 3% sur toute la durée de prêt et là le lendemain matin, j'ai reçu l'argent sans protocole. Besoin de crédit personnel ,vos banque refuse de vous accorder de prêt, vous êtes en CDI et autre de s'adresser à lui et vous serrez satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts.Il ne ma pas pris les frais de dossier ni les frais de notaire. Voici son e-mail: nicolaefernandez@yahoo.fr