lun.

05

oct.

2009

Les revenus du député : lever un tabou

“La question du revenu des responsables politiques a longtemps été considérée comme un tabou en France. Les chiffres qui circulent sont souvent manipulés – ils agrègent des éléments financiers qui n’ont rien à voir avec un revenu – ou partiels –ils “oublient” les revenus tirés de l’exercice des fonctions électives extra-parlementaires, ou de la présence aux conseils d’administration d’organismes au sein desquels l’élu siège au nom de sa collectivité.

Quand on entend tout et rien à la fois, et quand les responsables politiques observent un silence gêné, il est légitime que le citoyen doute.

Je crois profondément que ce doute est un poison pour notre démocratie : c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’afficher une transparence totale sur mes revenus.

Ce je perçois de l’Assemblée Nationale, ce qui m’est versé au titre de mes mandats locaux, ce que je touche en tant qu’administrateur de sociétés d’économies mixtes ; ce que je reverse à mon parti : tout est sur la table, clairement.”

Détail des revenus mensuels moyens de FDR (mise à jour nov.2011)

  • Indemnité parlementaire versée par l’Assemblée Nationale : 5 132 euros
  • Indemnité de secrétaire du bureau de l’Assemblée : 682 euros
  • Indemnité de conseiller municipal d’opposition d’Orvault : 0
  • Indemnité de conseiller communautaire : 945 euros

Reversements effectués au bénéfice du parti politique (Europe Ecologie – les Verts) :

  • 1200 euros reversés au niveau national,
  • 95 à la structure départementale


Soit, au final, un revenu mensuel net global moyen de 5 454 euros
, pour une charge de travail, en moyenne hebdomadaire, de 45 à 55 heures. Ces 5 454 euros sont soumis bien entendu, à l’imposition sur le revenu.

Cela correspond à plus de trois fois le revenu mensuel moyen perçu par un salarié français. Pour celles et ceux qui souffrent, et peinent à boucler leurs fins de mois, cela paraît beaucoup. Mais en l’affichant publiquement, je tiens également à affirmer que c’est aussi à mes yeux le prix à payer pour des parlementaires libres, indépendants de tous groupes de pression.

Il faut rappeler que – et c’est bien normal- les députés français n’ont pas le droit d’exercer une profession salariée. Seuls sont autorisés les revenus complémentaires tirés de l’exercice d’une profession libérale, ou de leur patrimoine mobilier ou immobilier, conditions qui ne me concernent pas.

A titre d’information, et pour remettre les choses en perspective, ce revenu mensuel correspond aux rémunérations moyennes /

  • d’un médecin généraliste pendant cinq semaines,
  • d’un chef d’entreprise d’une PME de plus de 50 salariés sur un mois,
  • d’un patron du CAC 40 sur …une-demi journée”.

écrire commentaire

Commentaires: 2

  • #1

    Philippe Jamet (jeudi, 15 novembre 2012 18:07)

    Monsieur de Rugy,
    Merci d’avoir pris la peine de divulguer ces information.
    Cependant, il n’y a rien de bien révolutionnaire dans ce que vous dites : cela est connu.
    En l’absence de connaissance de vos éventuels revenus et patrimoine, l’éclairage que vous donnez sur vos moyens demeure très partiel.
    Bien cordialement

  • #2

    misterpresident.fr (samedi, 24 août 2013 09:19)

    La transparence sur l’argent gagné par nos représentants c’est bien,
    la transparence sur l’argent dépensé par l’Etat et ses représentant, c’est mieux.
    Cordialement,
    misterpresident.fr

  • loading