En 2016, restons unis 

Madame, Monsieur,

Formuler des vœux en ce début d’année n’a pas la même signification que d’habitude.

À plusieurs reprises au cours de l’année passée, notre pays a été endeuillé par des attaques terroristes sans précédent, qui ont meurtri nos esprits à tout jamais.

On voit par ailleurs monter une colère sourde devant la persistance de la crise et des perspectives incertaines pour nous et pour notre pays.

Et pourtant.

Pourtant, nous avons en nous-mêmes les ressources pour surmonter les épreuves, et maîtriser notre avenir. Nous ne pourrons le faire ensemble que si nous savons, chacune et chacun, nous montrer dignes de notre pays. 

 

Restons unis pour rehausser la sécurité de tous, tout en garantissant le respect des libertés de chacun. Défendre notre démocratie et notre mode de vie suppose des choix parfois exceptionnels, mais indispensables. J’ai soutenu ces choix au Parlement. D’autres modifications législatives seront nécessaires pour adapter nos services de sécurité et conforter notre État de Droit face à cette menace.

Restons unis pour accélérer les adaptations économiques indispensables, avec le souci de la justice sociale et de l’efficacité environnementale. C’est le sens des choix que je porte à l’Assemblée nationale, avec des doutes parfois, mais en tentant de combattre les certitudes confortables de celles et ceux qui, toujours, s’opposent.

 

Restons unis pour anticiper et donner un sens à l’avenir : l’ambition de notre pays a abouti à la déclaration de Paris sur le climat. Cette COP 21 constitue un moment historique dans la prise de conscience planétaire de l’enjeu et dans l’engagement de tous les pays pour la transition écologique. Ce choix a des traductions concrètes dans chacun de nos pays : c’est pour cela que j’ai soutenu la loi sur l’énergie et la croissance verte et que je souhaite la même démarche sur les transports. Au-delà des bénéfices pour l’environnement, c’est autant d’opportunités de créations d’entreprises et d’emplois.

 

Restons unis à Nantes, Orvault et Sautron pour soutenir l’inlassable travail des associations, accompagner les créateurs, être à l’écoute des acteurs économiques, dé- fendre les services publics. Visiter une entreprise à Orvault, échanger avec une équipe enseignante à la Chauvinière, rencontrer les habitants à une fête de quartier au Breil ou à Saint-Félix , participer aux printemps des voisins, partager un couscous associatif à Nantes Nord, soutenir le tournoi d’échecs à Sautron, c’est réaliser que c’est dans l’ouverture, l’échange et le partage, et non dans le repli sur soi que se trouvent les solutions pour vivre mieux.