Face à la crise, les entrepreneurs nantais mobilisés

Alors que la crise du coronavirus pèse sur l’économie, François de Rugy multiplie les contacts avec des chefs d’entreprise et entrepreneurs nantais. Il a ainsi pu mesurer, vendredi, l’inquiétude des acteurs locaux sur la situation des entreprises et leurs attentes envers le plan de relance mis en œuvre par le Gouvernement.

François de Rugy est notamment revenu sur la volonté du gouvernement et de la majorité à agir vite pour amplifier la relance. Un objectif qui, estime-t-il, nécessite que « les acteurs locaux agissent ensemble pour produire de bonnes décisions, efficaces et proches du terrain. »

L’ancien ministre de l’Écologie a rappelé la nécessité d’un vrai travail commun entre l’État et les collectivités locales, en regrettant que la crise donne lieu à une confrontation stérile entre Paris et Marseille, par exemple.

Cet échange, organisé dans un amphithéâtre de la faculté de médecine de Nantes dans le respect des distanciations physiques et des gestes barrière, fut aussi l’occasion de revenir aux côtés de M. Geoffroy Roux de Bézieux, le président du MEDEF, ainsi que de M. Patrick Cheppe, le président du MEDEF de Loire-Atlantique, sur les différents axes de ce plan de relance, notamment en matière de transition écologique :

« Sur la question écologique, il ne s’agit pas seulement de dire que l’on va investir plus (…) c’est imaginer de nouvelles filières – l’hydrogène en est un exemple – et placer la transition écologique en véritable levier de la relance ».

Sur un territoire fort de sa diversité économique et de sa sphère productive, « au-delà des secteurs dans lesquels il est prioritaire de maintenir des stratégies de soutien dans l’attente d’une amélioration de la situation épidémiologique », il y a matière à « faire de cette crise et des investissements massifs portés par l’Etat une opportunité de développements technologiques et industriels d’avenir», notamment dans les domaines en lien avec l’écologie.