mar.

01

juin

2010

Parcs éoliens maritimes en région Pays de la Loire : un "enjeu énergétique et industriel majeur"

Charles Gautier, sénateur-maire (PS) de Saint-Herblain, et François de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique ont déposé conjointement aujourd'hui une question écrite à la secrétaire d'Etat chargée de l'écologie. Ils avaient récemment tiré la sonnette d'alarme, en compagnie de parlementaires et élus locaux, sur la question de l'éolien terrestre menacé dans son développement par les dispositions adoptées par l'Assemblée dans le cadre du Grenelle 2.

>> Lire la suite de l'article.

Aujourd'hui, ils souhaitent appeler l'attention du gouvernement sur les projets d'implantation de parcs éoliens maritimes au large des côtes de la région. Ils rappellent qu'"un consensus se dégage pour définir, en Pays de la Loire, deux zones propices à l'installation de tels équipements qui doivent concourir à l'atteinte des objectifs de production d'électricité renouvelable que la France s'est fixés.

 

Situés en Loire-Atlantique - au large de l'estuaire de la Loire et au sud du Croisic - et en Vendée - au large de l'Ile d'Yeu et de l'Ile de Noirmoutier -, ces projets permettraient d’installer jusqu'à une puissance de 2 400 MW. - soit plus du tiers des objectifs nationaux de production fixés pour 2020. "

 

Ces projets représentent un enjeu économique majeur, rappellent les deux parlementaires, qui indiquent que "la viabilité de la filière économique sur laquelle tous les acteurs académiques, industriels et consulaires locaux travaillent aujourd'hui passe par une masse critique que seule la concrétisation des deux projets d'implantation est en mesure d'assurer."

 

Saluant les propos de la ministre qui "a elle-même déploré les reculs sur l'éolien terrestre dans des déclarations à la presse, ils considèrent que le gouvernement a aujourd'hui l'occasion de démontrer, sur le dossier de l'éolien offshore, que ses déclarations ne sont pas vaines, et que ses décisions sont à la hauteur des enjeux énergétiques et industriels. "

 

Ils souhaitent que le gouvernement "valide rapidement - et sans définir de logique de priorité entre ces deux zones, afin de permettre à chacun de ces projets de se réaliser - les deux zones d'implantation de parcs éoliens maritimes mis à l'étude. "

Écrire commentaire

Commentaires : 0