mar

17

fév

2009

Planning Familial : FDR interpelle Roselyne Bachelot

Après avoir rencontré des responsables de l’association du Planning Familial de Loire-Atlantique, François de Rugy a décidé de poser une question écrite à Madame Bachelot, Ministre de la Santé, pour qu’elle revienne sur la baisse annoncée de 42% des subventions de l’Etat en direction des Plannings familiaux pour leur action de conseil familial et conjugal.

Pour ce qui concerne l’association du Planning Familial de Loire-Atlantique située sur sa circonscription, la perte serait de 60.000 euros et menacerait l’emploi des 16 salariés du département. Pourtant, le nombre d’heures de consultations (7700) et le nombre de personnes accueillies (6400) en 2008 ne décroît pas par rapport aux années précédentes.

Les associations de Planning Familial exercent une mission de service public et doivent être subventionnées à la hauteur de cette mission. Tout renoncement dans ce domaine serait une grave régression pour le droit des femmes, pour la prévention de l’IVG et des maladies sexuellement transmissibles, et pour l’écoute des personnes en difficulté familiale ou conjugale

Question écrite – Planning Familial

M. François de Rugy appelle l’attention de Madame la Ministre de la Santé et des Sports, sur la situation des associations du Planning familial et sur la baisse annoncée de 42 % des crédits alloués en 2009 aux actions déconcentrées sur le conseil conjugal et familial avant la disparition totale de cette enveloppe pour 2010.

Depuis la loi Neuwirth du 28 décembre 1967 relative à la régulation des naissances, ces associations bénéficient d’une aide publique correspondant à leur mission d’utilité publique de prévention de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), d’information sur la contraception notamment en direction des jeunes, de conseil conjugal.

Les associations sont aujourd’hui très inquiètes de la baisse annoncée de 42 % des subventions de l’Etat qui passeraient de 2,5 millions en 2008 à 1,5 millions en 2009. Localement, pour ce qui concerne l’association du Planning Familial de Loire-Atlantique située sur sa circonscription, la perte serait de 60.000 euros et menacerait l’emploi des 16 salariés du département. Pourtant, le nombre d’heures de consultations (7700) et le nombre de personnes accueillies (6400) en 2008 ne décroît pas par rapport aux années précédentes.

En conséquence, il lui demande de bien vouloir étudier la possibilité d’apporter un correctif à cette mesure, qui met en péril l’existence des ces associations qui sont un lieu de parole concernant la sexualité et les relations amoureuses destiné à ce que chacun-e, hommes et femmes, jeunes ou adultes, les vivent dans le partage, le respect et le plaisir.