COVID-19 : Mobilisation générale pour une start-up nantaise engagée dans la course à un traitement

Biotech nantaise, la société XENOTHERA travaille depuis plus de quatre ans sur des infections à coronavirus.

C’est dire que dès le déclenchement de la crise sanitaire de la COVID-19 , son équipe scientifique et médicale s’est mobilisée pour aller plus loin dans ses recherches, avec la volonté de mettre au point en un temps record un essai clinique permettant de mesurer l’impact de ses recherches sur la nouvelle maladie.

L’équipe, autour de sa présidente, Odile Devaux, s’est alors lancé dans une course de vitesse, sur tous les fronts, en activant tous les relais utiles.

Sur le front scientifique, XENOTHERA a préparé, dans un délai record de trois mois, le premier lot clinique de son traitement XAV-19, afin de donner l’accès le plus rapidement possible à cet espoir de traitement. dont les résultats se sont révélés conformes aux attentes.

Mais rien ne peut se concevoir sans les financements nécessaires. Et la mobilisation autour du projet a, là aussi, été impressionnante, tant dans sa rapidité que dans son ampleur.

Toutes les sources de financement possibles ont été mobilisées : une collecte citoyenne relayée par la presse locale a permis de réunir 112 010 euros de dons, et les collectivités (Région Pays de la Loire et Nantes Métropole) ont dégagé 200 000€ de financements chacune. Des financements décisifs, puisque ce sont ceux-ci qui ont permis de financer le premier lot de XAV-19.

En parallèle, la piste des dispositifs innovants de soutien à la recherche annoncés par le Président Macron dès le mois de mars a été explorée : relayant les démarches de Xenotherra, François de Rugy avait d’ailleurs interpellé la ministre de la Recherche sur la question des projets développés par les Biotech françaises en dehors des grosses structures de recherche publique.

Et c’est vers le French Tech Bridge, dispositif innovant géré par Bpifrance pour le compte de l’État dans le cadre du Plan d’Investissements d’Avenir que la société s’est tournée. En se voyant attribuer une contribution de 2,3 Millions d’euros, la société devient ainsi la première société à bénéficier du dispositif gouvernemental.

L’’Europe, via son programme EIC accelerator, apporte également son soutien, pour un montant de 2,1 Millions d’euros.

Dans les tout prochains jours, l’étape décisive des essais cliniques devrait pouvoir être engagée : alors que la recherche est très mobilisée sur la question des molécules existantes qui pourraient avoir un effet sur la COVID-19, l’essai portera lui sur un traitement spécifique du SARS-CoV-2. La présidente de la Biotech nantaise y voit « un magnifique travail d’équipe au sens large, à la fois des collaborateurs, mais aussi de tout l’environnement scientifique, médical, financier, politique de XENOTHERA

On ne peut évidemment pas savoir si ce projet portera tous ses fruits dans la lutte contre le virus, note François de Rugy. Mais nous devons retenir de cette mobilisation exceptionnelle que la clé du succès tient dans la coopération de tous : citoyens, collectivités locales, État Union Européenne. Cette crise a révélé des capacités d’agilité et de rapidité d’action qu’il ne faudra pas oublier. Globalement, on a su en quelques semaines raccourcir des circuits de décision, simplifier des lourdeurs administratives. Je suis convaincu qu’une partie de notre faculté à surmonter la crise économique que nous traversons tiendra dans notre capacité à reproduire, au quotidien, ce que nous avons su faire face à l’urgence.